NAZCA / ICA




Photos de l'auteur: 1. Ligne , 2. Dessein, 3. Grand Frère extra-terrestre .





Photos de l'auteur: 1. Regarde les étoiles , 2. Les Amériques, Lémurie, Atlantide, 3. Région Acucaje .





En mars 1988 au cours d’un voyage de recherche sur nos origines, je me suis rendu à Nazca et à Ica dans la pampa Péruvienne. C’est un des endroits les plus énigmatiques de l’Amérique du Sud. Dans cette région nous pouvons observer les dessins et lignes sur le sol à Nazca et visité la bibliothèque préhistorique du Dr Cabrera à Ica, endroit peu fréquenté des touristes.

Ces sujets furent présentés dans la Rubrique « Histoire de l’Humanité – Insolite », mais je tiens à les souligner à nouveau dans la présente rubrique « Mystères ».

Nazca

Découverts en 1926 dans le sud du Pérou, les géoglyphes de Nazca (ou de Nasca) sont de grandes figures tracées sur le sol (géoglyphes), souvent d'animaux stylisés, parfois simples lignes longues de plusieurs kilomètres, qui se trouvent dans le désert de Nazca.

Les lignes, dessins et autre géoglyphes ne peuvent être vue que du ciel. C’est pour cette raison qu’ils ne furent pas découverts avant la venue de l’aviation. Du sol rien, ou presque, n’est vraiment décelable, mais à une certaine altitude, les dessins se laissent découvrir.

Le sol est couvert de cailloux que l'oxyde de fer a coloré en rouge. En les ôtant, les indiens Nazcas ont fait apparaître un sol gypseux grisâtre, découpant ainsi les contours des figures.

Les dessins, gravés à la surface de la Pampa, prennent la forme d'animaux : singe, oiseau-mouche (colibri), condor, jaguar, araignée, orque, héron, pélican, poisson. On trouve aussi des figures géométriques : lignes, spirales, ellipses, trapèzes et triangles.

On a déjà dénombré plus de 800 dessins distincts et 1300 lignes. Les lignes franchissent les ravins, escaladent les collines sans que leur forme ni la rectitude apparente en soient affectées. La plupart des figures sont constituées d'une seule ligne ne se recoupant jamais.

À l’aide des satellites d’observation, de nouveaux dessins et de nouvelles lignes furent trouvées récemment. Certaines parties de ce territoire furent dégagées à la suite de forts vents, laissant voir des dessins nouveaux. Il y a possiblement qu’il y est beaucoup de nouveaux géoglyphes à découvrir sur ce territoire.

Ces dessins représentent les divinités animales du panthéon religieux des Nazcas nous dit-on. Mais est-ce vraiment cela ? On a retrouvé, associées aux lignes, diverses poteries reprenant les mêmes motifs stylisés que les géoglyphes.

A ce jour, des dizaines de théories sont avancées au sujet de ces dessins, lignes et pistes dessinés dans ce désert. Dans cet article mon but n’est pas de débattre ces théories et hypothèses.

Que représentent vraiment ces lignes ?

Les lignes sont la manifestation des Êtres provenant de Sirius et de d'autres civilisations de l'espace. Ces derniers ont laissé sur le sol des centaines de lignes orientées dans plusieurs directions. C’est une immense carte astronomique, un plan détaillé pour entrer en contact avec cette civilisation extra-terrestre. Lorsque les temps seront venus, la connaissance pour lire ces lignes et carte nous sera révélée. Pour l’instant, nous pouvons simplement admirer cette œuvre grandiose.

Les dessins au sol, c’est autre chose. Chaque dessin représente une divinité, non pas relié à la religion des indiens Nazca du Pérou comme souvent mentionné, mais à l’hindouisme ! Étrange n’est-ce-pas. Les divinités hindoues seraient représentées dans ces dessins. Le singe représenterait Hanuman, le compagnon de Rama cité dans le Ramayana, la mythologie de l’Inde. La queue du singe en spirale représente un vortex, un centre d’énergie. Le poisson ou baleine représente Matsya, un des Avatars de Vishnu venu sur Terre, lors d’un déluge, il y a 46 800 ans ! Beaucoup d’autres dessins ne sont pas encore découverts et ceux découverts ne sont pas interprétés correctement.

La pampa péruvienne où se trouvent les lignes et les dessins cache un autre secret. Celui-ci est dans son sous-sol. Cet endroit est une base extra-terrestre, comme plusieurs autres endroits au Pérou d’ailleurs. Creuser pour trouver cette base ne sert à rien. Les êtres de Sirius et de Vénus peuvent modifier leur densité à volonté et tout faire passer en cinquième dimension en un instant. À ce moment-là toutes les installations deviennent invisibles à l’humain.

Pourquoi je sais tout cela ? Dans un contact avec les Grands Frères il me fut révélé qu’à une époque lointaine, il y a peut-être mille ans, tout ou plus, je faisais partie des êtres de Sirius venus sur Terre pour y dessiner les lignes et symboles de Nazca !! Un jour la clef de tous ces mystères me sera révélés. Présentement je ne reçois que des bribes de la signification des desseins. C’est encore mieux que les spéculations hasardeuses proposées par tout un chacun.

Ica

Ica, à première vue, cette ville est très semblable aux autres villes du Pérou, mais elle se différencie à cause de son petit musée privé, face à la Place de Arma, situé dans la résidence du Dr Cabrera. Ce musée contient plus 11 000 pierres gravées. L’histoire raconte que ces pierres furent trouvées près d’Ocucaje, dans une grotte, en direction des pistes de Nazca, entre le Rio Ingenio et le Rio Nazca. Ces pierres gravées furent vendues par les résidents locaux au Dr Cabrera pour quelques pièces de monnaie chacune. Ces pierres sont en réalité les manuscrits d’une bibliothèque préhistorique d’un âge inconnu; certains auteurs les font remonter à plus de 20 000 ans, d’autres à 500 000 ans! Sur ces pierres gravées, nous pouvons observer toutes les parties du corps humain et les organes internes, des opérations à cœur ouvert, des accouchements, des transplantations d’organes, même la transplantation des lobes du cerveau, ce qui ne se pratique pas encore en nos temps dits modernes. Il y a des pierres qui montrent l’observation des étoiles à l’aide d’une lunette, le déplacement des continents, les animaux préhistoriques tels que des trilobites datant de 300 millions d’années, des plantes inconnues et, fait étrange, l’homme qui cohabitait avec les dinosaures et semble en faire l’élevage comme nous faisons l’élevage de bétails de nos jours. Nous pouvons y voir aussi un homme chevaucher un dinosaure.

Naturellement, ces pierres ne sont pas reconnues par la science et sont même discréditées par le gouvernement local qui déclare que ce sont des faux, des objets fabriqués par les Indiens locaux. Pourtant ces Indiens locaux étaient tous illettrés au moment de la découverte de ces pierres. Comment auraient-ils pu graver sur la pierre un trilobite et des dinosaures dont l’ancienneté remonte à plus de 100 millions d’années? Et pourtant ces pierres étaient connues du Père jésuite Pedro Simon qui a vécu dans cette région, chez les Indiens du Pérou, en l’an 1626. Il rapporte l’existence de ces pierres gravées dans ses mémoires et trouve lui-même ces dessins très étranges.

Pourquoi alors ce même gouvernement péruvien, à la suite de la popularité grandissante de ces pierres, a-t-il déclaré « zone militaire » le secteur où ces pierres furent trouvées? Personne ne peut se rendre à l’endroit de la découverte. Les autorités militaires du Pérou que nous avons contactées nous ont admis qu’ils gardaient dans leur musée certaines pierres gravées choisies. Ces pierres gravées montraient des engins spatiaux et des véhicules aériens non connus sur terre. Combien de pierres y a-t-il dans cette grotte ? Personne ne peut le dire avec certitude. Selon le Dr Cabrera, ce serait des dizaines de milliers.

Aujourd’hui beaucoup de ces pierres sont perdus à jamais. Le Dr Cabrera en a récupéré 11 000, le musée d’Ica en a un certain nombre ainsi que le Musée d’aéronautique de Lima. Mais des milliers furent vendus au plus offrant et au touriste de passage. Dans une estimation conservatrice plus de 40 000 pierres furent extraites de ce site, dont 25 000 pierres perdues ou difficilement localisable pour une étude sérieuse. Il resterait encore autant de pierres à découvrir selon les dire du Dr Cabrera avant qu’il décède. Nous sommes en droit de nous demander si un jour une étude sérieuse de ces pierres vont être entreprise. Pour cela la mentalité gouvernementale de tout caché doit changer.

D’où proviennent ces pierres ?

Je ne peux répondre à cette question pour l’instant. Je n’ai pas eu de réponse claire à ce sujet. Elles sont très anciennes, car les pierres sont oxydées par le temps. Ces pierres représentent le début de notre humanité à nos jours. Nous pouvons y observer le déplacement des continents aussi bien que des scènes récentes, telles qu’une voiture tirée par un cheval ou la crucifixion du Christ par exemple. Il est impossible d’authentifier la date de gravure de ces dernières pierres. Sont-elles ajoutés pour créer le doute où racontent vraiment l’histoire d’un passé lointain. Il ne faut pas oublier que les civilisations et les événements présents sont un éternel recommencement. Tout ce qui est aujourd’hui a déjà existé dans les Maha Yuga et les Maha Kalpa passés. Si vous aller sur le même site visiter l’Histoire de l’humanité, vous allez constater que voiture, ordinateur, technologie de pointe et les religions existaient il y a des centaines de milliers d’années.

Tout laisse croire que cette bibliothèque fut laissée en héritage par une civilisation disparue, les Atlantes. Cela aussi est à démontrer.

Denis Marcil, auteur qui a visité les lieux en 1988