L’AMOUR

LE PLUS GRAND MIRACLE DE SWAMI

Rong Laing



L’amour et l’Incarnation de Sathya Sai Baba sont les deux seuls phénomènes qui ont une réelle importance dans le inonde démentiel d’aujourd’hui; tout le reste comme les guerres, les bombes les plus puissantes, les Nations Unies, la famine de millions d’êtres, est d’importance secondaire.

L’amour est l’énergie ultime, l’énergie qui se trouve derrière toutes les autres énergies, et l’Incarnation de Sai Baba est probablement l’événement le plus significatif depuis que cette minuscule planète s’est solidifiée à partir de l’esprit primordial.

Swami nous dit que les Avatars précédents comme Krishna et Bouddha n’ont pas été reconnus de leur vivant et je doute que Jésus de
Nazareth ait eu plus d’une centaine de véritables fidèles à la fin de sa mission. Sai Baba, alors qu’il n’est qu’à mi-chemin de Sa triple
Incarnation, a à peu près 81 millions de fidèles dans 112 pays différents. C’est vraiment déroutant.

Il est difficile pour des gens ordinaires vivant une vie mondaine d’élever leur conscience afin de saisir de tels concepts, mais après 13 aimées de service dédié à Swami, je suis convaincu que ce que j’écris est vrai. Il dit que les cœurs purs sont inspirés, qu’ils voient au-delà de l’intelligence et de la raison et que le meilleur exercice spirituel pour purifier le cœur est le service altruiste et aimant envers l’humanité. Je ne prétends pas avoir un cœur sans défaut, mais 13 aimées de service aimant aident. On commence à penser avec ce que j’appelle « la raison du cœur », qui nous branche vraiment sur l’intuition divine.

En servant avec amour, on élimine l’ego, les désirs matériels se limitent, cessent d’exercer sur nous la même attirance et le chakra du cœur s’ouvre. Nous expérimentons davantage la joie que le plaisir et en conséquence, nous ressentons une plus grande plénitude, car la joie vient de l’âme et le plaisir du corps. Cela survient naturellement, à son rythme, et ne ressemble donc pas à un sacrifice (bien qu’en son temps, le sacrifice devienne une joie). Ce développement n’a rien qui puisse frapper comme le fait de devoir adhérer de manière stricte à des dogmes théologiques rigides et frustrants. Cela se fait simplement comme une croissance naturelle et n’enlève rien à notre joie de vivre. Et Swami accepte que cela n’arrive pas trop rapidement, mais de façon graduelle. Il faut cependant garder dès le départ ce but à l’esprit.

L’amour est un rayonnement qui émane d’un cœur pur, c’est pourquoi il est dit que « la religion s’attrape, mais ne s’enseigne pas ». Voilà le secret de l’étonnant succès de Baba avec les sceptiques et les intellectuels endurcis! Son amour pénètre leur cœur et les amène à la vie pour la première fois de leur vie. Parfois il leur arrive de craquer et de se mettre à pleurer; ils ne sont plus jamais les mêmes. Ecoutons le Dr Sandweiss, ancien psychiatre freudien de Californie et auteur du livre : « Le Saint Homme et le Psychiatre » : Quelque chose en moi s’est cassé. Un peu de la joie et de l’amour de Baba ont pénétré en mon âme et je me suis retrouvé à rire comme un enfant, L’estime exagérée que j’avais de moi-même et les attachements égotiques à l’ensemble de mes valeurs et de mes croyances personnelles ont semblé tomber en poussière, laissant la place à un sentiment de peur et de mystère. Je me suis d’une façon ou d’une autre transformé en une minute incroyable et éblouissante. Je me suis retrouvé bouche-bée, hébété et me sentant humble». Depuis il n’est plus freudien!

L’amour est l’ingrédient vital du processus de guérison spirituelle. Si une guérison échoue alors que les considérations karmiques sont favorables, soit c’est le guérisseur qui manque d’amour, soit c’est le patient qui n’arrive pas à renvoyer cet amour.

Il est vrai que certaines personnes préfèrent le mot « lumière » au mot « amour ». Je ressens leur approche un peu trop intellectuelle. Ces personnes s’engagent dans une forme élevée de méditation et de yoga, fondamentalement pour leur développement personnel, alors que celui qui accomplit un service désintéressé de manière pure, trouve dans l’amour sa seule récompense. Il ne s’engage pas dans le Service pour chercher un développement personnel, bien qu’ironiquement, le service l’y conduise; plus il donne d’amour, plus il estime devoir en donner. Comme le dit Swami : « Ce n’est qu’en aimant qu’on peut obtenir l’incarnation de l’amour ». Le Service est véritablement un moyen de se développer personnellement sans pour autant le rechercher et il n’est donc pas teinté d’ego. J’ai également découvert que certains intellectuels ont tendance à considérer l’amour comme du sentimentalisme. Pourtant, il n’y a rien de sentimental dans l’amour de Swami, bien que cet amour soit à la fois humain et divin. On pourrait l’appeler humainement divin ou divinement humain. Mais il n’est en aucun cas sentimental.

La puissance de l’amour est infinie puisque Swami nous dit que Dieu est Amour. Sans amour, il n’y attrait aucune vie car c’est l’énergie de l’amour qui a créé l’univers et cette même énergie le maintient en vie. Imaginez seulement que s’il n’y avait pas d’amour, il n’y aurait pas de planète Terre, pas d’humanité, aucun royaume animal, végétal ou minéral, pas d’étoiles, pas de soleil, aucun système solaire, vraiment aucun univers, juste un grand vide noir.

Aucun insecte ne volerait, aucune planète ne tournerait et deux atomes ne se maintiendraient ensemble. C’est vrai que littéralement l’amour fait tourner le monde comme dit le vieil adage. L’amour accomplit des miracles.

Il libère les âmes. Il est la seule force d’intégration dans le monde, le seul espoir du monde. Et Sai Baba en est Son Incarnation.

C’est vraiment ce qu’Il a dit : « Je suis l’Incarnation de l’Amour ; l’Amour est Mon instrument. Mon message est Prema (Amour). Mon activité est Freina. Mon enseignement est Prema. Ma façon de vivre est Prema. Rien de plus précieux que l’amour parmi tout ce que l’homme peut saisir ». Et encore : « La seule fin de votre incarnation est de grandir en amour, d’étendre cet amour et de fusionner en Dieu qui est Amour. C’est par le service que cela se fait le mieux ».

Le service, ou l’amour en action, est donc la première des priorités de Swami. Il dit qu’on ne peut pas se libérer du cycle des naissances et des morts sans servir. Certains pensent que la méditation, le yoga et l’érudition suffisent. Ils devraient écouter plus attentivement les paroles de Swami : « Si vous pensez pouvoir gagner la grâce de Dieu par des contorsions du yoga, la gymnastique de la raison, la renonciation ou l’ascétisme, vous vous trompez lamentablement; l’Amour seul est sine qua non ». Et aussi: « L’érudition peut être un obstacle car elle nourrit l’égoïsme, le désir de discuter, de vaincre autrui et de pavaner en se montrant lettré. » Combien de fois voyons-nous cela dans les débats télévisés!

Vraiment, l’Amour est la meilleure et la seule panacée réelle contre les maux du monde. Il peut se manifester chez ceux qui sont soi-disant avancés comme chez ceux qui ne le sont soi-disant pas, et ceci de manière aussi louable. Connaissez-vous l’histoire de Yogananda, le grand sage indien qui a fondé le centre « Self-Realisation » en Californie ? Il faisait une tournée de conférences à New York quand un jour, ayant décidé d’aller se promener, deux jeunes voleurs l’accostèrent et exigèrent son argent. Dans une parfaite équanimité, il leur tendit son porte-monnaie, tout en leur donnant l’amour qu’il lui était possible de donner, venant des chakras du cœur, du plexus solaire et du troisième œil. Ils hésitèrent comme si quelque chose d’incompréhensible était en train de se passer. Finalement ils s’excusèrent, lui rendirent son porte-monnaie en disant : « A vous, on ne peut pas prendre de l’argent », et s’enfuirent en courant.

Si l’amour est tellement important, il se peut que vous vous demandiez : « Comment puis-je faire grandir ma capacité à aimer? ». Je réponds sans hésiter : « En vous engageant à servir et, si vous le faites déjà, en améliorant la qualité de votre service ». Swami a clairement dit qu’il ne désirait pas que nous abandonnions nos responsabilités envers notre famille ou la société. Et dans un tel contexte, cela peut quand même entraîner une transformation totale de votre vie et quelque chose comme “sauter dans le vide”. Il se peut qu’une dactylo devienne infirmière, qu’un agent de change se transforme en assistant social et un homme riche en philanthrope. Souvenez-vous des paroles du Roi Georges VI, tirées d’un poème, au cours dure émission de Noël lors d’une des périodes les plus noires de la seconde guerre mondiale : « Et je dis à celui qui se tient sur le seuil de cette nouvelle année : « Donne-moi une lumière afin que je puisse avancer en sécurité vers l’inconnu ». Et il répondit : « Va dans l’obscurité et mets ta main dans la Main de Dieu ». Pour toi, cela vaudra mieux qu’une lumière et sera plus sûr qu’un chemin connu. » C’est bien de cela dont il s’agit : d’un « saut dans le vide » ; s’il est réalisé avec suffisamment de foi, de courage et d’effort personnel, il réussira invariablement, pas nécessairement sur un plan matériel, mais dans le sens d’une croissance et d’une plénitude spirituelles.

Pour finir, je vous demande de garder à l’esprit ce que Swami dit être Son plus grand miracle. Nous connaissons tous des prodiges et des merveilles que cet Etre vénérable a effectué en 60 ans, et ceci depuis qu’Il était un petit garçon de six ans: les milliers de guérisons de toutes les maladies connues de l’homme, y compris deux événements bien documentées où Il a ressuscité des hommes certifiés morts; les dizaines de milliers de matérialisations effectuées d’un simple mouvement de la main, pour produire toute sorte de choses: une bague, une médaille, un rosaire et même un exemplaire de la Bhagavad Gita; des transformations d’objets en d’autres en soufflant simplement dessus; la création de tonnes de Vibhouti; les myriades de fois où Il se projette en rêve ou en vision, et parfois même dans Sa véritable forme physique, projections qu’Il a offertes à un nombre incalculable de gens aux quatre coins du globe; de la preuve quotidienne qu’Il donne depuis un demi-siècle, de Son omniprésence, de Son omniscience et de Son omnipotence. Cependant, malgré ce déroutant record de miracles, Il dit, avec une profondeur toute simple : « L’AMOUR EST MON PLUS GRAND MIRACLE. »

Plus grand encore que la résurrection des morts!

Sanathana Sarathi, août 1992
Revue Prema 19