SAI A LA RESCOUSSE DANS LES CARAÏBES

FRAPPÉES DE PLEIN FOUET PAR UN OURAGAN

Jaime Marizan



…Ou comment les dévots Sai de Porto Rico et du Venezuela organisèrent et accomplirent par Sa Grâce une émouvante initiative de service pour les personnes accablées de Haïti et de Cuba, en septembre 2008.


La région des Caraïbes comprend à peu près 7000 îles. Communément appelées Antilles, certaines des îles notoires de la région sont Porto Rico, Haïti, la République Dominicaine et Cuba. Haïti et la République Dominicaine partagent en fait la même île, les deux tiers à l’est de celle-ci étant occupés par cette dernière, tandis que la partie occidentale appartient à Haïti. Et Porto Rico se situe à l’est de la République Dominicaine.

Et dans toutes ces régions, la conscience de Sai se développe incroyablement et sanctifie des milliers de vies. Dans un numéro précédent de H2H, nous avons présenté l’histoire du Mouvement Sai à Porto Rico qui a une histoire de près de trois décennies, même si l’Organisation Sathya Sai officielle de Porto Rico n’est apparue qu’en 1987. Et depuis lors, ce groupe de dévots zélés s’est engagé dans une multitude d’activités spirituelles et d’intérêt social, touchant même des gens à l’extérieur de leurs frontières. Et dans toutes ces entreprises sacrées, ils ont expérimenté la main invisible de Sai. C’est ce que le récit suivant va nous montrer.


Alerte aux ouragans

Chaque année, du mois d’août jusqu’aux mois d’octobre-novembre, il y a des ouragans très puissants dans la Mer des Caraïbes. Ainsi, le coordinateur de l’Aile Service de l’Organisation Sai de Porto Rico songea que 2008 pourrait également être difficile pour les îles. Il était particulièrement inquiet pour les pauvres, spécialement ceux qui vivent à Haïti qui sont généralement les plus touchés par ces ouragans.


Les dévots Sai de Porto Rico envoient une aide d’urgence

Parmi tous les pays d’Amérique Latine, Haïti possède le niveau de vie le plus bas, d’où l’inquiétude accrue. Les dévots de Porto Rico commencèrent à collecter des vêtements et de la nourriture dans l’idée de les apporter directement à Haïti. Ils n’avaient jamais rendu un tel service auparavant et ils contactèrent les dévots du Centre Sai de Port-au-Prince, la capitale de Haïti, et demandèrent s’ils étaient prêts à réceptionner les articles et à les distribuer aux nécessiteux.

La réponse fut affirmative et mentionnait aussi qu’une liste détaillée de tout ce qui arriverait devrait être déposée à la douane avec une lettre stipulant que c’était un don. Les articles furent rassemblés à partir de tous les Centres de Porto Rico et placés dans des caisses. Un inventaire fut dressé et l’idée, c’était de faire la traversée de Mayguez, Porto Rico jusqu’à Saint-Domingue, République Dominicaine, et puis de là, voyager par voie de terre jusqu’à Haïti et livrer l’aide au Centre Sai de Port-au-Prince.

Tout fut entassé dans une camionnette appartenant à l’un des dévots et la traversée fut réservée sur le ferry qui effectue la traversée en 8 heures. Il n’y eut pas de tempête et la mer était calme. Ainsi, les dévots de Porto Rico arrivèrent à Saint-Domingue, en République Dominicaine durant la dernière semaine du mois d’août. Mais à leur grande surprise, on les informa que des fonctionnaires du gouvernement haïtien ne voulaient pas les laisser passer, parce qu’il manquait encore des sceaux officiels du gouvernement sur certains documents et ceci pourrait prendre des semaines !


Des obstacles « officiels » retardent les dons !

De plus, les fonctionnaires du gouvernement des douanes de Saint-Domingue n’étaient pas non plus d’accord de ne fût-ce que seulement décharger la marchandise en République Dominicaine en attendant l’autorisation de Haïti. Il apparaissait presque qu’ils devraient remonter à bord du ferry et retourner avec toute leur aide humanitaire. Alors que les obstacles paraissaient insurmontables, un des douaniers les autorisa à déposer la marchandise au Centre Sai local en attendant les autorisations de Haïti. Les dévots surent que c’était Sai qui était venu à leur secours.

Bien que Haïti et la République Dominicaine partagent la même île, elles ne jouissent pas de bonnes relations et ce, depuis plus de 200 ans.

Il n’est dès lors pas surprenant que l’Organisation Sai soit apparue comme la seule lumière diplomatique dans cette situation sombre, car elle a organisé des retraites spirituelles Sai communes à Saint-Domingue, où l’esprit d’amour fécond de Sai efface toutes les différences géographiques ou politiques.

Comme les fonctionnaires du gouvernement traînaient les pieds, les dévots portoricains durent rentrer chez eux, avec leur offrande en rade à mi-parcours. Mais les dévots de la République Dominicaine reprirent le flambeau. Ils décidèrent d’ajouter des provisions supplémentaires jusqu’à ce que 48 grosses caisses soient remplies. Puis ils dressèrent l’inventaire, mais il n’y avait toujours pas d’autorisation de la part de Haïti.


L’ouragan Gustave rend l’aide indispensable

Et puis, dans la deuxième semaine de septembre, l’ouragan Gustave dévasta les Caraïbes, frappant de nombreuses îles et les dégâts les plus importants furent causés à Haïti et à Cuba. Les vents soufflaient à près de 250 km/h et des déluges de pluie inondaient tout. Quand le gouvernement haïtien vit la nécessité d’aider son peuple, le travail administratif si long à effectuer fut prêt en un seul jour ! Mais il y avait maintenant un autre problème. La route qui conduisait à la frontière avait été inondée et il n’y avait aucun moyen de transport de disponible.

Les dévots de Saint-Domingue cherchaient désespérément un camion pour transporter l’aide de secours à Port-au-Prince, mais toutes les compagnies de transport réclamaient une fortune. Pour finir, via des amis, un autocariste fut contacté. On leur proposa de transporter la marchandise, mais pour 2500 $ ! Les dévots expliquèrent alors qu’il s’agissait d’aide humanitaire et que personne ne gagnait de l’argent et ils demandèrent s’ils pouvaient obtenir une ristourne. On téléphona au propriétaire de la société qui demanda qui était l’expéditeur de la marchandise.

Quand il apprit que c’était l’Organisation Sathya Sai, il dit qu’il ne ferait payer que l’essence, soit à peine 185 $ ! De nouveau, Swami montra Sa grâce éclatante et le lendemain, les eaux avaient suffisamment reculé pour laisser passer le car chargé de marchandises.


Une centaine de familles heureuses reçoit les dons d’urgence

Finalement, quand les 48 caisses atteignirent Port-au-Prince, les dévots du Centre Sai local d’Haïti étaient prêts. Ils ne se contentèrent pas de tout fourrer dans des sacs en plastique et de faire la distribution aux personnes nécessiteuses. Non, ils firent des emballages cadeau pour tous les articles et ils réalisèrent 110 magnifiques paquets-cadeaux avec des victuailles et des vêtements de première nécessité pour des familles qui avaient tout perdu. Pendant la distribution, les bénéficiaires en avaient les larmes aux yeux, parce que quelqu’un s’était suffisamment soucié d’eux pour venir à leur secours pendant leurs heures les plus sombres.

Qui d’autre que le compatissant Sai aurait pu effectué cette livraison opportune, moins d’une semaine après que l’ouragan ait frappé !


Les Cubains malmenés font la fête après l’intervention de Sai !

La même tempête, l’ouragan Gustave, frappa aussi Cuba. Les dommages causés aux vivants et aux biens furent aussi graves qu’en Haïti. Le coordinateur de l’Organisation Sai de Cuba avertit que le gouvernement devrait employer toute la nourriture disponible pour aider les résidents de la zone ravagée par les inondations et spécialement la province d’Alquizar, ce qui laisserait très peu de nourriture pour les habitants de la capitale, La Havane. Parce que cette catastrophe survint peu de temps avant l’anniversaire de Swami, l’Organisation Sai décida qu’il serait impossible de célébrer Son anniversaire, cette année.

Toutefois, un dévot très généreux du Venezuela envoya 15 000 caisses de denrées alimentaires au gouvernement de Cuba pour une distribution. A Cuba, les dévots Sai ne sont pas autorisés à participer à une distribution de cette nature, car le gouvernement fait tout. Il envoya aussi 2000 $ au Centre Sai pour aider les dévots qui étaient en difficulté et pour célébrer l’anniversaire de Swami.

L’argent arriva juste à temps pour aider beaucoup de personnes qui n’avaient pas assez de nourriture chez elles et une grande fête fut organisée avec plus de 300 dévots. Les sevadal firent de leur mieux pour maintenir l’ordre durant les bhajans et le partage du gâteau dans une maison qui ne pouvait accueillir normalement que 50 personnes. Des vidéos en l’honneur de Sai furent présentées et il y eut également comme invitée d’honneur, Son Excellence, l’ambassadrice de l’Inde à Cuba.



Là où il y a une intention pure et le désir sincère de s’engager dans le service désintéressé, Sai est toujours là. Et cette histoire qui s’est déroulée à des milliers de km de Puttaparthi ne fait que confirmer ce fait. Sai étant partout, les dévots Sai n’ont pas peur. Ce n’est qu’amour et partage, sans penser à soi.

Nous remercions Jaime Marizan, de la République Dominicaine, pour avoir partagé cette histoire avec nous.

Ps. Une aide fut également apportée lors du tremblement de terre survenue en janvier 2010.

Heart2Heart
Juillet 2009