JOUR DU VISHWA RUPA DARSHAN

Le 4 octobre 2007


Swami sortit pour le darshan à 17h05 dans la soirée du 4 octobre. Les bhajans avaient commencé et Swami alla directement dans le hall des bhajans, après avoir circulé pour le darshan. Swami s’assit pour les bhajans jusqu’à environ 17h35. Il semblait très radieux et cependant, Il avait l’air un peu ému. Chaque bhajan semblait Le toucher et Il regardait tout autour. C’était comme s’il voulait que Son regard touche tous ceux qui étaient présents dans le hall. Tandis que les bhajans battaient leur plein, Swami appela le secrétaire du Central Trust, Sri Chakravarthi et lui parla. Le groupe de bhajan diminua le volume des chants et de l’accompagnement, car la conversation semblait se prolonger. La conversation dura pendant un bhajan entier. Puis Swami sourit et continua de regarder tout le monde. A 17h35, Swami entra dans la pièce réservée aux entretiens. Il en sortit vers 18h00 et Il demanda immédiatement l’arati. Toutefois, pendant l’arati, Swami entra dans le hall des bhajans. Il s’assit jusqu’au Loka Samastha final. Puis, Il appela le Prof. Anil Kumar et Lui enjoignit de faire l’annonce suivante :

« Aujourd’hui est un jour très auspicieux. A partir de maintenant jusqu’à 19h00, en direction de l’aéroport, on peut avoir le Viswa Viraata Swaroopa Darshan. Il peut être vu par tous les gens – quelles que soient leur nationalité, leur couleur et leur caste. »

Une vaste palette d’émotions anima le visage des gens qui entendirent l’annonce. Swami paraissait être la seule âme non troublée de toute l’assemblée. Une vague exceptionnelle de bavardage et de propos excités éclata dans le hall des bhajans que Swami quitta avec un air satisfait et affectueux. Tout Puttaparthi et les villages environnants parurent également se rallier. Toutes les routes semblaient conduire à l’aéroport. La zone réservée aux rickshaws se vida en un rien de temps et les taxis étaient tous pleins. Tous les véhicules – avec ou sans moteur – prirent la direction de l’aéroport et seul celui qui assista à la scène connaît l’impact euphorique que cela généra sur tout le monde. Puttaparthi ne doit jamais avoir connu un tel cortège de véhicules dans son histoire courte et néanmoins vibrante.

Pour ajouter à cela, vers 18H30, la Porte de Swami prit également la direction de l’aéroport. L’ashram avait un air désert, étant donné que tous ses habitants se dirigeaient vers l’aéroport. La route principale était congestionnée de véhicules et elle ressemblait à un sens unique. Aucun véhicule ne paraissait se diriger vers Puttaparthi et tous prenaient la direction sud-ouest de l’aéroport. Se parquer était un problème, mais les dévots utilisèrent les véhicules aussi loin qu’ils le purent. Puis, abandonnant sur place les véhicules, ils se rendirent à pied jusqu’aux alentours de l’aéroport. La voiture de Swami était parquée au centre de la piste juste en face du terminal.

La voiture de Swami était naturellement la cible de l’attention des gens et de la foule gigantesque. En une vingtaine de minutes, plus de 10.000 personnes s’étaient rassemblées à l’aéroport. Il faisait nuit noire et les seules lumières provenaient des feux arrière et des phares avant de la Porte de Swami. Bien sûr, il y avait les flashs occasionnels des appareils photo et les petits écrans lumineux des GSM. Des psalmodies de la Sai Gayatri résonnaient un peu partout. Près de la voiture, c’était les cris exaltés de « Bolo Bhagawan Sri Sathya Sai Baba Ki…Jai. » Swami était assis dans la voiture et regardait simplement devant Lui. Il semblait attendre quelque chose. Les gens étaient animés d’une ferveur dévotionnelle et si la piste avait pu être remplacée par une rivière, la scène aurait fait penser au Maha Kumbh Mela.

Tout à coup, la voiture de Swami qui était dans le noir s’éclaira, tandis que les lampes étaient allumées à l’intérieur. Il y eut un tonnerre d’applaudissements et les visages de tout le monde semblèrent également s’éclairer par la grâce de la lumière dans la voiture. La foule se tenait maintenant sur la pointe des pieds et le cordon de sécurité autour de la voiture de Swami était maintenant presque inexistant. Les gens étaient tendus au maximum et ils voulaient juste un aperçu de leur Seigneur bien-aimé. On parlait de demander à Swami de retourner au Mandir, puisque la foule devenait incontrôlable. Mais alors, Swami fit quelque chose qui Lui était si naturel. Il demanda à ce que l’on ouvre la porte et Il ne semblait que trop désireux de sortir de la voiture et d’être parmi Ses dévots. La porte s’ouvrit et le fauteuil se mit à bouger.

Mais alors, il y eut une brusque poussée de dévots. Dans l’obscurité du début de la nuit, toute la scène ressemblait à l’épisode du collier de perles de Kanyakumari – juste que c’étaient maintenant des vagues de dévots qui essayaient d’offrir leur guirlande d’amour, de dévotion et de gratitude. La foule déferlait littéralement et les gens près de la voiture demandèrent à Swami de retourner dans la voiture. Il y eut des appels répétés aux dévots pour qu’ils se calment et qu’ils s’asseyent, mais ils semblèrent ne rien entendre. Un genre de mentalité de foule s’installa et l’indiscipline s’affichait également. Pourtant, Swami voulait toujours sortir de la voiture et être parmi les dévots. Mais les vagues furieuses des dévots semblaient rendre physiquement impossible une telle initiative. Ils s’écrasaient presque sur les ailes de la voiture et il était physiquement même impossible pour Swami de sortir. Pour une fois, il semblait que Dieu proposait et que l’homme disposait !

La voiture démarra maintenant et se fraya un chemin parmi la foule et se parqua dans un autre endroit. D’une manière ou d’une autre, Swami voulait rester sur le tarmac de l’aéroport et c’était purement Sa volonté que la voiture soit encore là. On n’avait jamais vu une telle scène, ce qui était d’ailleurs encore le cas aujourd’hui, car en plus des dévots, l’obscurité enveloppait toute la piste de l’aéroport ! Les chants montèrent encore en puissance et maintenant, les gens ne savaient pas ce qui se passait.

Swami restait la seule personne calme dans toute l’assemblée. Il fit parquer la voiture à une petite distance de la piste et la même histoire se rejoua. Swami voulut sortir de la voiture, mais c’était physiquement impossible avec les foules qui grouillaient autour de la voiture. Pendant ce temps-là, la totalité de Prashanti Nilayam était littéralement vide. Cela faisait penser aux Gopikas qui se précipitaient vers Krishna en laissant leurs maisons ouvertes et en oubliant tout ce qu’elles étaient en train de faire. Pour la troisième fois, Swami fit parquer la voiture à un autre endroit. Et de nouveau la même histoire – Il fut incapable de sortir.

A distance, même dans le noir, la scène était pour le moins impressionnante. Il y avait au moins 12 000 personnes et la vaste assemblée faisait penser à des images du chant védique « Sahasra Shirsha Purusha ». D’une certaine manière, bien que les foules ne « permettaient » pas à Swami de faire ce qu’Il voulait – les foules elles-mêmes semblaient symboliser la forme cosmique. Souvent, Swami dit que lorsqu’on dit que le Seigneur a mille yeux et mille oreilles, ce n’est pas un Etre amusant à regarder.

Cela symbolise qu’Il imprègne chaque être dans l’univers. De loin, cet aspect devint très clair. Qui plus est, les médias reprirent des rumeurs folles qui n’avaient aucune justification. La beauté des actions de Swami, c’est que chacun en tire bénéfice. Quels que soient les motifs de chacun, Son motif n’est que le bien-être et le bonheur autour de Lui. Il n’a jamais fait de mal à la moindre petite chose de toute Sa vie et Il a vécu chaque instant de celle-ci pour les autres. Il ne se soucie pas des « souillures » ni des « éloges » que le monde peut répandre sur Lui. La Vérité n’a besoin d’aucune vérification et elle ne change pas, qu’une majorité l’accepte ou la rejette.

Vers 19h45, la voiture de Swami se mit en route pour quitter l’aéroport, mais les routes étaient toutes bloquées. Même Swami eut besoin d’une demi-heure pour parcourir les 8 km jusqu’au Mandir. Il n’arriva au Yajur Mandir qu’à 20h30 et Il ne se retira que vers 22h00.

Chacun peut dire ce qu’il veut, en matière de spiritualité, c’est seulement l’expérience du cœur qui compte. Et c’est seulement la foi qui conduit à l’expérience.

Une fois, un homme dit à Dieu : « Pourquoi ne Te révèles-Tu pas au monde ? Chacun pourra en bénéficier. »

Dieu répondit : « J’aimerais bien. Mais dis-Moi, comment devrais-Je faire ? »

L’homme : « Pourquoi ne fait-Tu pas un miracle ? Un miracle qui stupéfiera tout le monde ? »

Dieu : « Quelle sorte de miracle suggères-tu que Je fasse ? »

L’homme : « Hmmm… voyons. Pourquoi ne pas rendre l’océan entier rouge ? »

Dieu : « Mon cher ! Cela ne marchera pas ! »

L’homme : « Pourquoi dis-Tu cela ? »

Dieu : « Parce qu’il y a un petit temps, quelqu’un M’a demandé de le rendre bleu. Mais aujourd’hui, vous avez des explications scientifiques pour sa couleur bleue ! » Dieu continua : « Si tu n’as pas la foi, chaque expérience semble être une coïncidence. Mais avec la foi, chaque respiration, chaque battement du cœur, chaque moment devient une expérience divine. »

Les sentiments de tous ceux qui furent les témoins du drame divin furent profonds et sublimes. L’expérience peut être dédaignée comme étant une coïncidence et « rien de terrible » ou elle peut être considérée comme l’aboutissement de l’attente de vies entières. Swami est Vérité et Amour.


Heart2Heart
Novembre 2007