LES TABLETTES D'ÉMERAUDE
DE THOTH L'ATLANTE


Tablette 2

Les Salles d’Amenti



Profondément dans le cœur de la Terre se trouvent les Salles d'Amenti, loin sous les îles de l'Atlantide engloutie, Les salles des morts et les salles des vivants, baignent dans le feu de l'infini du Tout.

Loin dans le passé, perdu dans l'espace-temps, les Enfants de Lumière ont regardé le monde. Ils ont vu les enfants des hommes dans leur servitude, liés par la force venue d'au-delà. Ils savaient qu'ils pourraient se libérer de la servitude si seulement l'homme pouvait s'élever de la Terre au Soleil.

Vers le bas, ils sont descendus et ont créé des corps, prenant l'apparence comme ceux des hommes. Les Maîtres de tout ont dit après leur formation:

« Nous sommes ceux qui ont été formés à partir de la poussière de l'espace, prenant part à la vie du Tout infini; vivant dans le monde comme les enfants des hommes, et pourtant différent des enfants des hommes. »

Ensuite, habitant un lieu, loin sous la croûte terrestre, dans de grands espaces détruis par leur pouvoir, des espaces en dehors des enfants des hommes. Entourés par les forces et le pouvoir, protégés contre le mal, ce sont les Salles de la Mort.

Côte à côte alors, ils ont placé d'autres espaces, remplis de Vie et de la Lumière d'en haut. Ils ont construit alors les Salles d'Amenti, pour qu'ils puissent y demeurer éternellement, y vivre avec la vie pour l'éternité.

Trente-deux étaient les enfants, les fils de la Lumière venus parmi les hommes, cherchant à libérer de la servitude de l’obscurité ceux qui étaient liés par la force de l'au-delà.

Profondément dans les Salles de la Vie a grandi une fleur, enflammée, en expansion, reculant la nuit.

Il fut placé au centre, un rayon de grande puissance, donnant la Vie, donner la Lumière, remplissant de pouvoir tous ceux qui l'approchait. Ils ont placé autour de cela des trônes, deux et trente, un lieu pour chacun des Enfants de la Lumière, placés de telle sorte qu'ils soient baignés dans le rayonnement, les remplissant de la Vie de la Lumière éternelle.

Là, à chaque fois, ils ont placé leurs premiers corps créés afin qu'ils puissent être remplis de l'Esprit de Vie. À tous les cent ans sur mille ans la Lumière qui donne la vie jaillit sur leurs corps. Se hâtant, éveillant l'Esprit de Vie.

Là dans le cercle, d'Ère en Ère, sont assis les Grands Maîtres, vivant une vie inconnue des hommes. Là, dans les Salles de Vie, ils dorment; laissant couler librement leur âme à travers les corps des hommes.

Temps après temps, alors que leurs corps dorment, ils s’incarnent dans les corps des hommes.
Enseignant et guidant vers l'avant et vers le haut, en dehors de l'obscurité dans la Lumière.

Là dans la Salle de la Vie, rempli de leur sagesse, non connu des races de l'homme, vivant pour toujours sous le feu froid de la vie, sont assis les Enfants de la Lumière. Les temps sont là, ils se réveillent, venant des profondeurs pour être des Lumières parmi les hommes, ils sont infinis parmi les hommes finis.

Celui qui par le progrès a grandi de l’obscurité, s'est élevé de la nuit dans la Lumière, il est libre des Salles d'Amenti, il est libre de la Fleur de Lumière et de Vie. Il est guidé, par la sagesse et la connaissance, passant des hommes au Maître de la Vie.

Là, il peut demeurer seul avec les Maîtres, libre des liens de l'obscurité de la nuit. Dans la fleur éclatante sont assis les sept Seigneurs de l’Espace-Temps au-dessus de nous, aidant et guidant à travers la Sagesse infinie, le chemin à travers le temps, les enfants des hommes.

Puissants et étranges, ils sont, voilés par leur pouvoir, silencieux, omniscients, attirant la force de vie, différent mais un avec les enfants des hommes. Pourtant, différents, et pourtant Un avec les Enfants de la Lumière.

Gardien et observateur de la force de la servitude de l'homme, prêt à perdre lorsque la Lumière s’atteint. Premier et très puissant, est assis la Présence Voilée, le Seigneur des Seigneurs, le Neuf infini, autour de lui les Seigneurs des Cycles : Trois, Quatre, Cinq, Six, Sept et Huit, chacun avec sa mission, chacun avec ses pouvoirs, guidant, dirigeant le destin de l'homme. Là, ils sont assis, forts et puissants, libres du temps et de l’espace.

Ils ne sont pas de ce monde, pourtant semblable à cela, les Frères aînés, les enfants des hommes. Jugeant et pesant, ils sont avec leur sagesse, regardant les progrès de Lumière parmi les hommes.

Là je suis devant eux dirigé par le Résident, le regardant se fondre avec le Un d'en haut.

Puis, de Lui, une voix dit: « Tu es grand, Thoth, parmi les enfants des hommes. Libre désormais des Salles d'Amenti, Maître de la Vie parmi les enfants des hommes. Ne goûte plus à la mort sauf si tu le veux, tu bois à la Vie jusqu’à la fin de l'éternité. Désormais, c'est toujours la vie, à toi de prendre. Désormais, c'est la Mort à l'appel de ta main.

Habite ici ou pars quand tu le désires, libre est l’Amenti au fils de l'homme. Prends la vie telle que tu le désires. Enfant de la Lumière qui s'est développé parmi les hommes. Choisis ton travail, car tout le monde doit travailler, ne t’écarte jamais du chemin de la Lumière.

Tu as gagné un pas sur le long chemin vers le haut, infinie maintenant est la montagne de la Lumière. Chaque pas que tu fais éloigne la montagne; tous les progrès éloignent le but.

Tu approches toujours de la Sagesse infinie, jamais devant toi recule le but. Tu es libre maintenant des Salles d'Amenti afin de marcher main dans la main avec les Seigneurs du monde, un but dans le but, travaillant ensemble, apportant la Lumière aux enfants des hommes. »

Puis de son trône un des Maîtres est venu, prenant ma main et me conduisant en avant, à travers toutes les Salles de la Terre profonde et cachée. Il m'a conduit à travers les Salles d'Amenti, me montrant les mystères qui ne sont pas connus de l'homme.

À travers un passage sombre, il m'a conduit vers le bas, dans la Salle où se trouve la sombre Mort. Vaste comme l'espace se trouvait la grande Salle devant moi, murée par l’obscurité mais pourtant remplie de Lumière.

Devant moi se dressait un grand trône d’obscurité, voilée sur lui était assise une forme de la nuit. Plus sombre que l'obscurité était assise la grande forme, sombre avec une obscurité mais pas de la nuit. Devant était assis le Maître, parlant.

La Parole qui apporte la Vie, dit: « Oh, maître de l’obscurité, guide du chemin de la Vie à la Vie, devant toi, j'apporte un Soleil du matin. Ne le touche pas même avec le pouvoir de la nuit. N'appelle pas sa flamme à l’obscurité de la nuit. Connais-le, et vois-le, comme un de nos frères, élevé de l’obscurité à la Lumière. Il a libéré sa flamme de la servitude, libéré sa flambe de l’obscurité de la nuit.

De la forme une main s’est levée, devant est apparue une flamme qui est devenue claire et brillante. Levant rapidement le rideau d’obscurité, dévoilant la Salle de l'obscurité de la nuit.

Puis a grandi dans le grand espace devant moi, flamme après flamme, du voile de la nuit. D’innombrables millions de flammes ont sauté devant moi, certaines flammes comme des fleurs de feu.

Sur d'autres, il y avait un rayonnement faible, coulant mais faiblement hors de la nuit.

Il y en avait qui se fanaient rapidement; d'autres qui ont grandi à partir d'une petite étincelle de Lumière. Chacune entourée par un voile d’obscurité, encore flamboyante avec la Lumière qui ne pourrait jamais être éteinte. Venant et allant comme des lucioles au printemps, remplissant l'espace de Lumière et de Vie.

Alors a parlé une voix, puissante et solennelle, en disant: « Ce sont des Lumières qui sont des âmes parmi les hommes, croissant et fanant, existant pour toujours, changeant puis vivant, à travers la mort dans la vie. Quand elles sont épanouies en fleur, atteignant le zénith de la croissance dans leur vie, j’envoie vite mon voile d’obscurité, les enveloppant et les changeant en de nouvelles formes de vie.

Progressivement en avant à travers les âges, en croissance, en expansion d’une autre flamme, pour éclairer l’obscurité avec encore plus de pouvoir, rassasiée, mais inassouvie par le voile de la nuit.

Ainsi grandit l'âme de l'homme toujours vers l’avant, rassasiée, mais inassouvie par l’obscurité de la nuit.

Moi, la Mort, je viens, et pourtant je ne reste pas, car la vie éternelle existe dans le Tout; je suis seulement un obstacle, sur le chemin, conquis rapidement par la Lumière infinie.

Réveille-toi, ô flamme qui brûle toujours à l'intérieur, pour brûler et conquérir le voile de la nuit.»

Puis au milieu des flammes dans l'obscurité cela a grandi et a chassé la nuit, enflammée, en expansion, toujours plus lumineuse, jusqu'à ce que finalement ne reste rien d'autre que la Lumière.

Alors a parlé mon guide, la voix du Maître: « Vois ta propre âme à mesure qu'elle grandit dans la Lumière, libre maintenant pour toujours du Seigneur de la nuit. »

En avant, il m'a conduit à travers de nombreux grands espaces remplis des mystères des Enfants de Lumière; mystères que l'homme ne pourra jamais connaître jusqu'à ce que lui, aussi, soit un Soleil de la Lumière.

Il m'a conduit en arrière dans la Lumière de la salle de la Lumière. Je me suis agenouillé devant les grands Maîtres, les Seigneurs du Tout, des cycles ci-dessus.

Il m’a parlé avec les mots d’un grand pouvoir en disant:
« Tu as été libéré des Salles d'Amenti. Choisis ton travail parmi les enfants des hommes. »

Puis j'ai parlé : « Ô, Grand Maître, laisse-moi être un enseignant des hommes, les guidant et les conduisant jusqu'à ce qu'ils soient, aussi, des Lumières parmi les hommes; libérés du voile de la nuit qui les entoure, rayonnant avec la Lumière qui brillera parmi les hommes. »

La voix me répondit: « Vas, comme tu le désires. Tu es Maître de ton destin, libre de prendre ou de rejeter selon ton vouloir. Tu prends le pouvoir, tu prends la sagesse. Brille comme une Lumière parmi les enfants des hommes. »

En avant, m'a conduit le Gardien. Je demeure encore parmi les enfants des hommes, j’enseigne et montre une partie de ma sagesse; je suis un Soleil de Lumière, un feu parmi les hommes.

Maintenant je marche sur le chemin vers l’avant, cherchant la Lumière dans l'obscurité de la nuit. Je tiens et je garde, je conserve mes archives, je vais être un guide pour les enfants des hommes.