VOUS VOUS ÊTES TROMPÉS D’ADRESSE !


Un rabbin donnait cours sur la Torah, les Ecritures saintes hébraïques, à quelques jeunes étudiants juifs.

Un jour, au cours de leurs études, ils tombèrent sur un verset qui disait : « La personne vraiment évoluée, c’est celle qui continue à sourire au milieu des plus grandes difficultés. » Les jeunes étudiants avaient du mal à prendre cette déclaration pour argent comptant. « Si nous sommes vraiment en difficulté, comment est–il possible pour nous de sourire dans de telles conditions ? », demandèrent-ils au rabbin. Le rabbin ôta ses lunettes et regarda ses jeunes élèves, pensivement. « Pour être parfaitement honnête avec vous «, dit-il, « moi-même, je ne peux pas répondre à cette question. La vérité, c’est que moi aussi, je ne puis pas sourire, quand je suis au milieu des difficultés. Lors de tels moments, il semble que j’oublie comment sourire. » Le silence prévalut dans la classe, alors que professeur et étudiants réfléchissaient à la question.

Le rabbin reprit après une pause. « Toutefois, je crois qu’il y a quelqu’un qui pourrait vous donner la réponse. »

Il se mit alors à parler à ses étudiants d’un vieil homme qui vivait en ville, non loin de la synagogue.

Il avait été abandonné dans son enfance, c’était un orphelin. En grandissant, il avait perdu ses deux jambes dans un accident. Sa vie n’avait été qu’une suite de luttes, une saga de douleur et de souffrance.

« Et cependant », poursuivit le rabbin, « il arbore toujours un magnifique sourire ! C’est un être humain merveilleux. Vous devriez aller le voir et lui demander de répondre à votre question. »

Les étudiants étaient fort surpris. En groupe, ils se rendirent chez ce brave homme et frappèrent à sa porte. L’homme qui se déplaçait avec dextérité dans un fauteuil roulant ouvrit lui-même la porte. Il accueillit cordialement les jeunes étudiants et les interrogea sur l’objet de leur visite…

« Monsieur, c’est à propos de ce texte que nous analysons en classe », dit l’un d’eux avec hésitation. « Il parle de la façon dont on doit sourire au milieu des plus grandes difficultés de la vie. »

« Le rabbin nous a dit que vous étiez la meilleure personne pour en discuter. » « Dites-le-nous, s’il vous plaît, monsieur », ajouta un autre. « Comment continuez-vous à sourire au milieu de tant de souffrance et de douleur ? » Le vieil homme était sincèrement surpris. « J’ai bien peur que vous ne vous soyez trompés d’adresse », dit-il. « J’ai 73 ans et durant toutes ces années, je n’ai jamais eu à faire face à aucune difficulté. Le Seigneur a toujours été bon pour moi et Il m’a protégé dans Sa miséricorde. Comment pourrais-je vous apprendre à sourire au milieu des difficultés ? » Voilà un homme qui vivait dans l’intimité de Dieu.



Heart2Heart
Juillet 2007