LES PERLES DE SAGESSE DE SAI

NO. 21

ANIL KUMAR

26 février 2003



OM.........

Sai Ram
Pranam aux Pieds de Lotus de Bhagavan,

Chers frères et sœurs!

Ce sont les détails édités en octobre 2001 dans le Sanathana Sarathi en Telugu. D'une façon ou d'une autre, cela a glissé de mon attention. Comme je me référais au passé, j'ai constaté que ceci n'avait pas été couvert. Nous traiterons les aspects concernant ces récits.

DES BAL VIKAS DE LONDRES

Ce jour Bhagavan était occupé avec les enfants Bal Vikas de Londres. Autour de quinze cent enfants sont venus pour voir Bhagavan à Brindavan. Swami leur a permis de mettre en scène un programme culturel. Ces enfants ont mis en scène un drame dépeignant la vie de grands saints de l'état du Karnataka et de l'état d'Andhra Pradesh, aussi bien que des épiques. Ils ont chanté un certain nombre de chansons composées par Kanakadasa et Thyagaraja. Ils ont également dépeint la dévotion d'un grand personnage du nom de Markandeya. Kanakadasa, Thyagaraja et Markandeya : Leurs chansons et leurs vies ont été tellement dépeintes et décrétées admirablement et merveilleusement sur la scène devant Bhagavan.

Le jour suivant Swami parlait au sujet de leur performance. " Voyez leur dévotion. Ils sont venus de Londres - une si longue distance - et ont présenté un drame devant Swami. Ils ont apporté toutes les robes, décors et maquillage, directement de Londres. Regardez leur dévotion!"

LA MORT NE DEVRAIT PAS VOUS SECOUER

Bhagavan a fait une mention spéciale au sujet du professeur de Bal Vikas responsable des Bal Vikas du centre de Londres - de sa dévotion et de ses qualités de leadership. Bhagavan dit, " Voyez cette dame, le gourou des Bal Vikas de Londres. C'est une dame très noble. Elle est une ardente dévote de Bhagavan. Elle a appris tous les messages des enseignements de Bhagavan et elle les pratique. Elle pouvait faire face à tous les problèmes dans la vie. Elle pouvait résister à toutes les difficultés dans la vie et demeurer encore avec Bhagavan avec courage!"
Puis Swami dit, " Vous savez ce qui s'est produit ? La dernière fois, quand elle est allée à l'aéroport sur son chemin de retour vers Londres, elle a reçu la nouvelle de la mort de son mari. Elle ne s'est pas affaissé. Elle n'a pas pleuré. Avec les enfants des Bal Vikas, elle a voyagé vers Londres. Alors elle a fait ce qu'elle devait faire pour les derniers rites. Elle a vu à ce que tout soit fait."

Alors Swami a dit, (s.v.p., notez ce point), " Ce gourou des Bal Vikas de Londres savait bien que la mort est inévitable. Quand il y a naissance, il y a éventuellement la mort. C'est inévitable! La mort ne devrait pas secouer personne. Les gens ne devraient pas perdre leur foi en Dieu. Sans donner aucune chance à la dépression, à l'anéantissement ou au désespoir, elle pouvait faire face à tous les problèmes dans la vie. En même temps, elle pouvait continuer avec le message et la mission de Sai. Elle est vraiment une grande dame!" C'est ce que Swami a mentionné à son sujet.

LES GRANDS DÉVOTS SONT DAVANTAGE DES FEMMES

Alors se tournant vers nous tous, ironiquement Il a fait la remarque, " Les grands dévots sont davantage des femmes. Comparativement parlant, les hommes ne sont pas aussi grand que les femmes." (rire)

" Oh, je vois! Swami, c'est ainsi ?"

" Oui."

" Puis, s.v.p., excusez-moi, Swami. S'il y a plus de femmes dévotes que d'hommes, je dis que l'erreur se trouve dans la création, Srishti! " (rire)

Le Dieu Divin ne reste pas silencieux. Il s'est retourné et a dit, " Il n'y a rien de mal avec Srishti, la création. L'erreur se trouve avec votre Drishti, votre vision. Il n'y a rien de mal avec Srishti ou la création."

" Oho!"

Toujours, je n'ai pas voulu demeurer silencieux. Je devais soutenir la cause des hommes. Me donnant une chance de représenter les hommes, comment pouvais-je demeurer silencieux ? Alors j'ai dit doucement, pieusement et respectueusement, " Mon Seigneur! Les hommes sont moins dévots selon Vous, pour des raisons véritables ou pour une certaine raison valable."

Swami dit, " Quelle raison ? Quelle raison ?"

" Swami! La seule raison est que les hommes ont beaucoup de responsabilités. Ils ont beaucoup de vocations, beaucoup de responsabilités."

Swami dit immédiatement, " Quelles responsabilités ? Les femmes ont plus de grandes responsabilités que les hommes. Elles prennent soin de la maison; elles prennent soin des enfants; elles prennent soin du mari; elles maintiennent les comptes et quoi encore. Les femmes portent plus de responsabilités que les hommes."

" Très bien, Swami. Le dernier point - les hommes ont plus d'occupation."

" Quelles occupations ?" Swami dit immédiatement. " Aller aux clubs ? Jouer aux cartes ? Regarder la TV les jambes croisées et demandant à l'épouse de lui servir un café chaud ? Quelles occupations ? Non, non, non, non!" (rire)

Puis Baba dit, " Le cœur d'un homme est dur comme une pierre. Il doit être ciselé."

Je connais mes limites, ainsi j'ai dit, " Swami, si vous commencez à ciseler le cœur des hommes, nous nous casserons en morceaux. S.v.p., Swami, s.v.p., ne faite pas cela! Nous serons réduits en poudre!"

Swami a dit, " Non, non, non! Vous devez être cassés en morceaux, pas en poudre!" (rire)

AVEC INTÉRÊT OU POUR SE REPOSER

Maintenant nous arrivons au prochain récit. Les dévots d'Allemagne ont mis en scène un drame à Brindavan devant Swami. Nous avons eu le caractère d'une reine du nom d'Elizabeth. Cette dame a sacrifié tout son avoir. Elle a passé sa vie au service de l'humanité. Non seulement cela, elle a amené au palais les personnes pauvres de la rue - les nécessiteux et les handicapés. Alors elle les a servis. Hélas! Le même peuple qui a bénéficié de ses mains. Lui a coupé les mains. Elle a été trompée. Elle a été trahie par ceux qu'elle avait aidés. C'était l'histoire.

Le jour suivant, Swami a présenté ses observations sur la présentation des Allemands : " Avez-vous vu ce drame ? Avez-vous entendu les dialogues ? Les dévots d'Allemagne ont écrit tout le drame, plein d'enseignements de Sai, plein de messages de Swami. Voyez ces gens d'Allemagne, comme ils sont dévots !

Alors Il a dit, " Le drame présenté par les dévots d'Allemagne est très intéressant. Vous savez pourquoi ? Il est venu du cœur, tandis que pour vous cela vient seulement de l'art. L'art est à l'extérieur. Le cœur est à l'intérieur. Puisque c'était une présentation du fond du cœur, c'était très intéressant." C'est ce que Bhagavan a mentionné.

" OK, Swami. C'est la saison de Londres et de l'Allemagne. OK." (rire)

Il a continué à les féliciter : " Voyez comment ils ont changé d'une scène en une autre scène, dans une succession rapide. Il n'y a pas eu de retard; ils n'ont pas pris de temps. Immédiatement ils ont passé à la suivante, changeant d'une scène à l'autre scène. Comprenez-vous cela ?"

" Oh ! Swami."

" Ils l'ont fait rapidement, mais vous le faites avec des trucs. Cela était rapide; le vôtre est un truc! Les présentations de nos garçons sont pleines des trucs, tandis que ces Allemands... "

" OK, Swami!"

Enfin, Il dit, " Ils l'ont fait en raison de leur intérêt, tandis que vous le faite toujours pour vous reposer. Leur présentation est avec intérêt; le vôtre est toujours pour vous reposer!" (Jeu de mot de Swami Interest et In rest). (rire)

DES PENSÉES DIVINES DANS DE PETITS CERVEAUX

Alors nous allons au prochain récit : le festival du Vinayaka Chaturthi. Vous savez tous que Vinayaka Chaturthi est le premier festival du calendrier. Vinayaka Chaturthi l'adoration de la déité de la connaissance, de la déité de la sagesse, le Seigneur Ganesha. Le troisième jour, les gens promènent dans un cortège les idoles ou les statues et les immergent dans l'eau. Vous devez déjà savoir cela. Vous devez avoir vu cette grande activité. Les étudiants de toutes les institutions apportent des idoles de Vinayaka, tout en dansant et en chantant. Oh ! ils sont très bien décorés. Swami va à chaque groupe et prend des photographies avec eux. Il casse des noix de coco et les encourage. Il les bénit et leur demande d'entrer dans le cortège vers la rivière Chitravathi, où tous les idoles sont immergées.

La cérémonie d'immersion, se produisant le troisième jour après le Vinayaka Chaturthi, est un festival intéressant. Je veux partager avec vous ce qui s'est produit ce jour là. Swami a sorti. La plupart des garçons étaient près de la rivière Chitravathi, immergeant leurs idoles de Ganesha. En attendant, Swami avait commencé à parler aux écoliers du primaire. Il leur a demandé de faire des discours. Un garçon après l'autre, tata, tata, tata. Très intéressant! Sans préparation, sans document, un enfant après l'autres a fait un discours.

À ce moment, je suis revenu de la Chitravathi et ai constaté que la véranda était dégagée. Je me suis assis à mon endroit habituel. D'une distance, notre Dieu farceur, Swami, a voulu donner un message. Il voit toujours à ce que le message soit donné au bon temps et en présence de tout le monde.

Ainsi c'est ce qui s'est produit : Il a appelé les écoliers du primaire. Il a commencé à poser des questions. Quelle était la première question ?

" Eh, garçon! D'où venez-vous ?"

Le garçon a dit, " De Vous, Swami."

Swami s'est tourné vers nous et a dit, " Si je vous pose cette question, vous répondez, " De Hyderabad, Swami, ou de Bombay, Swami! Tchi ! Voyez ces garçons - de Vous Swami! C'est sa dévotion!"

Puis la deuxième question : Il a demandé à un autre garçon, " Garçon, qu'elle est la forme de Dieu ?"

Le garçon dit, " Swami! Amour, Swami!"

" Voyez cela, vous garçons M.A et M.Sc.! Si je vous demande qu'elle est la forme de Dieu, vous dites, ' Rama, Krishna.' Tchi ! Voyez les garçons du primaire : ' L'Amour est la forme de Dieu!' "

Il a continué à taquiner. Posant plus de questions, il a juste continué à nous taquiner.

Baba a demandé à un autre garçon, " Comment aimez-vous Dieu ?"

Ce garçon dit, " Swami! La meilleure manière d'aimer Dieu est d'aimer tout le monde et de servir tout le monde!"

" Arey, voyez! Pouvez-vous donner ces genres de réponses ? Voyez ces jeunes!"

Alors il a demandé à un autre garçon, " Hé, garçon! Qui est ton ami ?"

" Swami, vous êtes mon ami."

" Arey, garçons, allez-vous dires cela ? Vous direz qu'un autre camarade est mon ami, Swami! Tchi ! ' Qui est ton ami ?' ' Dieu est mon ami.' Voyez comment ce garçon a donné admirablement une réponse."

Alors Swami a demandé à un autre garçon, " Oh! Dieu est ton ami, bien! Dis-moi alors, qui est ton ennemi ?"

Ce garçon a dit, " Swami, la colère est mon ennemi."

Il m'a regardé et dit, " Donnez-vous ce genre de réponse ?"

" Swami, je ne peux pas, j'en suis sûr. Ce garçon est grand! OK!"

Alors, Il a regardé un autre garçon, " Hé ! garçon, qu'elle est la voie de l'immortalité ?"

Ce garçon a dit, " Enlever l'immoralité est la voie de l'immortalité."

" Voyez! Voyez le niveau de nos jeunes garçons!" Il était très, très heureux.

Alors, Il a demandé à un autre garçon, " Hé, garçon! Qu'elle est la signification de Namaskar "

Je pense que vous savez tous que Namaskar est de joindre les deux mains selon la tradition indienne. Comme révérence et respect aux aînés, nous joignons les deux mains. Cela s'appelle Namaskar.

Swami a demandé à ce garçon, " Garçon, qu'elle est la signification de Namaskar ? "

Vous savez ce que ce garçon a dit, " Swami, Na-ma. Na-ma-skar. Na-ma : pas le mien, pas le mien! C'est la signification."

" Oho ! Qu'est-ce que cela signifie ?"

" Toute chose est tien, pas le mien. Swami!"

" Voyez, les garçons d'école primaire! Les garçons de collège devraient apprendre de ces garçons. Voyez quelles belles réponses ils donnent."

L'EGO PEUT SURGIR N'IMPORTE QUAND

Ce récit ne finit pas là. Swami a continué à demander, " Garçon, combien de points avez-vous obtenu ?"

" 85."

(Se tournant vers un autre garçon) " Combien de points ?"

" 90."

" Oh! Avez-vous obtenu ce genre de pointage ? Voyez, nos garçons!"

Un autre garçon est venu lentement à Swami et a chuchoté quelque chose dans Son oreille. Nous ne pouvions pas entendre.

Swami m'a regardé et a dit, " Anil Kumar, qu'est-ce que ce garçon M'a dit ?"

" Swami, comment puis-je savoir ? Il a chuchoté dans Votre oreille. Je n'ai rien entendu. Je ne sais pas ce qu'il a dit."

" Non, non, non! Qu'est-ce que vous pensez qu'il a dit ?"

J'ai dit, " Swami, ce garçon doit avoir eu peu de point. Quand tout le monde a eu des 90 et des 80, cet étudiant doit s'être senti très timide ainsi, il n'a pas voulu parler fort. Il doit avoir chuchoté dans Votre oreille qu'il a obtenu une note inférieure."

Il a dit, " Quel non-sens vous dite ? Non, non, non! Il a obtenu 100%. Il m'a dit dans Mon oreille, ' Swami, j'ai obtenu 100%. Je ne veux pas que Vous le dite fort. Pourquoi ? L'ego peut se développer en moi! L'ego peut soulever son toit au -dessus de moi n'importe quand. Je ne veux pas voir cela.' "

" Oh, Swami, très grand! Très grand!"

Puis j'ai dit, " Swami, je suis également heureux de Vous rapporter que le niveau de l'anglais de l'école primaire de Sri Sathya Sai est très haut. Ils parlent un très bon anglais."

" Je sais."

Cela met fin au récit pour ce jour.




CHAQUE JOUR EST UN FESTIVAL

Le jour suivant Swami a commencé à distribuer de nouveaux vêtements à tous les professeurs. Je n'ai pas compris pourquoi Il faisait cela. Ce n'était pas un jour de festival. Pourquoi distribuait-Il de nouveaux vêtements ? J'ai eu un visage en point d'interrogation.

Il a dit, " Pourquoi regardez-vous comme cela ?"

" Swami, il n'y a aucun festival. Je ne sais pas pourquoi Vous distribuer des vêtements."

Baba a dit, " Ici, chaque jour est un festival. Comprenez que vous ne devez pas attendre à un festival. Chaque jour est une célébration à Prashanti Nilayam!"

C'est très vrai. Nous y trouvons deux cent dévots venant d'Iran. Nous y trouvons trois à quatre cent dévots venant de Russie. Nous y trouvons six cents dévots venant de Londres. Un grand nombre de personnes viennent de différents endroits. Nous y trouvons des personnes venant sur des motos. Nous y trouvons également des personnes qui arrivent ici après avoir marché des milliers de kilomètres! Ainsi, chaque jour est un festival à Prashanti Nilayam.

APPRENEZ LA DISCIPLINE DES FOURMIS

Le prochain récit : Swami a regardé un vieil homme. Il écrivait quelque chose sur un papier. Swami dit, " Avancez, qu'est-ce que vous écrivez ?"

" Swami, j'écris un article."

" Montrez-le Moi, montrez-le Moi."

" Swami, c'est seulement un brouillon. Ce n'est pas intéressant à vous montrer."

Puis Bhagavan dit, " Pourquoi ?"

" Swami, j'ai écrit en minuscules."

" Apportez-le. Cela ne M'importe pas. Les fourmis sont petites, mais elles sont très puissantes. Avant que vous vous asseyiez, observez, s'il y a des fourmis ou pas. Les fourmis sont très petites, mais elles sont très puissantes. Cela importe peu si elles sont petites. Venez - apportez ce livre."

Ce vieil homme est demeuré silencieux. En présence de Swami, plus on est silencieux mieux c'est, parce que nous pouvons dire quelque chose d'inexact.

Ce vieil homme dit, " Swami, ce sont plusieurs disciplines parmi les fourmis."

Comme je vous le dis à chaque fois, Swami a toujours le dernier mot!

Il a tourné autour et a dit, " Oh ! les fourmis ont une discipline élevée, vous dites. Mais vous ne l'avez pas. Apprenez d'eux."

L'homme a appris des fourmis ce qu'est la discipline! (rire)

ONAM À PRASHANTI NILAYAM

Le prochain récit s'est produit le jour suivant, c'était le festival d'Onam. Onam est un festival célébré chaque année en août à Prashanti Nilayam par les dévots du Kerala.

Le jour suivant, Bhagavan a commenté sur leur célébration. " Le Kerala est une terre de culture. Le Kerala a également un respect élevé pour la musique classique. Un autre point : Si un mendiant se tient sur le seuil de la maison de quelqu'un, il ne sera jamais retourné. Peut importe la nourriture que ces personnes ont, la femme du foyer en servira au mendiant."

Baba a continué, " Les gens disent que les politiciens sont des athées. Les politiciens n'ont aucune foi en Dieu. En ce qui concerne la politique, ils n'ont aucune foi en Dieu. Mais individuellement, ils sont de grands dévots. Pour les buts politiques, ils sont des athées. Pourtant dans leurs vies personnelles, ils sont de grands théistes."

Alors, Il a continué à décrire un drame intitulé " Mohini-Bhasmasura ", qui a été décrété par les dévots du Kerala. Bien, ce " Mohini-Bhasmasura " est un beau drame. Je vais vous décrire l'histoire de sorte que vous l'appréciez.

Bhasmasura est un homme moderne - un démon. Mohini est de la nature, un monde enchanteur, un monde attrayant - par exemple, une belle femme. Mohini, une belle femme, attire Bhasmasura. La belle femme est la nature du nom de Mohini. L'homme, Bhasmasura est attiré par Mohini - tellement attiré qu'il a oublié Dieu. Finalement, il a même voulu nuire à Dieu. Mohini est devenue de plus en plus attirante; elle a commencé à danser. Ce type a également commencé à danser. Bhasmasura a eu un privilège de Dieu. Sur n'importe quelle tête où il pose sa main, celle-ci brûle et est réduite en cendre. Bhasmasura mettrait sa main sur une personne et elle est brûlée et réduite en cendre. C'était le privilège qu'il a reçu de Dieu.

Tout en dansant, Mohini gardait ses mains sur sa tête. Tandis que ce type dansait, il a placé également ses mains sur sa tête. Ainsi, il a été brûlé et réduit en cendre! L'homme dans son désir excessif, l'homme dans son enchantement vers le monde, l'homme en raison de son attraction excessif vers le monde, fut brûlé. C'est le message de ce drame et Bhagavan l'a tellement bien expliqué.

" Vous savez, " Bhagavan dit, " le monde entier est contrôlé par trois qualités : la première, la qualité animale - Thamasik ; la deuxième, la qualité émotive - Rajasik; et la troisième, la qualité favorable (équilibre) - Satwik."

Swami a dit, " La musique exige également trois qualités : La première est Sruthi - l'accord correct; en second lieu Raga - la longueur d'onde / la tonalité; le troisième est Thala - le battement. Chacun des trois est nécessaire pour la musique. De même, pour soutenir le monde entier, les trois qualités de base sont nécessaires."

Communiquant sur la même longueur d'onde sur les grandeurs de l'état du Kerala, Swami a mentionné le nom d'un roi, du nom de Sibi. Il a également mentionné le nom d'un autre empereur du nom de Bali. Aussi, Il a mentionné un autre roi du nom de Bhishma. Ils étaient tous des rois de sacrifice. Ils étaient des rois de pénitence. Ils étaient des rois de vérité. Ils étaient des rois de valeurs éternelles. Ils ont tout appartenu à l'état du Kerala. Il a continué à les féliciter.

JE PEUX SOUTENIR N'IMPORTE QUOI

Maintenant nous nous déplaçons au prochain récit. Quelqu'un avait mis une chaise très confortable sur les marches pour Swami. Immédiatement Swami a demandé, " Qui a apporté cette nouvelle chaise ?"

Sans Sa permission, vous ne pouvez rien faire. Avant qu'Il demande à quelqu'un de répondre, je suis intervenu. " Swami, la chaise est très bonne, très belle à regarder. La chaise doit avoir été apportée ici pour Votre confort et convenance."

Baba fit la remarque, " Les conforts et les convenances sont pour vous. Je suis au-delà. Je ne veux pas ces conforts et ces convenances. Je peux soutenir n'importe quel problème." (rire)

SARVA DHARMA PRIYA SAI

Le prochain récit : Environ trois cents musulmans sont venus d'un village voisin du nom de Bukkapatnam. Il y a bien longtemps, Swami avait fait construire une école pour les enfants dans ce village. Les musulmans sont venus ici avec une prière spéciale.

Swami a demandé, " Que voulez-vous ?"

" Swami, vous avez construit un Masjid (mosquée) pour nous. Merci!"

" Achchaa "

" Swami, vous avez construit une école pour nos enfants."

" Très bien. Maintenant que voulez-vous ?"

" Swami, nous voulons une salle communautaire, Shadhi Khana où nous pourrons célébrer les mariages de notre communauté musulmane."

Swami dit, " Fait. Retournez. Je donnerai des instructions aux ingénieurs. Ils commenceront la construction demain. Soyez heureux."

Je devrais vous dire, les Pieds de Lotus de Bhagavan attirent des personnes de toutes les religions, de toutes les croyances, de toutes les nations et de toutes les catégories d'âge. C'est Sa Divinité. C'est la Divinité!

J'ai dit, " Swami, c'est fantastique! Comment Vous attirez les personnes de toutes les religions ? Incroyable!"
Savez-vous ce que Baba a dit ? " Quelles que soient vos différences, vous devez les laisser tomber à la porte et alors entrer dans Prashanti Nilayam! Le moment où vous entrez, c'est seulement l'unité! Les différences sont dehors, mais tous doivent être un, comme des frères et des sœurs."

Avant que je clôture les récits de ce mois, laissez-moi finir avec une pensée. La fraternité des hommes et la paternité de Dieu est la quintessence du message de Bhagavan Sri Sathya Sai Baba.


OCTOBRE 2000

Maintenant je passe à un autre épisode. Ceci a été enregistré en octobre 2000.

LA VRAIE DÉVOTION

Ce même jour Swami parlait à quelques dévots de Croatie. La majeure partie des gens ici n'ont pas entendu parler d'un pays appelé Croatie. Nous ne savons pas où il est situé. Si vous placez une carte du monde devant moi, ce serait un échec réussi.

Swami leur a donné une entrevue. Après cela, Il est sorti du Mandir, marchant doucement et lentement. Il s'est tenu devant nous et a commencé à nous parler à leur sujet. " Savez-vous qui ils sont ?"

" Swami, je ne sais pas."

" Ils sont des dévots de la Croatie."

" Oh ! Je vois, Swami. Quelle est leur spécialité ? Après tout, des gens de partout dans le monde viennent ici. Qu'est-ce qu'il y a de spécial à leur sujet ?"

Il a dit, " Que savez-vous ? Vous semblez être un imbécile."

" Swami, pourquoi me dites-Vous que je semble être un imbécile ? Je suis un imbécile! Pas de semble être un imbécile " (rire)

Swami a continué à expliquer : " Vous savez, tous ces gens Croatie ont fait le voyage vers cet endroit en économisant de l'argent chaque mois de leurs salaires. Chaque mois, ils ont économisé une partie de leur argent durement gagné. Ils sont venus de loin et ont dépensé beaucoup d'argent."

Swami a dit, " Je devrais également vous dire une autre chose."

" Qu'est-ce que c'est, Swami?"

Bhagavan dit, " Observant tous ces gens de la Croatie qui ont économisé de l'argent, surmontant toutes les difficultés et souffrant pour venir ici, un homme riche a voulu les financer. Il leur a dit , " Pourquoi vous inquiétez comme cela ? Pourquoi luttez-vous si durement ? Je payerai pour beaucoup de gens. Ne vous inquiétez pas."

" Swami, quelle belle chose c'est." J'ai dit.

" Vous êtes un imbécile!" (rire)

" Pourquoi, Swami? Qu'est-ce qu'il y a ?"

" Ces gens de la Croatie ont dit à cet homme riche, ' Monsieur, nous ne voulons pas de votre argent. Swami n'apprécierait pas si nous prenions de l'argent pour faire un voyage à cet endroit. Ainsi, merci infiniment de votre générosité et de votre bonté.' C'est ce qu'ils ont dit. C'est le niveau de dévotion des dévots de la Croatie."

Bien, je ne sais pas au sujet des autres. Je me suis senti très humilié parce que la plupart d'entre nous n'ont pas l'équivalent, en ce qui concerne leurs niveaux élevés de dévotion. Peut être que Swami a dit cela pour que nous apprenions une leçon.

LA QUALITÉ EST EXIGÉE, PAS LA QUANTITÉ

Maintenant, je vous porterai à un autre récit : Le Premier ministre précédent du Népal, du nom de Koirala, a visité cet endroit. Aujourd'hui, nous avons un autre Premier ministre. Je vais parler du Premier ministre précédent du Népal. Swami a accordé une entrevue à tous les membres de Koirala. Après leur avoir dit au revoir, Swami est venu et s'est tenu devant nous. Qu'a-t-Il dit ?

" Hé ! Anil Kumar, vous le connaissez ? Vous l'avez vu ?"

Dois-je dire ' oui ? Alors Il dira, " Êtes-vous ici pour voir tout le monde ?"

Puis-je dire, " Je n'ai pas vu " ? Alors Il dira, " Qu'est-ce qui est arrivé à vos yeux ?"

Ainsi j'ai gardé le silence. " Swami, je veux savoir de Vous."

Alors Il a dit, " C'est le Premier ministre du Népal."

J'ai dit, " Oh ! je vois. Swami, je veux savoir ce qui s'est produit dans la salle d'entrevue. Dites-le mois s.v.p."

Swami dit, " Dans la salle d'entrevue, le Premier ministre a dit à Swami, ' Bhagavan, ces garçons sont très chanceux! Ces personnes sont très chanceuses! Ils vous voient chaque jour. Ils voient Votre belle forme chaque jour. Ils vous voient le matin et en après-midi. Mais nous, les gens, les administrateurs, les personnes en affaires, ne pouvons pas se permettre de faire le voyage. Nous n'avons pas le temps. Nous avons des engagements pressants et des rendez-vous. Mais ces personnes sont si chanceuses de Vous voir chaque jour.' Le Premier ministre a ajouté plus loin, ' Bhagavan, je serais si chanceux si je pouvais redevenir un enfant en ce moment et obtenir l'admission à votre école primaire.' "

Swami dit, " Voyez ce qu'il a dit!"

Tout le monde a ri. C'était la taille de la dévotion du Premier ministre du Népal. Baba l'a consolé. Mettant Sa main sur son dos, Il dit " ' Regardez, Koirala, pourquoi vous inquiéter ? Pourquoi vous sentez-vous si triste par ce que vous ne pouvez pas Me rendre visite fréquemment ? Ce n'est pas le nombre de voyages qui sont importants, non. Votre sentiment, votre désir, votre prière et votre amour pour Swami - cela est plus important que le nombre de voyages que vous faites à cet endroit. Vous avez le bonheur total. N'est-ce pas ? C'est suffisant." C'est ce que Swami a dit.

Puis Koirala, le Premier ministre du Népal, a écrit dans le livre des visiteurs à l'hôpital Super-Spécialisé : " Cet hôpital et les personnes de cette terre apprécient les bénédictions de Guruji." (Comme vous le savez, le gourou est le précepteur, l'enseignant.)

Dans la salle d'entrevue, Swami lui a demandé, " Pourquoi avez-vous dit ' Guruji '? Pourquoi avez-vous écrit cela ? Qui est votre gourou ?"

Koirala dit, " Swami, Vous êtes mon gourou; mais en tant que Votre dévot, je devrais être très humble. Je ne devrais pas épeler Votre nom fort : ' Sathya Sai Baba '. Non, non, non! Je Vous appelle ' Bhagavan '; Je dis ' Swamiji '; Je dis ' Guruji '. Mais je ne Vous appelle pas par le nom de Swami."

Swami dit, " Voyez, c'est sa dévotion." Sa dévotion est si grande qu'il ne veut pas s'adresser à Swami par Son nom. Il l'appel ' Bhagavan, Mon Seigneur '!

Avec cela, nous terminons les récits de ce mois.

L'INFORMATION NE PEUT PAS APPORTER LA TRANSFORMATION

Maintenant je vous amène au mois suivant, qui est rapporté dans le Sanathana Sarathi en Telugu du mois d'août 2000.

Prochain épisode : Swami souriait. Il a marché jusqu'à Sa chaise et s'est assis là. Comment puis-je demander, Swami, " Pourquoi souriez-vous ?" Pouvez-vous demander ? Nous ne pouvons pas demander. Ainsi, nous avons également commencé à sourire. Personne ne savait pourquoi. Tous souriaient. (rire)

Puis Baba dit, " Un monsieur va parler demain sur un sujet, ' De l'information à la transformation'."

" Oh ! Swami, c'est un très bon sujet." J'ai dit, " Est-ce qu'il y a quelque chose qui ne vas pas ?"

Rien n'est erroné. C'est un bon sujet ' - De l'information à la transformation '.

Puis Baba dit, " Il n'y aura jamais de transformation par l'information. L'information n'apportera jamais la transformation."

" Oh! Swami, si l'information n'apporte pas la transformation, comment nous réaliserons la transformation ?"

Baba dit, " La transformation est possible seulement par la pratique, pas par l'information."

" Oh!"

" Et l'information sans pratique est inutile, encore moins la transformation! L'information devrait vous conduire à la pratique et la pratique vous conduire à la transformation."

L'UNITÉ FAIT LA FORCE

Maintenant à un autre récit : Bhagavan a donné une entrevue à un Ministre en chef très important. Il est bien expérimenté en politique. Après cela, Swami est sorti de la salle d'entrevue et a dit, "J'ai donné en ce moment une entrevue au Ministre en chef. Vous devez avoir remarqué."

" Swami, qu'est-ce que Vous lui avez dit ?"

Il a dit, " Pourquoi êtes-vous intéressé ?" (rire)

" Swami, je veux connaître parce que tout ce que Vous dites est un message à toute l'humanité, et a un intérêt pour nous tous. Si cela ne Vous convient pas, veillez me le dire."

Baba a dit, " En termes clairs, J'ai dit au Ministre en chef que le pays devrait se tenir dans l'unité. Vous ne devriez pas briser votre pays en morceaux sur une base linguistique, sur une base régionale ou sur des considérations idiotes comme les castes et la communauté. Non! Le pays devrait toujours être dans l'unité. Il devrait ne jamais être divisé pour des raisons idiotes."

Et Swami a également mentionné, " De plus, Je lui ai dit, " Regardez, Ministre en chef! Le corps entier est un et il agit en unité. Vous ne pouvez pas y couper les mains. Vous ne pouvez pas y couper les jambes. Vous ne pouvez pas le décapiter et le séparer en pièces. C'est inutile. Vous tuez la personne. Ainsi, tout le pays est un corps, un seul corps. Ne le brisez pas en morceaux."

C'est une bonne leçon à tous les politiciens. Quand le pays est uni, le pays est fort. Baba a donné un exemple : " Quand les fils sont séparés, il est facile de les couper avec un petit doigt. Quand les fils sont tissés et forme un tissu, vous ne pouvez pas le casser; vous ne pouvez pas le couper. N'ais-je pas raison ? Ainsi, une nation forte ne peut pas être conquise, ne peut pas être défaite. L'unité est sa force." C'est ce que Bhagavan a mentionné.

SOYEZ RECONNAISSANT ENVERS LES AÎNÉS

Maintenant, je me déplace au prochain récit : Un garçon du MBA a présenté un exposé. Swami lui a demandé de faire un discours, ainsi il a donné un court exposé devant Bhagavan.

Après lui, Swami a commencé à parler au sujet du garçon, " Anil Kumar! Vous le connaissez ?"
Je voulais que Swami parle davantage. Je le connaissais. Je l'ai vu tous les jours. Toujours, je ne pouvais pas dire que je le connaissais vraiment. Ainsi j'ai dit, " Swami, pas intimement - mais je l'ai vu à tous les jours."

Puis Swami dit, " Regardez! Il est avec nous depuis les dix-sept dernières années. Il est un étudiant depuis l'école primaire."

" Oh ! Swami, en est-il ainsi ?"

" Quand ce garçon étudiait à l'école primaire, il avait l'habitude de regarder notre université : 'Quand je vais grandir et devenir un grand garçon, je veux étudier là. A t-il été admis à cette université ?' C'était son rêve. Aujourd'hui, il est un étudiant de cette université. Et Anil Kumar, savez-vous ce qu'il fait maintenant ? Il regarde vers l'école primaire où il a étudié!"

" Oh ! Swami, pourquoi devrait-il regarder vers cette école ? Maintenant qu'il est à l'université, il peut oublier cette école."

Swami dit, " Vous avez tort. Ce garçon regarde l'école où il a étudié avec une expression de remerciement, comme acte de gratitude."

Alors, Swami nous a dis, " Rappelez-vous -- vous devriez toujours vous sentir reconnaissant envers vos parents, reconnaissants envers votre institution, reconnaissant envers les aînés, reconnaissants envers ceux qui vous ont aidé et qui vous ont conduit à ce stade actuel." C'est ce que Bhagavan a mentionné.

LA MÉTAPHORE DIVINE

Mes amis, voici une leçon pour chacun. Swami a dit ceci : " Quand la nourriture est servie dans l'assiette, vous devriez d'abord l'offrir à Dieu; mangez seulement cela. Pourquoi ? Pour que la nourriture que vous préparez soit exempte de toutes impuretés, pour qu'elle soit exempte de toute substance souillée. Elle deviendra un Prasadam - sanctifié. Vous ne faites pas cela. Vous offrez la nourriture aux démons, pas à Dieu!"

" Oh ! Je vois." J'ai dit, " Swami, quand Vous dite cela je me sens très désolé. Veuillez expliquer un peu plus à ce sujet."

Baba dit, " Vous, enfants, êtes l'assiette. Les nourritures servies dans l'assiette de votre vie sont les sens -- les sens de perception et les sens d'action. Cette nourriture des sens doit être offerte à Dieu. Qui est-Il ? Bonté, Vérité et Beauté - Sathyam, Sivam et Sundaram. Dieu est Vérité, Bonté et Beauté. Cette nourriture des sens doit être offerte à Dieu. Vous n'offrez pas la nourriture à Dieu. Vous offrez cette nourriture des sens aux démons. Qui sont les démons ici ? La colère, la convoitise, la cupidité, la haine et l'avarice. C'est ce que vous faites."

" Swami, quelle expression fantastique! Quelle belle métaphore! Vous l'avez commencée en tant que comparaison et transformée en une métaphore!" Nous sommes vraiment reconnaissants envers Swami.

TOUTES NOS PRIÈRES L'ATTEIGNENT

Entre temps, le garçon qui avait parlé dans l'auditorium ce matin s'est levé, il est venu près de Swami et a fait Padanamaskar. Veuillez noter ce point! Swami l'a immédiatement regardé et a dit, " Pourquoi un Padanamaskar supplémentaire. Un supplémentaire - pourquoi ? Ce matin vous avez fait Namaskar à Ma photo! Pourquoi la faites-vous maintenant ?"

Mes amis, ce qui est intéressant est que Bhagavan savait que le garçon avait fait Padanamaskar le matin. Il avait reçu les humbles salutations du garçon offert à ses Pieds de Lotus et Il s'est rappelé de cela, maintenant et Il a demandé, " Pourquoi ce supplémentaire ? Je l'ais déjà reçus."

Mes amis, quand nous prions devant l'image de Baba, quand nous offrons nos humbles salutations à l'image, soyons convaincus qu'elle va à Swami. Swami reçoit toutes nos prières, soyez sûr de cela. C'est la leçon. C'est le but de mon écriture dans Sanathana Sarathi.

Pourquoi les conversations de Swami avec les garçons et les professeurs devraient-elles être compilées et publiées ? Selon moi, la spiritualité de Sai, les enseignements de Sai, sont la propriété de tous, non la propriété uniquement des étudiants et des professeurs. Les enseignements de Dieu n'ont aucun copyright! Il n'y a aucun copyright sur l'air. Dieu nous l'a donné. La terre n'a aucun copyright. Nous sommes assis sur la terre. Ainsi, c'est dans ce contexte que j'ai décidé de compiler chaque événement et de le partager avec tout un chacun. Alors il sera préservé pour la postérité. À l'avenir, la spiritualité de Sai sera évaluée de plus en plus.

OFFREZ VRAIMENT LES SENS

Le prochain récit : Il y avait un vieil homme, un homme de la tradition. Il faisait le culte de Pakka; C'était un homme orthodoxe. Vous devez avoir vu des personnes comme lui dans le Mandir et le genre de prière qu'ils font. Ils gardent des fleurs devant une image et alors ils disent, " Bhagavan, je Vous offre mes yeux "; en Sanskrit, " Netram Samarpayami ", signifie " Je Vous offre mes yeux." Dans le rituel, ils font cela : Ils prennent une fleur, touchent leurs deux yeux et mettent la fleur devant Sa photo (Baba), qui signifie, " J'offre mes yeux."

Swami a commencé à plaisanté, " Vous n'offrez pas vos yeux; vous offrez seulement des fleurs. Vous pouvez dire, ' Oh Dieu ! J'offre mes deux yeux, mais vous offrez seulement des fleurs. Quel sorte de culte c'est cela ? Faux!"

Je ne pouvais pas demeurer silencieux. C'était le temps de clarifier!

" Bhagavan! Quoi ? Quand je dis, ' J'offre mes yeux, ' devrais-je les arrachés et les mettrent devant Votre image ? N'est-il pas suffisant d'offrir une fleur comme symbole ? Vous voulez mes deux globes oculaires ? Qu'est-ce que c'est, Swami ? Je veux vos conseils en cette matière." (rire)

Baba a dit, " Non, non, non! Quand vous dites, ' Je Vous offre mes yeux ', cela veut dire, ' Oh Dieu ! Laissez ces yeux voir seulement les choses sacrées de la nature. Laissez ces yeux être sanctifié. Laissez ma vision être sacrée.' C'est la signification d'offrir vos yeux à Dieu. Quand vous offrez vos deux oreilles - Srotram, entendre - cela ne signifie pas que vous devez couper vos oreilles et les offrir à la photographie. Non. Cela signifie, ' Oh ! Dieu, permettez que mon audition soit sacrée. Laissez mon audition être sacrée. Laissez mes oreilles être sanctifié.' C'est le but derrière cela."

" Swami, bien. Puis-je les offrir chaque jour ? Une fois que mes yeux sont sanctifiés, devrais-je Vous les offrir demain aussi ?"

Baba a ri, " Arey, vous semblez être un homme d'affaires!" (rire)

" Oh ! je vois. Je suis désolé, Swami. Mais je veux savoir la signification intérieure."

Baba dit, " Ne lavez-vous pas la vaisselle tous les jours ? Pourquoi ? Pour la garder propre. De même, vous devriez offrir le corps entier à Dieu chaque jour, de sorte que le corps entier soit sacré. C'est pourquoi vous devez prier Dieu chaque jour."

MERCI - PAS DE DEMANDE

Maintenant je me déplace au prochain récit : Chaque jour vous voyez des garçons essayer de donner des lettres à Swami. Nous nous sommes interrogés à savoir ce qu'ils écrivent. Après tout, ils sont de jeunes garçons célibataires. Quels problèmes peuvent-ils avoir ? Si je lui donne une lettre, c'est compréhensible parce que j'ai une épouse, quatre enfants et six petits-enfants! Quoi de plus est nécessaire pour les problèmes en ce monde ? (rire) Alors, j'écris mon problème et le donne à Dieu.

Swami dit, " Anil Kumar, savez-vous ce qu'ils écrivent ?" (Comme la pensée m'est venue, immédiatement Swami l'a mentionnée! Nous devrions faire attention au sujet de nos pensées. Nous devrions faire attention au sujet de nos paroles. Nous devrions faire attention au sujet de nos actions. Tout est enregistré dans la caméra Divine, dans l'objectif Divin!)

Ainsi, je ne peux pas leurrer. (rire) La pensée m'est venue et je me suis demandé, " Qu'est-ce que les garçons écrivent ?"

Bhagavan dit, " Vous voyez, ' Merci, mon Dieu ' est une lettre : ' Je Te remercie, Baba. Vous m'avez inspiré à écrire un poème.' ' Merci, Swami. J'ai obtenu le premier rang dans la classe!' ' Merci, Swami. J'ai chanté des bhajans ' Quand les cœurs sont innocents, toute chose est une offrande à Swami. C'est ce qu'ils écrivent. Vous pouvez apprendre comment écrire une lettre à Swami!"

" OK, Swami. Après, je ferai attention. Jusqu'à maintenant, je n'ai pas écrit. Ainsi, à compté de demain, si j'écris, je ferai attention."

AUCUNE URGENCE POUR MES DÉVOTS

Swami s'est assis et a exprimé un beau sourire. Alors, Il a dit, (s'amusant avec les garçons), "garçons, à compté de demain, je ne recevrais plus vos lettres. Je ne prendrais plus vos lettres."

Immédiatement ils ont dit, " Swami, s.v.p. ne dites pas cela! Veuillez prendre nos lettres. Nous avons la satisfaction de Vous remettre nos lettres, s.v.p. ne dites pas cela, Swami! Veuillez accepter nos lettres."

Swami dit, " Pourquoi ?"

Alors j'ai dit, " Swami, il peut y avoir des situations d'urgence. Nous devrions apporter les urgences à votre connaissance; ainsi nous écrivons une lettre. Swami, si Vous ne recevez pas la lettre, bien, nos cœurs s'arrêtent de batte !"

Mes amis, cette prochaine déclaration est très, très important. Veuillez écouter soigneusement. Qu'est-ce que Baba a dit ? " Urgence ? Il n'y aura aucun état d'urgence pour mes dévots! Il n'y aura aucun temps où ils se sentiront en situation d'urgence."

Oh! Dieu c'est sérieux! " Swami, que voulez-Vous signifier ?"

" Je n'attends pas pour leurs lettres! Je vais vers eux et vois qu'ils sont secourus et vois qu'ils sont sauvés. Il n'y aura aucun état d'urgence dans les vies de mes dévots."

C'est Bhagavan Sri Sathya Sai Baba! Qui d'autre peut dire cela ?

AJUSTEMENT INSTANTANÉ

Alors je continue au prochain récit : C'est très drôle. Je ne sais pas si vous avez entendu parler de cela ou pas. Bien, Swami a commencé à marcher. Alors, il s'est arrêté devant un étudiant, a matérialisé une bague pour lui, et a fait qu'elle s'adapte sur son doigt. Alors le garçon faisait ceci. (prof. Anil Kumar ajuste une bague sur son doigt.)

J'ai noté que Swami est revenu. " Quel est le problème ?"

" Swami, elle est très serré!"

" Oh! Coupez votre doigt et vous pourrez l'enlever facilement!" (rire)

" Oh, Swami! Très serrée!"

" Oh, je vois!"

Alors Swami a touché le doigt et le garçon a dit, " Swami, ample!"

" Oh ! je vois, " Tout en faisant cela, Swami s'arrête.

Ainsi, elle n'est ni de cette façon ni de l'autre. Elle s'est arrêtée au milieu. " Swami!"

" Quoi?"

" Swami, elle n'est ni ample ni serrée. Elle s'est arrêtée au milieu. Que dois-je faire ?"

Swami a ri. Comment Il joue avec les garçons! " Oh ! elle s'est arrêtée au milieu ? Je verrai!"

" Maintenant elle est OK ?"

" Swami, bien!" Ce miracle est important : Pendant qu'Il commençait à s'éloigné, la bague est devenue ample et en un instant, elle est devenue serrée. Alors elle s'est ajustée parfaitement! Là sur le doigt du garçon, j'étais témoin d'un miracle - un ajustement correct. Je n'avais pas vu cela avant!

Swami a ri et a ri et alors Il a demandé, " Est-elle OK maintenant ?"

" LA BÉNÉDICTION AVEC MON ABHAYA "

Après Swami a demandé, " Garçon, qu'elle est votre nom ?"

" Swami, mon nom est Abhay." (Abhay signifie courageux, sans peur.)

Swami dit, " Oh, Abhay ? Qu'elle est la signification d'' Abhay '?"

" Swami, courageux."

" Oho! Courageux ? Êtes-vous vraiment courageux ?"

" Oui, Swami. Je suis courageux."

" Mmhmm... Comment êtres courageux ? Anil Kumar, le savez-vous ?"

" Swami, j'ai beaucoup de peur. Ainsi, je ne peux pas donner une réponse à la façon d'être courageux." (rire) (J'ai une crainte terrible de tous les chats et les rats et leurs semblables. Je suis tout d'abord effrayé d'eux! Je ne peux pas dire que je suis courageux.)

Alors Swami a dit, " Où il y a une erreur, il y a peur. Quand il n'y a aucune erreur, il n'y a aucune peur. Ainsi, Abhay! (Soyez courageux, sans peur!)"

Après Swami s'est adressé au garçon : " Vous êtes courageux, sans peur parce qu'il n'y a aucune erreur."

Swami s'est tourné vers moi et dit, " Ce n'est pas suffisant si vous avez le nom Abhay - courageux. Vous devriez avoir Mon Abhaya - bénédiction. "

" Abhaya - bénédiction! Vous pouvez être Abhay - courageux avec Ma bénédiction - Abhaya!"

C'est ce que Bhagavan Sri Sathya Sai Baba a mentionné : On peut être courageux avec les bénédictions Divines!

SAI EST OMNISCIENT

J'arrive au dernier récit de la soirée : C'était le temps des examens et soudainement Swami a appelé le surveillant. " Il y a deux garçons malades dans la pension. Ils n'ont pas pu faire leurs examens hier. Cependant, un garçon est venu aujourd'hui et a fait son examen. L'autre garçon ne pourrait pas venir encore."

Le surveillant tremblait parce qu'il n'avait pas informé Swami. " Swami, Swami!"

" Arey Je sais. Vous n'avez pas à me Le dire. Je sais. Je sais tout!"

Alors regardant les étudiants et moi Il dit " Arey, garçons! Vous pensez que Swami est assis ici sur la chaise. Bien que Je sois assis ici, Je regarde tout autour. Je sais tout ce qui se produit partout. Comprenez cela!"

TOUT EST BON

Une autre conversation se termine. Quelqu'un a mentionné le bon et le mauvais. Immédiatement Swami a remarqué, " Ne dites pas ' le bon et le mauvais '. Dans Ma vision, tous sont bons. Dans Ma vision, rien n'est mauvais. Il n'y a pas de mauvais. Tout est bon. Tous sont bons."

Bhagavan est l'Incarnation de l'Amour. Il est la personnification même de l'Amour. L'Amour Divin est au-delà du bon et du mauvais. L'Amour Divin est au-delà de succès et de l'échec. L'Amour Divin est éternel. L'Amour Divin est sans conditions. C'est ce que Bhagavan Sri Sathya Sai mentionne.

Que Baba vous bénissent!

Om Loka Samastha Sukhino Bhavantu
Loka Samastha Sukhino Bhavantu
Loka Samastha Sukhino Bhavantu
Om Shanti Shanti Shanti

Jai Bolo Bhagavan Sri Sathya Sai Baba Ji Ki!