LES PERLES DE SAGESSE DE SAI

NO. 18

ANIL KUMAR

20 février 2003



OM.........

Sai Ram

Pranam aux Pieds de Lotus de Bhagavan

Chers frères et sœurs,

Aujourd'hui nous couvrirons les récits édités en février 2001 dans le Telugu Sanathana Sarathi.

Sanathana Sarathi en Telugu
Publié en février 2001

Entrevue à des milliers

Nous savons que le darshan de Swami a un impact merveilleux sur tout le monde. Le moment où nous voyons Swami, nous nous sentons énergique, enthousiaste et nous retrouvons notre dynamisme. En l'absence du darshan physique durant une période prolongée, par contre, nous sentons les douleurs de la séparation. Nous nous sentons très seule, isolé et physiquement faible.

Quand Swami parle aux étudiants et aux professeurs chaque soirée sur la véranda, nous pouvons penser à cela comme une ' entrevue de masse '. Il donne une entrevue à des milliers à la fois. Vous Le voyez tous, des milliers l'entendent et tous en bénéficient. N'est-ce pas exact ? C'est plus ou moins une entrevue de masse en effet!

Connaissez-Le en esprit

En écoutant les entretiens privés de Swami de cette façon, indépendamment de Ses discours publics, nous avons l'avantage de Le connaître en esprit. Nous Le comprenons spirituellement, qui finalement nous aidera à l'expérimenter spirituellement.

Par conséquent, pour nous tous c'est nécessaire de connaître notre Dieu, notre cher Dieu que nous prions. Si nous Le prions seulement sans Le connaître, alors c'est seulement une chose mécanique et une routine. Cependant, si nous Le connaissons, Le comprenons et Le prions, alors nous en expérimenterons les fruits. C'est ce que le sage Thyagaraja a dit, il y a bien longtemps. On doit connaître le Dieu qu'on adore.

Esclavage du goût - une vie gaspillée

Cette soirée, Bhagavan a choisi de parler au sujet de la santé. Il a dit que nous devrions être minces et en forme. Nous ne devrions pas nous sentir lourds. Nous devrions pouvoir se lever juste après avoir manger notre nourriture et ne pas se sentir comme si nous traînions notre corps. Plus tard, Il a dit que certains ont un corps trop lourd, mais des jambes délicates. Leurs jambes sont minces, alors que leur corps est très bien bâti. Baba dit qu'un tel corps est comme un bâtiment avec des piliers faibles : le bâtiment peut s'effondrer à tout moment. De telles jambes faibles ne peuvent pas soutenir la lourdeur du corps et cela pose parfois des problèmes d'arthrite et des os. Ainsi, les gens devraient faire attention afin de ne pas avoir un corps trop lourd ou faire de l'obésité.

Swami a dit, " Si nous devenons esclave du goût, alors la vie est gaspillée."

Puis Bhagavan a commencé à parler du passé. Il y a vingt-cinq ou trente ans, Bhagavan a visité le district de Godavari dans l'état d'Andhra Pradesh. En fait, il a visité chaque village dans ce district.

Swami a dit, " Vous savez, en ces jours J'ai voyagés partout en voiture. La voiture a dû passer à travers beaucoup de villes et, malgré le long voyage, croyez-le ou pas, Je n'ai rien mangé durant le trajet. Je n'ai rien mangé et Je n'ai rien bu."

Et plus tard Bhagavan a parlé de Rahim, un conducteur qu'Il a eu. Swami a dit qu'Il avait l'habitude de donner des fruits à Rahim et de chanter des chansons pour lui. Il lui racontait également des histoires afin que Rahim ne s'endorme pas en conduisant la nuit.

Swami a dit, " J'avais l'habitude de plaisanter avec lui : ' Oh conducteur Rahim! Vous êtes sur le siège avant tandis que Je suis sur le siège arrière. Lorsque la voiture accélère, toutes les secousses sont ressenties par Moi - pas par vous.' "

Vishwamithra demande la protection de Rama et de Lakshmana

Et puis, Bhagavan a commencé à parler du Ramayana. Vous savez que Rama et Lakshmana sont deux frères dans l'histoire. Le sage Vishwamithra a voulu que les deux frères le suivent dans la forêt pour protéger le Yagna qu'il avait décidé d'accomplir. La forêt était pleine de démons qui ont toujours attaqué les saints et les sages qui accomplissaient les rites. Vishwamithra a voulu que Rama et Lakshmana l'aident, non parce qu'il ne pouvait pas se défaire de ces démons lui-même, mais plutôt parce qu'une personne qui accomplit un Yagna ne devrait pas tuer personne. C'était la discipline. Ainsi, Vishwamithra est allé vers Dasaratha, le père des garçons, pour demander la permission.

Il a demandé au roi, " Oh! Dasaratha, envoyez vos deux fils avec moi."

Dasaratha a commencé à pleurer, " Je ne peux pas les envoyer avec vous. Ces enfants sont nés seulement après une très, très longue période d'attente et de pénitence et je ne peux pas me séparer d'eux."

Vishwamithra a répondu, " Oh! roi, vous avez fait la promesse que vous feriez tout ce que je demanderais. Maintenant vous ne pouvez pas briser cette promesse."

Dasaratha a dit, " Oh! Vishwamithra, s.v.p. laissez mes deux enfants tranquilles. Ils sont des jeunes enfants - de minuscules canards. Je ne peux pas vivre sans eux. Je vous suivrai. Je protégerai votre Yagna "

Alors Vishwamithra a dit, " Regard ici Dasaratha, vous appartenez à une lignée où les gens ont vécu et sont morts pour la vérité. Maintenant vous voulez briser votre promesse ?"

De cette façon, Vishwamithra a insisté sur le fait que Rama et Lakshmana soient envoyés avec lui. Et Vishwamithra a ajouté, " Oh! roi, je ne sais pas quel genre d'attachement vous avez. Vous pensez que Rama et Lakshmana sont vos fils; mais vous ne savez pas qui ils sont. Ils sont réellement Divins. Rama est Dieu Lui-même. Ainsi, pourquoi vous inquiétez-vous ? Pourquoi pensez qu'ils sont seulement vos enfants ?"

Parlant ainsi, Vishwamithra a finalement réussi à avoir les deux garçons avec lui dans la forêt pour sauvegarder et protéger son Yagna.

Après un dur voyage et comme la soirée approchait, Vishwamithra a fait venir les deux frères près de lui. Il a dit, " Regarde, Rama et Lakshmana, la nuit approche rapidement et il y aura des démons autour. Ils peuvent essayer de vous tuer. Vous devrez rester éveillé toute la nuit afin de maintenir les démons loin de cet endroit."

" Vous êtes des princes, les enfants d'un grand roi, ainsi vous êtes accoutumés à manger de la nourriture coûteuse et délicieuse, qui n'est pas disponible dans cette forêt. Par conséquent, mes chers garçons, je vous enseignerai deux formes de connaissance : l'une est Bala et l'autre est Athibala. Ces deux formes de connaissance vous permettront de demeurer longtemps sans sommeil et vous n'aurez pas à manger non plus, parce que vous perdrez votre appétit. Ne vous inquiétez pas."

L'illusion de Vishwamithra

Alors Bhagavan a dit, " Voyez comment Vishwamithra a été trompé ? Plus tôt, il a dit à Dasaratha, ' Pourquoi pensez-vous qu'ils sont vos fils ? Rama est Dieu.' Puis plus tard, le même Vishwamithra a dit aux garçons qu'il y avait des démons dans la forêt qui pourraient les attaquer, ainsi il leur enseignait ces deux formes de connaissance. D'une part, il a dit qu'ils étaient Divins, alors que de l'autre, il avait oublié cela. Il les a pris en tant que garçons ordinaires et a voulu les instruire."

Ainsi, l'illusion est si puissante que même les saints et les sages sont également emportés par elle. De même, parfois nous pouvons sentir que Baba est Dieu. Oui. Mais, après un certain temps nous pouvons penser, " Sait-Il que je souffre ? Connaît-Il vraiment mes problèmes ? Sait-Il que mon visa va expirer bientôt ? Sait-Il que mes billets de retour sont confirmés ou pas ?" Nous commençons à douter de Lui. Mais plus tard, Il est encore Dieu : " Il est apparu dans mon rêve; Il m'a dit ceci et cela, et tout s'est produit comme Il l'a montré." Ainsi ce sont les effets de l'illusion ou de l'hallucination.

Disciplinez vos habitudes de nourriture

Bhagavan a continué, " Rama a mangé des figues de la forêt. Il y avait quelques arbres fruitiers disponibles là, ainsi il a mangé les fruits qu'il a voulus et a donné le reste aux oiseaux et aux autres animaux présents. Comme cela, garçons, vous devez discipliner vos habitudes de nourriture. Vous ne devriez pas trop manger."

" Swami, est-il possible d'exercer une quelconque discipline en ce qui concerne la nourriture à cet âge ?"

Ce que j'ai voulu dire, c'est que je n'étais pas prêt à discipliner mes habitudes de nourriture. J'aime la nourriture épicée, les marinades d'Andhra, les piments, ce qui est très épicé et tout cela. Je ne suis pas prêt à les abandonner. Ainsi j'ai posé cette question de cette façon : " Est-il possible d'exercer une discipline dans nos habitudes de nourriture à cet âge ?"

Swami dit, " Cela n'a rien à voir avec l'âge. Si vous avez une forte détermination, alors vous pouvez certainement régler et discipliner vos habitudes de nourriture."

Des mots attendent d'être employés par Lui

Maintenant je passe à un autre récit. Bhagavan nous a mentionné qu'il y avait deux poètes dans L'Andhra Pradesh qui sont connus en tant que ' Tirupathi Venkata Kavulu ' - très populaire en littérature Telugu. La plupart des personnes connaissent leurs poésies, car elles sont célèbres. Ces deux poètes ont visité Baba il y a cinquante ans.

J'ai demandé par curiosité, " Swami, qu'ont-ils dit ? Qu'ont-ils dit ?"

Bhagavan a mentionné que ces deux poètes ont dit, " Swami, nous sélectionnent des mots pour composer des poésies, tandis que des mots attendent pour être employés par Vous dans une composition. Les mots attendent là; la littérature attend là pour se composer dans des poèmes par Votre main Divine. Alors que nous les gens du commun rassemblons quelques mots et écrivons des poèmes. C'est la différence."

Alors Bhagavan a mentionné le nom d'un autre grand érudit, Ramakrishna Rao. Il était un gouverneur et un expert en douze langues indiennes. Il a été le premier traducteur des discours de Bhagavan. Une fois à Bombay, il a traduit le discours de Bhagavan en langue Marathi. À la fin du discours, l'assistance entière a commencé à applaudire et à acclamer l'entretien de Bhagavan.

Le traducteur, Ramakrishna Rao, s'est levé et dit, " Messieurs et mes dames, comprenez s.v.p. que ce ne sont pas mes mots; ce n'est pas mon discours. C'est seulement ma traduction en Marathi. L'exposé original a été présenté par Baba."

Après avoir entendu cette annonce, les gens ont commencé à applaudire encore plus, pendant une longue période. C'est la beauté des discours Divins de Bhagavan.

Ne distribuez jamais de fruits gâtés

Maintenant nous passons à un autre récit. Vous connaissez les fruits de petite taille que Swami distribue à tous les étudiants et les dévots ? Un jour, Il a demandé aux garçons de distribuer ces petits fruits qui semblent à quelque chose comme des baies.

Il a appelé un garçon vers Lui et a dit, " Garçon, voyez à distribuer seulement de bons fruits; ne distribuez jamais les fruits gâtés. C'est un péché si vous distribuez les fruits pourris. Vous ne devriez jamais le faire parce que vous devrez payer pour cela plus tard. Par conséquent, choisissez les meilleurs fruits pour donner aux gens."

Puis, tous les garçons ont commencé à distribuer les fruits. Mais notre Bhagavan, comme vous le savez, observait soigneusement pour voir comment ils les distribuaient.

Finalement, Il a dit, " Ha, Garçons! Vous êtes des étudiants du degré M.Sc.. Vous savez seulement lire et reproduire l'information à l'heure de l'examen; mais vous n'avez aucun bon sens et connaissance général. Vous ne savez pas comment distribuer les fruits! Pourquoi avez-vous oublié ce groupe ? Vous n'avez pas distribué de fruits au bout de la rangée des dévots là. Quel genre de garçons M.Sc. êtes-vous ?"

Respectez vos professeurs

Et plus tard, Il dit, " Ha, quelques garçons parmi vous, lorsque vous marchiez, j'ai vu vos pieds toucher vos professeurs. Vous devriez respecter vos professeurs; ce n'est pas la manière que vous devriez vous comporter. Vous les étudiants devriez avoir l'obéissance et l'humilité. C'est seulement alors que vous pourriez bien apprendre." C'est ce que Bhagavan a mentionné.

Soudainement Swami s'est tourné vers un étudiant et a dit, " Dites-Moi une chose. Qui est le meilleur professeur dans votre collège ?"

' Qui est le meilleur professeur ?' C'est une question très difficile! Le garçon n'a pas répondu. Swami a insisté.

Le garçon a finalement dit, " Swami, tous sont de bons professeurs. -- Non Swami, tous sont les meilleurs "

Alors Bhagavan a dit, " Je sais que tous sont de bonnes gens, tous sont de bons professeurs. Cependant, quelques professeurs peuvent être durs envers vous. C'est pour votre propre bien - vous devriez savoir cela."

Les enfants transforment leurs parents

Maintenant je vais au prochain récit. C'était le moment où Bhagavan avait terminé les entrevues. Il a commencé à parler au sujet d'un couple qui avait eu le privilège d'avoir été reçu en entrevue par Lui. Après être sortis de la salle d'entrevue, Swami a commencé à nous parler d'eux.

Il nous a regardé et a dit, " Voyez - est-ce que vous voyez ce garçon ?"

" Ah! Swami, nous le voyons."

" Vous savez, J'ai dit à ce garçon, ' Dites à votre père de renoncer à sa mauvaise habitude. Dites-lui que ce n'est pas bon pour lui.'

Alors le garçon est allé à la maison et a commencé à pleurer.

Le père a demandé, " Ha, pourquoi pleures-tu ?"

Le garçon a dit, " Papa, arrêtez votre mauvaise habitude ou bien je vais pleurer. Je ne prendrai plus de nourriture. Promettez-moi que vous allez renoncer à votre mauvaise habitude."

Le père a dit, " Qu'elle est cette mauvaise habitude ?"

" Fumer, papa - vous fumez. Ne fumez plus."

Alors le père a décidé de ne plus fumer. Quelle transformation Bhagavan a produit chez les parents à travers leurs enfants ! Les enfants sont transformés en Sa présence et par eux les parents sont reformés. C'est une chose merveilleuse qui continue dans cette actuelle incarnation.

Vous ne pouvez rien Lui cacher

À ce moment-là Bhagavan a commencé à dire à tout le monde, " Garçons, Je vais vous dire quelque chose qui s'est produite à Brindavan. Anil Kumar sait à ce sujet."

C'était pendant le temps des classes d'été et les garçons appréciaient le bon repas et le thé en soirée. Swami a commencé à marcher vers la salle pour le discours Divin de la soirée.

Soudainement, Il s'est arrêté, a regardé un garçon et dit," Garçon, ne fais pas cela! Ce n'est pas l'endroit pour de telles choses. Arrêtes cela."

Le garçon a dit, " Quoi, Swami ?"

Il a dit, " Ne fais pas cela."

" Qu'est-ce que c'est, Swami ?"

Immédiatement, par le mouvement de Sa main, Baba a matérialisé une photo montrant ce garçon fumant sous un arbre derrière le bâtiment du collège. C'est quelque chose que Bhagavan Lui-même a mentionné. Ainsi, cela signifie que nous ne pouvons rien Lui cacher. Vous ne pouvez rien garder de secret en ce qui concerne Baba.

Je n'ai jamais goûté au café, au chocolat ou au gâteau


D'une certaine façon la discussion s'est tournée vers moi et Il a dit, " Anil Kumar, mangez-vous correctement ?"

" Swami, je mange normalement."

" Êtes-vous heureux avec vos marinades et les substances épicées ?"

" Je suis très heureux, Swami."

" Pourquoi mangez-vous vos marinades sans interruption comme cela ?"

" Swami, dans l'intervalle je prends du potage et du dal; mais les marinades continuent."

" Huh! Vous êtes toujours comme cela."

Et alors, se pointant vers Lui, il a dit, " Croyez-le ou pas, Je n'ai jamais goûté au café ou au thé. Je ne touche pas à rien d'huileux. Je n'ai jamais goûté aux biscuits, aux chocolats ou aux gâteaux. Vous savez, au temps où J'allais à l'école, J'avais l'habitude de transporter avec Moi une petite préparation fait à partir de maïs."

J'ai appartenu à une famille pauvre - J'ai dû manger discrètement

Avec cette substance de maïs, une préparation de maïs dur concassé appelé Jonna Rottelu est faite. Jonna Rottelu veut dire, ' hors du maïs '. Swami apportait cette substance de maïs avec Lui à l'école.

Alors j'ai dit, " Swami, cela devait être si dur -- trop dur pour être manger. Comment pouviez-Vous le manger ?"

" Non, non, non. Si vous l'arrosez juste un peu avec de l'eau sur le dessus, il devient mou. Alors vous pouvez facilement le manger."

Alors j'ai pensé, ' Swami, Vous seul pouviez faire cela; Je ne le pourrais pas!

Et alors Bhagavan a dit, " Tandis que tous mes camarades de classe avaient leur nourriture habituelle, Je mangeais seulement un peu de cette préparation fabriquée à partir de maïs. Pour que d'autres ne se sentent pas embarrassés parce que J'appartenais à une famille pauvre, J'ai dû manger discrètement. Je ne pouvais pas me permettre le riz et les autres nourritures que mes compagnons de classe mangeaient, et Je n'ai pas voulu les embarrasser."

Comment devons-nous le prendre ? Quelle simplicité Himalayan (grande simplicité) c'est! Quelle franchise c'est ! La vie de Bhagavan est un livre ouvert.

Avec cela, je conclus le rapport de ce mois.

Édité en mars 2001 dans le Sanathana Sarathi en Telugu :
Récits à partir de juin 2000

Maintenant je passe à la matière du mois suivant, éditées en mars 2001 dans le Sanathana Sarathi en Telugu. Je suis si heureux que Bhagavan m'ait donné cette occasion de rendre tout ce matériel disponible à ceux qui comprennent l'anglais. Je suis si reconnaissant à Swami parce que je me sentais tellement mal que tout le matériel en Telugu n'était pas à la disposition des lecteurs anglais. Ainsi, alors que nous sommes reconnaissants à Bhagavan, je vous suis également reconnaissant pour cette chance.

Bien, qu'est-ce que Bhagavan a dit ?

Ce récit commence avec Bhagavan lorsqu'Il est revenu de Bangalore après le cours d'été. Habituellement, Il revient en juin, mais mon récit a été publié en mars 2001. C'était parce que les récits racontés étaient de l'année précédente.

Comme je vous l'ai dit plus tôt, je donne au groupe du Sanathana Sarathi un certain nombre de récits. Toutefois, ils peuvent seulement en éditer quelques-uns à la fois, dépendant de la disponibilité et des pages allouées -- parce que le magazine entier n'est pas seulement pour moi. Tous devraient avoir la chance de soumettre des articles et les discours de Bhagavan doivent être imprimés. Ainsi, le mois où ces récits ont été imprimés dans le magazine n'est pas le même mois où ils se sont produits originalement. Est-ce que c'est clair ?

Bhagavan est retourné à Puttaparthi à une grande bienvenue

Ainsi, Bhagavan revenait de Bangalore et tout le village de Puttaparthi sautait de joie. Toutes les rues ont été bien décorées. Tous les villages le long de la route de passage ont été décorés. En addition, environ 60 à 70 personnes - les villageois locaux et les personnes des magasins sont venues en motos pour accueillir Swami aux périphéries de la ville, et ils L'ont escorté à Prashanti Nilayam. Je me suis rappelé ces jours du Bhagavatham. Le Seigneur Krishna doit avoir été reçu comme cela quand Il est revenu à Mathura de Brindavan. Ainsi Bhagavan Baba a été reçu comme cela, avec toute la festivité et la gaieté.

Nous avons appris que sur le chemin du retour Swami s'était arrêté dans un village appelé Muddenahalli. Muddenahalli a une école qui a été fondée par Baba. Cette école a plus de mille étudiants, en plus d'un certain nombre de professeurs dévoués et consacrés, qui sont tous des célibataires et fortement qualifié. Bien, malgré le voyage, l'arrêt à Muddenahalli et un discours là-bas, Bhagavan a atteint Prashanti Nilayam très frais et dispos. Il ne semblait pas fatigué - aucune sueur sur le front - simplement très frais. C'est la qualité de la Divinité.

Ainsi Bhagavan a été reçu ici avec une bienvenue tumultueuse. Les garçons chantant les Védas l'ont salué. Il y avait un orchestre qui jouait, et les gens chantaient et dansaient. Et Swami, bien qu'Il soit arrivé à 2 h 30 l'après-midi, Il était prêt pour le darshan à 4 heures. Voyez cela ? C'est possible seulement pour Bhagavan d'agire comme cela! C'est impossible pour personne comme nous. Nous sommes fatigués seulement à regarder Son programme, encore moins à suivre le programme. Mais Il est demeuré très frais et dispos. C'était vraiment merveilleux.

Les patients mangent le jour suivant leurs opérations
Swami est venu là à 4 heures l'après-midi et a parlé aux garçons comme d'habitude. Il a parlé de l'Hôpital Super Spécialisé de Bangalore.

Baba a dit, " Là dans l'Hôpital Super Spécialisé, dans les dix jours de son inauguration, des centaines de personnes se sont rendu la visiter et un certain nombre d'opérations a été conduit. La plupart des patients se sont avérés justement être très, très pauvre et il y avait également des enfants."

Il a également dit, " Vous savez que la spécialité dans notre hôpital est que le patient commence à manger dès le jour suivant son opération."

Le jour suivant l'opération, l'individu commencera à manger des idlis (met indien)! C'est leur spécialité là-bas.

Et après Il a dit, " J'ai visité l'hôpital et soudainement J'ai vu une jeune fille manger des idlis et Me souriait. Elle a fait Namaskar. Les médecins M'ont dit que l'enfant avait été opéré juste la veille, mais elle a fait Namaskar et paraissait si fraîche comme si rien ne s'était produit. C'est comme cela que les choses ont lieu dans notre hôpital."

Le bonheur intérieur est recouvert par l'idée de la séparation

Alors, j'ai dit doucement, " Swami, durant la période de Votre absence, le charme de Puttaparthi a été perdu. C'était un village abandonné. Cet endroit devient une ' place misérable '. Nous nous sommes sentis très, très seul."

Baba a répondu, " Pourquoi parlez-vous comme cela ? J'ai pu ne pas être ici, mais vous tous vous étiez ici. Pourquoi dites-vous que le village a été abandonné ? Vous étiez tous ici. Pourquoi dites-vous cela ?"

Alors j'ai dit, " Swami, je suis désolé de commenter. Voyez le bonheur maintenant tout autour ? Voyez maintenant les visages souriants ? Avant c'était ' des visages d'huile de ricin -- personne n'était heureux; tous étaient moroses et sérieux."

Alors Baba a dit, " Non, non. Vous avez tort. Le bonheur est à l'intérieur de vous. C'est seulement à l'intérieur."

Alors j'ai dit, " Swami, excusez-moi. Si le bonheur est à l'intérieur de moi, alors que lui arrive-t-il quand Vous n'êtes pas ici ? Pourquoi le bonheur se manifeste-t-il seulement après que Vous êtes revenus ici ? Il peut-être à l'intérieur de moi, mais il sort seulement quand Vous êtes arrivés. Je n'ai pas constaté son existence en Votre absence. Comment cela ? Expliquez s.v.p."

Bhagavan dit, " Non. Vous êtes l'incarnation du bonheur. Le bonheur est en vous, mais ce sentiment d'absence - l'idée même de l'absence de Swami - recouvre ce bonheur qui est à l'intérieur de vous. Le bonheur intérieur est recouvert par l'idée de la séparation, par la pensée de l'absence de Swami."

Comme cela est vrai ! Nous avons oublié notre vraie nature. Nous sommes les incarnations de la vérité, de la paix et de l'amour, mais notre vraie identité a été oubliée, il y a longtemps. Nos fausses pensées ont recouvert notre vraie nature. Ainsi, l'erreur se trouve dans nos pensées, pas dans notre vraie nature.

Le tremblement de terre du Gujarat

Alors la conversation s'est lentement déplacée sur le tremblement de terre du Gujarat. Cela était autour de la période du tremblement de terre du Gujarat. Avant que Swami soit revenu à Puttaparthi, Il avait donné des instructions. Il avait envoyé des camions et des camions de couvertures, de produits alimentaires et d'ustensiles aux victimes du tremblement de terre.

Alors j'ai dit, " Swami, nous avons appris que Vous avez envoyé tant de choses à ces victimes du tremblement de terre quand vous étiez à Bangalore."

Baba a dit immédiatement, " Je ne fais pas de publicité avec ce que Je fais. Je n'annonce pas ce que Je fais. Dites-le à tout le monde. Pourquoi ? Parce que vous pensez que vous aidez quelqu'un. Personne n'est ' une autre personne ' à Moi; toutes sont Mes personnes. Toutes M'appartiennent. Alors, pourquoi devrais-Je publiciser ? J'aide Mes propres personnes, alors il n'y a aucun besoin de faire de la publicité."

Quelle idée merveilleuse c'était ! Bhagavan a envoyé environ 75,000 saris, des vêtements pour adultes et enfants, des ustensiles, des sacs de riz, de blé, des bidons d'huile, des shamianas (abris de tissu) et autour de 2000 tentes à Gujarat. Avec ces matériaux, 50 volontaires sont partis de Prashanti Nilayam, accompagné des aînés qui ont été invités à aller superviser la distribution aux victimes et pour diriger les opérations d'aide. Pour dire vrai, c'était vraiment incroyable.

Alors j'ai dit, " Swami, je ne peux pas exprimer l'ampleur de l'aide que Vous avez offert à ces victimes."

Baba, revenant vers moi, a dit, " Je ne le considère pas comme une ' aide ' du tout. Pensez-vous que vous aidez votre épouse et vos enfants ? Non. C'est votre responsabilité de prendre soin d'eux. Tous sont Mes enfants. Par conséquent, c'est Ma responsabilité de prendre soin d'eux. Alors, personne n'a besoin de savoir, de remercier ou de reconnaître cela."

Bien, c'était le bon temps de poser une question.

" Swami, Vous êtes Dieu. Pourquoi avez-vous permis à ce tremblement de terre de se produire là au Gujarat ? Vous pouviez l'empêcher par Vous-même. Pourquoi avez-Vous permis que cela se produise et puis organiser un camp d'aide comme cela ? Pourquoi ? Pourquoi avoir fait pleurer des enfants et plus tard les caresser ? Pourquoi avoir fait pleurer des enfants et plus tard leur chanter une berceuse pour les inciter à dormir ? Pourquoi devrait-il y avoir des tremblements de terre ?"

Je n'interférerai pas dans la nature

Veuillez noter ce point :
Baba dit, " Tout ce qui se produit dans le monde se produit selon les lois de la nature. La nature est la création de Dieu. Elle fonctionne par sa propre discipline et elle ne dépassera jamais ses limitations. Et, Je n'interfère pas parce que c'est Ma création. Par conséquent Je ne permets aucune transgression des lois de la nature. Ainsi les tremblements de terre, les feux, les inondations, etc., tous se produisent selon les lois de la nature. Mais, aller à l'aide du pauvre et du nécessiteux est Amour pour l'homme. Ainsi, ce qui se produit dans le monde est la loi de la nature. Ce que l'homme devrait faire c'est d'avoir cette idée d'Amour de l'homme ' envers ceux qui souffrent -- les pauvres et les nécessiteux."

Pourquoi les tremblements de terre, les feux et les inondations se produisent-ils ?

" Pourquoi ces tremblements de terre, ces feux et ces inondations devraient-ils se produire ?

Pourquoi ?"

Je veux que nos amis notent soigneusement de ces points, de sorte que nous en venions tous à connaître la cause principale derrière ces calamités naturelles.

Swami a commencé à expliquer, " Aujourd'hui, l'homme a des désirs sans limites. Il est devenu très avide et il exploite la nature. Il continue à extraire des métaux des profondeurs insondables de la terre. Il creuse de plus en plus profond, des milliers et des milliers de pieds, pour extraire des minerais et des métaux hors de la Terre Mère. Puis, il va également profondément dans l'océan pour extraire le kérosène et le pétrole. Par conséquent, l'équilibre de la terre est perdu. Quand l'équilibre de la terre est perdu (déplacé), alors il y a des inondations. Quand il y a des manques et des creux dans différentes parties de la terre, cela mène aux tremblements de terre. Ainsi, les tremblements de terre et les inondations sont dues à cause de l'homme. Dieu n'a rien fait. Toutes ces choses sont une sorte de réaction aux atrocités de l'homme -- son exploitation de la nature, son avidité et son avarice sont dues aux désirs sans limites."

C'est ce que Bhagavan a dit. Ainsi, Il a expliqué la raison de ces calamités naturelles.

Est-il mauvais d'avoir des désirs ?

" Alors, Swami, est-il mauvais d'avoir des désirs ?"

Swami a souri avec compassion et dit, " Vous pouvez avoir des désirs, mais seulement un nombre limité de désirs -- pas trop. Quand vous avez besoin d'eau pour boire, un verre d'eau devrait être suffisant; vous n'avez pas besoin d'apporter toute la rivière ici. Aussi, si l'homme a des désirs limités, alors il n'exploitera pas la nature qui cause les calamités naturelles. Après tout, si vous travaillez avec vos deux mains, si vous travaillez dur, ne pouvez-vous pas alimenter un simple estomac ? Ne pouvez-vous pas alimenter votre simple ventre ? Mais l'homme ne travaille pas ainsi, et il est devenu très égoïste et rempli de désirs sans limites. Et aujourd'hui, comme la science s'améliore de jour en jour, le contrôle des sens s'est perdu de jour en jour. C'est la cause de toutes ces tragédies."

Récits à partir de janvier 2000

Nous avons appris que tandis qu'Il était à Bangalore, le 31 janvier, Bhagavan a visité un endroit appelé Alike dans l'état de Karnataka. Swami nous a dis, " Vous savez, J'ai parlé entièrement en Kannada, pas en Telugu. Toutes les personnes dans l'assistance étaient très heureuses parce que J'ai parlé dans leur langue maternelle."

Arjuna a eu douze titres
Maintenant, je passe au prochain récit. Bhagavan a parlé au sujet du Mahabharata en soirée. Il a parlé de tant d'histoires, comme celle de Prameelarjuneeyam, de Gograhanam, de Abhimanyu et l'histoire de Parikshith. La manière dont Il a rapporté chaque récit nous a fait vivre la sensation comme si les événements venaient de se produire. Toutes ces histoires ont été relatées de telle manière que nous avons ressenti une image, un graphique, une photographie panoramique et dramatique de l'événement entier, ce qui est possible seulement par Bhagavan et non par personne d'autre.

Il a mentionné un personnage important du Mahabharata appelé Arjuna. Bhagavan dit, " Arjuna a eu douze titres - les titres les plus élevés."

Alors j'ai dit, " Swami, douze titres ? Comment a-t-il obtenu ces titres ? Les a-t-il obtenus en raison de son expertise dans le tir à l'arc ? Est-ce pour la reconnaissance de son courage ou dans la reconnaissance de sa victoire ou peut-être dans la reconnaissance de son triomphe au-dessus des forces mauvaises ?"

Swami a dit, " Non, non, non. Il a gagné douze titres en raison de son contrôle des sens, de sa discipline spirituelle et de sa pénitence. Il a gagné la Grâce de Dieu et donc il a été récompensé avec tant d'avantages."

Swami a félicité Arjuna de cette façon.

Est-ce que Arjuna était plus grand que Bhishma ?

Bien, je ne suis pas un homme silencieux. Je connais une autre personnalité du Mahabharata Bhishma. Bhishma était un aîné, un vieil homme, un homme de paix, un homme de tranquillité, un homme d'expertise et un homme de sacrifice - semblables à ce que vous ne trouverez pas nulle part.

" Swami, pensez-Vous que Arjuna était plus grand que Bhishma ?"

Bhagavan a compris mes pensées et a répondu immédiatement, " Bhishma, aucun doute, était un grand homme. Il était assurément un aîné - un homme sage, un homme de pénitence, un homme de discipline, un homme de sincérité et un excellent dévot. Mais il était en compagnie de mauvaises personnes. Il a soutenu les mauvais Kauravas. D'autre part, Arjuna n'était jamais en mauvaise compagnie. Cependant, comparativement il était plus jeune que Bhishma, Arjuna était tout à fait bon parce qu'il fréquentait la compagnie de bonnes gens. Par conséquent, Arjuna était plus grand que Bhishma."

La décision d'Abhimanyu à combattre

Et alors Swami a relaté l'histoire d'Abhimanyu. Abhimanyu était le fils d'Arjuna. Il s'est ainsi produit qu'Abhimanyu a été défié par les ennemis pour combattre. Ainsi, il a dû aller à la guerre et les combattre. Il est mort là, quand il était encore un très jeune homme.

" Swami, Abhimanyu était un jeune homme. Il était marié et son épouse était enceinte; son père, Arjuna, et son oncle, Krishna, étaient tous deux au loin. Le pauvre Abhimanyu! Il était un si jeune homme à mourir sur- le- champ de bataille. Quel dommage! Swami, j'ai entendu dire que Abhimanyu a désobéi à sa mère, Subhadra."

Sa mère lui aurait dit, " Mon cher fils, n'y allez pas. Votre père n'est pas ici; votre oncle n'est pas ici; et votre épouse est enceinte. N'y allez pas."

" Swami, était-il approprié que Abhimanyu désobéisse à sa mère et parte comme cela ?"

J'ai pensé que je pourrais signaler quelques erreurs de Abhimanyu, mais notre bon Dieu ne tient pas compte de tels malentendus.

Il a dit, " Regardez, Anil Kumar! Quand les ennemis viennent et défient, c'est le devoir de chaque guerrier, Kshatriya ou de la communauté de guerriers d'aller immédiatement au champ de bataille. Ils ne doivent pas fuire. Ils ne doivent pas trouver d'excuses."

" Ainsi, Abhimanyu a désobéi à sa mère parce que ses ennemis l'ont défié et il était un vrai guerrier. S'il n'était pas allé, lors du retour de son père à la maison, quel aurait été le sentiment de son père ? Son père aurait eu honte de lui. Il aurait pensé, ' Est-ce que c'est mon fils qui est resté en arrière à la maison ? Je suis un grand guerrier et mon fils devrait également être comme moi. Quelle honte c'est de resté à la maison quand il est défié par nos ennemis ! ' Cela aurait été le sentiment de son père."

" Abhimanyu n'aurait jamais voulu que cela se produisît. Par conséquent, il a relevé le défi. Il a fait face à ses ennemis d'une seule main et finalement a dû mourir, selon ' le Plan Divin '. Abhimanyu savait que Dronacharya avait conçu la stratégie entière de la guerre. Il savait également très bien qu'il était seul contre des centaines de personnes, des personnes aînées, mais cela ne le préoccupait pas de mourir pour confirmer la renommé, le prestige et la dignité de sa famille et de son père."

C'est ce que Bhagavan a dit.

Qu'est-ce qu'un Kshatra ?
Alors j'ai demandé, " Swami, j'ai une question. Qu'est-ce qu'un Kshatra ? "

C'est un mot en Sanskrit, mais nous le comprenons en anglais comme la signification de ' courage'. J'ai posé cette question à Swami parce qu'Il est reconnu pour nous donner de nouvelles définitions et de nouvelles interprétations.

" Oui, " Swami s'est retourné avec un sourire et dit, " La valeur et le courage se tiennent toujours prêt de la moralité, du caractère et de l'intégrité s'appelle Kshatra "

Nous devrions comprendre, mes amis, que tuer un autre homme peut être un acte du courage; mais ce n'est pas Kshatra. Comprenez-vous ? Battre une personne peut être un acte du courage, mais ce n'est pas Kshatra. Pour maintenir votre caractère, pour être prêt à mourir et combattre pour garder votre caractère, c'est Kshatra. C'était la définition donnée par Bhagavan.

La société d'aujourd'hui doit reconnaître de tel Kshatra. La détermination est exigée quand nous combattons les agitations et les perturbations. La criminalité et la violence sont partout, mais dans aucun cas nous pouvons les appeler du courage. Ces actions sont tous du chahut, de l'agitation et de l'anarchie. Ce que nous avons besoin aujourd'hui c'est du courage - du courage, des valeurs et de la détermination.

Que Bhagavan vous bénisses !

Merci, Sai Ram

OM.........
Asato Maa Sat Gamaya
Tamaso Maa Jyotir Gamaya
Mrtyormaa Amritam Gamaya

Om Loka Samastha Sukhino Bhavantu
Loka Samastha Sukhino Bhavantu
Loka Samastha Sukhino Bhavantu

Om Shanti Shanti Shanti