LE GARDIEN PARFAIT

Par Mme Arunima Pant



Mme Arunima Pant a étudié au campus d’Anantapur de l’Université de Bhagavan de 1982 à 1990 et ensuite, elle a enseigné dans ce même établissement pendant 16 ans jusqu’en 2006. Actuellement, elle est coordinateur dévotionnel au South Center de Miami en Floride, aux Etats-Unis.


Swami est le plus grand guérisseur qui arpente cette Terre. Il peut guérir par le regard ou par le contact, un simple frôlement de Sa robe et lorsqu’Il vous ignore, Il dit souvent : « Mon amour s’écoule vers chacun, car Je vois chacun comme Moi-même. Si une personne Me retourne Mon amour de la profondeur et de la pureté de son cœur, Mon amour et le sien, ensemble, guérissent la maladie. S’il n’y a pas de retour, il n’y a pas de guérison. »


La force d’une foi inébranlable

C’est un incident qui est arrivé à mon oncle, il y a quelques années. Il avait développé un problème rénal et il souffrait d’une intense douleur au bas-ventre. Il consulta les médecins de sa ville natale. Incapables de faire le bon diagnostic, ils lui suggérèrent d’aller trouver un urologue expérimenté. Mon oncle est un membre actif des Seva Dal et c’est aussi un grand dévot de Bhagavan. Après avoir entendu les paroles du médecin local, il décida tout de suite de venir à Prasanthi Nilayam et de se faire examiner à l’hôpital super spécialisé.

J’enseignais à l’Université Sri Sathya Sai, au campus d’Anantapur, à l’époque. J’accompagnai mon oncle et ma tante à l’hôpital super spécialisé pour son premier examen. Après que les tests préliminaires aient été effectués, on lui demanda de voir l’urologue concerné. Alors que le docteur parcourait les rapports de mon oncle, il devint très grave et pensif. Pour finir, au bout d’un temps, il révéla que mon oncle souffrait d’une tumeur maligne au rein qui en était au troisième stade ! Le docteur insista aussi pour qu’il soit opéré immédiatement, autrement cela provoquerait des problèmes plus graves tout en lui laissant encore moins de chances de survivre. En entendant ces paroles du docteur, je fus extrêmement choquée ! Mais, à ma grande surprise, je vis que mon oncle restait tout à fait imperturbable. Nous le reconduisîmes chez lui. Il dit simplement que, à présent que ses jours étaient comptés, il aimerait rendre de plus en plus service au Centre Sai, une fois qu’il rentrerait.

Après deux jours, mon oncle fut opéré et le docteur lui dit de revenir dans un mois pour vérifier son état, après quoi, ils seraient à même de lui dire quelles seraient ses chances de survivre.


« Le Seigneur est venu »

Le mois suivant, il revint pour un examen. Il avait l’air en pleine forme et on pouvait difficilement deviner que c’était un patient cancéreux. Le jour qui précédait celui où il était censé être admis à l’hôpital, il acheta une petite photographie plastifiée de Swami de 25x25 cm, qu’il suspendit au mur de sa chambre. C’était un beau buste de Bhagavan avec un visage souriant et le soir, j’apportai une belle guirlande pour mettre autour de la photographie. Comme nous avions peu de fleurs, c’était un mélange de fleurs blanches et de feuilles de tulsi. Lorsque je plaçai la guirlande autour de la photo, elle était si petite qu’elle touchait le menton de Swami. Quand bien même je n’étais pas très heureuse du résultat, je la laissai là.

Le lendemain, tôt dans la matinée, j’entendis ma tante qui frappait à la porte de ma chambre. En ouvrant la porte, je la trouvai très excitée et elle m’invita dans sa chambre. Ce que je vis me stupéfia. La guirlande sur la photo de Swami qui était si courte le soir précédent avait grandi de quatre fois sa taille sans le moindre espace entre les fleurs et elle ondulait sous la brise du ventilateur ! Je ne pouvais pas en croire mes yeux ! Je dis à mon oncle que c’était un bon signe que Swami avait témoigné de l’intérêt pour sa santé. Après quelque temps, je me rendis au Darshan de Swami, songeant toujours à l’incident.

Nous aimons entendre et nous réjouir de telles expériences chez les autres, mais quand cela nous arrive, nous devenons comme Saint Thomas. C’était mon cas. Je n’arrivais pas à croire en ce miracle. J’avais un livre intitulé « The Lord has come » écrit par Mme Kalyani Sundarajan, un cadeau d’anniversaire de mon père. Ce jour-là, j’avais emmené ce livre au Darshan. Pendant le Darshan, je racontai tout l’incident à l’une de mes collègues, assise devant moi.

En entendant cela, elle aussi raconta un épisode semblable qui avait eu lieu chez elle à Delhi. Elle me certifia en fait que je ne devais pas m’inquiéter, puisque Swami avait béni mon oncle d’une « longue vie », symbolisée par la longue guirlande. La croyant, mais néanmoins pas encore tout à fait convaincue, je mis un terme à la conversation et j’ouvris le livre que j’avais avec moi et commençai à lire.

J’ouvris une page au hasard et quelque chose attira immédiatement mon attention, là, sur cette page. Par une coïncidence incroyable, c’était un épisode relaté par une dévote dans la maison de laquelle la guirlande avait grandi et s’était enroulée sur l’autel comme un serpent, ce qui était une indication que Swami avait visité sa maison, comme promis ! Je fus tellement surprise et heureuse que je priai immédiatement Swami de me pardonner pour nourrir de tels doutes dans mon esprit.


Un rêve merveilleux et une nouvelle vie

Mon oncle fut de nouveau hospitalisé ce jour-là. Il eut un rêve merveilleux pendant la nuit. Dans son rêve, Swami s’approcha de son lit et le frappa très fort dans le bas du ventre à trois reprises, puis disparut ! Quand on l’emmena pour être opéré le lendemain, les docteurs découvrirent que l’endroit où la tumeur avait été enlevée avait bien séché et qu’il n’y avait plus de trace d’aucun cancer !

Il fut autorisé à quitter l’hôpital, le lendemain. Il avait l’air en pleine forme, comme s’il n’avait jamais eu de problème de santé. Il ramena la guirlande chez lui et même après être rentré, elle continua de grandir pendant tout un mois. Plus tard, lorsqu’il mesura la guirlande, elle avait atteint plus de 4 mètres ! Swami l’avait réellement béni d’une nouvelle vie, une longue vie. Mon oncle est toujours membre actif des Seva Dal et il visite chaque année Prasanthi Nilayam.

Le fait que nos vies tournent autour de Swami est en soi le plus grand des miracles. Tout ce que nous avons à faire, c’est oublier tout savoir, laisser derrière nous toutes les préoccupations, tout oublier et nous abandonner complètement à Ses Pieds de Lotus, puisqu’Il est l’unique gardien de nos vies. Swami dit : « Ce n’est pas en luttant que le processus opère, c’est dans le renoncement que la victoire se remporte. »


Heart2Heart
Août 2007