RÉPONSES DU MAÎTRE DIVIN



Compilation à partir de différentes rencontres avec Sri Sathya Sai Baba.
(Extraits de Living Divinity, Shakuntala Balu)


Question : Pourquoi certaines personnes naissent-elles plus belles ou plus intelligentes que d’autres ? Pourquoi Dieu ne donne-t-Il pas à tous la même beauté, les mêmes capacités et les mêmes talents ?

Baba : Ce n’est pas de la faute de Dieu, ce n’est pas Lui qui est partial : c’est l’être humain qui en est responsable. Ses actions, ses pensées et ses paroles sont responsables de tout ce qui est bien ou mal. C’est le mental qui crée ces différences. La plaisir est un intervalle entre deux douleurs. C’est la façon dont vous considérez les choses qui importe. H existe un vaste océan de talents et de qualités et tous les êtres humains ont des vases à remplir. Certaines personnes, par leurs actions, sont capables de remplir leur coupe jusqu’au bord certaines ne la remplissent qu’à moitié d’autres n’en remplissent que le quart ou parfois même moins. Elles possèdent l’intelligence, la beauté et l’aptitude qui leur est nécessaire pour remplir leur coupe.

De nos jours, vous jugez même la beauté, comme c’est le cas pour Miss Inde ou Miss Monde. Mais tout cela n’est que beauté physique, transitoire. Ce qui est important, c’est la beauté de l’Atma (l’Esprit).

Question: Comment les bonnes et les mauvaises actions sont-elles reportées dans les vies futures?

Baba: C’est Swaasha (le souffle) qui emporte les actions, car le souffle s’arrête quand on meurt. Le corps qui demeure après la mort et que nous appelons cadavre n’a plus d’utilité et nous le brûlons donc. Le corps ne peut rien emporter avec lui, pas plus qu’une fleur ne peut emporter son parfum. C’est la brise qui transporte la senteur de la fleur et qui fait que son parfum vous parvient. Imaginez par exemple un camion-poubelle : le vent vous apporte également cette mauvaise odeur! De la même manière, le souffle emporte les bonnes et les mauvaises actions qui vont vous entourer dans votre vie future comme une guirlande invisible. Tout ce que cette guirlande comporte (bonnes ou mauvaises senteurs) va déterminer le type de vie que vous allez avoir. C’est pourquoi l’homme doit comprendre que tout ce qu’il fait engendre une réaction, une réverbération et un reflet. C’est lui qui, par ses actions, écrit sa propre destinée. H est essentiel pour l’homme de vivre une vie intègre, remplie de bonnes pensées et de bonnes actions. Ce n’est qu’ainsi qu’il pourra réaliser la divinité en lui. Le concept « Aham Brahmasmi » (Je suis Brahma = Dieu) est également incorrect, puisqu’il indique une dualité. « Aham » (Je) et « Brahma » (Dieu) se séparent. L’énoncé devrait être « Aham Aham » (Je suis Je).

Question: Bien des gens pensent que les Hindous adorent une multitude infinie de dieux. A quoi cela est-il dû?

Baba : l’Inde a une merveilleuse tradition religieuse qui a quelque chose à proposer à chacun, en fonction de ses besoins spécifiques. Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas cette excellente idée et jugent avec dérision la multiplicité des dieux. Cette tradition s’est développée de manière à répondre aux besoins du plus grand nombre de personnes, exactement comme nous avons des tailles et des sortes variées de chemises pour convenir aux différentes personnes. Avec l’idée d’un Dieu unique, c’est comme s’il n’y avait qu’une seule sorte chemise pour tout le monde, et si cela ne convient pas, si ce n’est pas la bonne taille, les gens se détournent de Dieu. Alors qu’ici, si quelqu’un aime Krishna, il peut adorer Krishna, d’autres peuvent adorer Rama, ou Narayana, ou Shiva, ou même des serpents ou des lions! Que vouloir de mieux pour propager l’idée que Dieu est partout et en toute chose? C’est pourquoi je dis souvent «N’adorez pas Dieu comme une image, mais adorez l’image comme un dieu. Cela vous amènera doucement à réaliser que Dieu est en vous». C’est en ce sens que le chemin spirituel hindou est efficace et juste.

Question: Pourquoi Dieu n’empêche-t-Il pas les cruautés dans le monde?

Baba: Dieu n’est que témoin (Saakshibhoota). II n’agit pas, c’est l’homme qui agit selon ce que lui dicte son intellect (buddhi) et il souffre lui-même des conséquences de ses actes (karma). II n’y a ni bien ni mal pour Dieu. Prenez un couteau par exemple un meurtrier utilisera ce couteau pour tuer un autre homme, un boucher utilisera ce même couteau pour abattre des animaux, un chirurgien pour amputer, et une cuisinière pour émincer des légumes. Si vous placez un aimant au milieu de tous ces couteaux, il les attirera tous de la même façon, indépendamment des actions qu’ils ont accomplis. Dieu est comme cet aimant. Tous les couteaux sont identiques pour Lui. En revanche, la main qui manie le couteau devra subir les conséquences de ses actes, qu’ils soient bons ou mauvais.

Question: Lorsque nous avons des problèmes, que nous sommes en difficulté et que nous prions Dieu, pourquoi ne supprime-t-U pas nos problèmes?

Baba : Les problèmes et les difficultés font partie de la vie de l’homme et sont un cadeau pour lui. C’est le résultat de votre karma. Il n’y a pas lieu de prier Dieu pour qu’il élimine tous ces problèmes et ces difficultés. La prière juste serait de demander à Dieu le courage et la force nécessaires pour supporter toutes les difficultés, les problèmes et les tragédies avec équanimité.

Question : Qu’est-ce qui différencie les problèmes politiques d’hier de ceux d’aujourd’hui?

Baba : La situation politique actuelle pourrait être comparée à une montagne russe. Prenez l’exemple de votre corps et de vos membres : chaque membre est important car il constitue une partie du tout et tous les membres assemblés forment le corps, c’est-à-dire la personne. II en est de même pour le pays, la nation : chaque aspect est important et devrait être considéré comme faisant partie d’un ensemble, au même titre que les membres de votre corps. La culture indienne et les gens d’aujourd’hui ont oublié cela alors que les anciens politiciens le savaient.

Question : Pourquoi Swami offre-t-Il des cadeaux?

Baba : Les bagues et les pendentifs sont une expression de l’amour de Swami... et ne signifient pas que Swami veut attirer les gens à Lui en leur offrant des cadeaux.

Lorsque vous désirez manifester de l’affection à votre fils ou rendre quelqu’un heureux, vous lui offrez une chemise de sport ou vous lui achetez quelque chose, n’est-ce pas? Swami veut également rendre heureux de cette manière.

Question: Un cadeau protège-t-il également comme un talisman?

Baba : Oui C’est en quelque sorte ma carte de visite et ces cadeaux servent à m’indiquer instantanément si la personne est en danger ou si elle a besoin de mon aide. Parfois, J’offre des cadeaux dans un but bien précis, comme par exemple pour des raisons de santé. Il se peut également que je donne à quelqu’un une pierre pr4cieuse afin que son rayonnement influence constamment la personne et puisse l’amener à suivre le droit chemin. Mais je dois vous dire que quelle que soit la chose que fait Swami, Il la fait toujours dans un but défini. Il ne fait rien sans raison.

Question: Pourquoi Swami donne-t-Il de la vibhouti?

Baba : Les fleurs, les feuilles, les fruits et toutes les autres choses comestibles ont une vie momentanée. Même l’eau contient des germes qui se développent si on la garde dans un récipient pendant longtemps. Seule la vibhouti est immuable car elle est l’état final des cinq éléments de la création. Vous devez réduire vos désirs en cendre et la vibhouti est le symbole de ce détachement et de ce renoncement. Le mental doit réduire en cendre tout désir et tout attachement. C’est un mental ainsi purifié que l’on devra offrir à Dieu.

Question : Est-il nécessaire de pratiquer des rituels (pujas) et des cérémonies ?

Baba : Cela dépend de l’individu concerné. Quoi qu’il fasse, l’essentiel est qu’il agisse avec une foi et une dévotion sincères. On ne peut pas tromper Dieu par de simples rituels.

Question: Qu’en est-il des cérémonies et des rites pour les morts, est-ce mal de ne pas en accomplir?

Baba : Cela également dépend de l’attitude mentale. Lorsqu‘une personne quitte son corps, l’âme renaît et va prendre un nouveau corps ailleurs. 11 faut savoir cela. Jusqu’à présent, vous avez eu un grand nombre de vies et vous avez été une mère et une fille plus d’une fois.

Ce qui est vraiment important, c’est d’avoir de la gratitude envers ses parents, et de se souvenir d’eux le jour de l’anniversaire de leur mort. Bien qu’ils se soient dépouillés du corps par lequel ils étaient vos parents, vous leur devez toujours le fait de vous avoir donné naissance, de vous avoir donné leur sang pour constituer votre forme actuelle. Vous pouvez exprimer cette gratitude par les rites cérémoniels, ou par toute autre méthode, ou seulement penser à eux avec une reconnaissance affectueuse et sincère le jour de l’anniversaire de leur mort. C’est le sentiment qui vient du cœur qui est important.

Question: Pourquoi Dieu ne fait-Il pas souffrir les gens de la conséquence de leurs péchés dans la même vie? Pourquoi fait-Il cela dans d’autres vies quand ils ne peuvent plus comprendre pourquoi ils souffrent?

Baba : Alors comment justifier de leurs bonnes actions? Ils doivent aussi recevoir le bénéfice de leurs bonnes actions! Et il se peut que tout cela ne soit pas toujours possible en une seule vie...

Question: Pourquoi Swami manifeste-t-Il plus de réserve vis à vis des femmes? Elles n’approchent pas facilement de Swami

Baba : Tout le monde a la même possibilité d’approcher Swami. Cela ne dépend pas du fait que la personne soit un homme ou une femme. Tout le monde reçoit la même grâce celle-ci dépend seulement de la dévotion, du besoin ou du travail de chacun.

Interruption : C’est ce que Swami dit... et pourtant les femmes ont toujours plus d’obstacles à franchir quand elles veulent communiquer quelque chose à Swami.

Baba : C’est ce qu’elles croient ! Certaines fois un homme peut se tenir tout près de moi et ne recevra aucune attention de ma part, même s’il fait tout son possible pour l’attirer; tandis qu’un fidèle assis dans un endroit éloigné au milieu de la foule pourra la recevoir aisément; Tout dépend de qui doit recevoir quoi et quand. Tout arrive selon cette loi, et non à cause de la forme physique d’homme ou de femme.

D’ailleurs, ce genre de différences ne sont sensibles que pour vous, à votre niveau de conscience. Pour Swami, ces différences ne comptent pas. L’Atma d’un homme ou d’une femme n’est pas différent, L’Atma est éternellement présent, pur et rayonnant. L’Atma n’est ni masculin ni féminin, ni même neutre. Seul le corps impose ses limites, ses artifices et ses diverses appellations.

Question: Quelle est la cause principale de toutes les peines et de tous les malheurs?

Baba : L’attachement et l’ego sont les causes principales. La jalousie est également un facteur.

Question : Comment dépasser la jalousie?

Baba : En ayant de l’amour pour tous, en pensant aux autres avec amour et en leur souhaitant dubien. Plus que tout, en prenant conscience que la jalousie est physiquement très dangereuse. Elle vous fait du mal intérieurement et, plus tard, vous aurez à subir le karma du mal causé par votre jalousie.

Question: Pourquoi a-t-il été créé chez l’homme des traits de caractère mauvais et des tendances négatives?

Baba: C’est le résultat des propres actions de l’homme. Dieu n’est que le témoin de ce qui se passe. Les êtres humains sont eux-mêmes responsables du bien et du mal qui sont en eux. Souvenez-vous que vous ne pouvez jamais être blessé par quelque chose que vous ne faites vous-même.

Question: Mais, Swami dit qu’il n’y a rien de bon ou de mauvais?

Baba : Oui C’est le point de vue de Dieu. Pour les êtres humains, ceci est une question relative, puisque ce qui est bon pour l’un peut être mauvais pour l’autre. Ce qui est bon à un moment donné peut être mauvais plus tard. Le bien et le mal sont deux états différents. Prenez deux bons fruits : une fois mangés et digérés, ils se transforment en excrément, qui, lui, n’est pas bon!

Question: Les scientifiques prétendent qu’il n’est pas possible de créer quelque chose à partir de rien.

Baba : Oui, mais ce qu’ils croient n’être rien n’est pas vraiment rien. II n’y a pas de néant dans l’Univers. Les scientifiques font ce genre d’énoncés car, avec leur vision limitée, ils ne voient ni ne connaissent tout ce qui est.

La science et la spiritualité commencent toutes deux par une recherche, une quête. La spiritualité embrasse le cercle tout entier, comme la lettre O, alors que la science n’atteint que la moitié du cercle, formant un C. La science a beaucoup de rectifications à faire car elle n’a découvert qu’une fraction de la vérité. C’est comme un petit morceau de tissu qui dépasse d’un poing fermé : vous ne pouvez qu’imaginer sa totalité, son apparence réelle et sa taille, car le tissu demeure caché et vous ne pouvez donc pas le voir.

Question : Mais, dans certains domaines, la science a beaucoup progressé - les vols sur la lune et vers d’autres planètes, par exemple.

Baba : Oui. H faut prendre en considération tout ce que la science fait pour l’humanité, mais, c’est un domaine toujours en croissance et en évolution. Les scientifiques affirmaient naguère qu’il était impossible de diviser l’atome, et pourtant aujourd’hui, ceci n’est plus vrai. Les scientifiques apprennent en progressant. Les recherches d’aujourd’hui seront dépassées demain et amèneront d’autres recherches nouvelles qui seront à leurs tours obsolètes après-demain. Cela est sans fin, et c’est pourquoi la vérité réside à la fois dans l’ancien et le nouveau. L’ancien et le nouveau sont contenus en Dieu seul, c’est pourquoi le meilleur des chemins est d’avancer vers Dieu.

Avec l’aimable autorisation de: S. Balu Living Divinity

Revue Prema 17