LES CONSEILS DE BABA


Les conseils de Baba sont toujours personnels. Par exemple, Baba conseillera très rarement à une personne de type ermite de se retirer dans la forêt ou sur la montagne. Pour les Occidentaux, il nous conseille de continuer notre travail, avec toutefois un changement d’attitude.

La croissance spirituelle est lente. « Partez tôt, conduisez lentement, arrivez sûrement. »

« Cherche tes fautes et trouve les mérites des autres. »

« Vous considérez votre corps comme votre habitation; non il est le Temple de Dieu. Dieu est en lui. Gardez-le propre, frais et parfumé en développant la compassion et l’amour. »

« Je vous demande instamment d’éliminer deux maux de votre esprit : l’orgueil et la médisance. Adoptez une habitude : celle d’aimer soulager la détresse. Si vous consacrez votre temps et votre énergie à accumuler les plaisirs du monde et les jouissances des sens, vous déshonorez cette existence humaine. »

« Tous les hommes sont de la même lignée, d’origine divine. Tous sont les cellules d’un même Organisme Divin. Par conséquent, voyez en chaque être un frère et bannissez toute pensée limitée et nuisible. »

« Conversez avec Dieu qui est en vous. Puisez en lui courage et inspiration. Il est le plus intéressé des « guru » par vos progrès. Chacun arrivera en son temps, à sa juste place, selon son besoin intérieur, sur le chemin que Dieu lui révèlera comme étant le sien. »

Cherchez dans votre cœur et écoutez la voix intérieure. Ayez l’âme tranquille et sachez que Dieu demeure en vous.

Baba dit que les trois-quarts du temps de la méditation devraient être pour l’investigation de soi-même.

Mangez bien.

Ayez une bonne attitude pour travailler, car travailler c’est prier. « Le secret du bonheur n’est pas de faire ce que l’on aime mais d’apprendre à aimer ce que l’on doit faire. »

À ceux qui sont dans la misère, aux déprimés, à ceux qui sont seuls, il déclare : « Faites un pas vers moi, j’en ferai cent vers vous. Versez seulement une larme, j’en essuierai cent de vos yeux. Apportez-moi les profondeurs de vos esprits. Qu’ils soient grotesques ou ravagés par les doutes ou les déceptions cela importe peu. Je ne vous rejetterai pas. Je suis votre Mère. »

Sur la douleur il dit : « Abandonnez-vous; acceptez d’être un invalide permanent ou de guérir, comme Dieu le veut, mais laissez les conclusions en suspens. Ouvrez votre cœur à la douleur car, faite pour votre bien, elle est la volonté de Dieu. Son plan est de dissoudre l’ego. Accueillez-la comme un défi. Tournez-vous vers l’intérieur et tirez-en la force de supporter et d’en tirer profit. »

Baba déteste le gaspillage et souvent il réprimande ses fidèles pour l’embellissement ostentatoire de leur chambre de prière. « C’est une pure perte d’argent dit-il, soyez simples et sincères. » Pareillement, à des groupes de fidèles qui déclarent avoir besoin d’un hall? « Faites de votre maison un sanctuaire; impressionnez les autres par votre humilité, vos paroles, votre amour, votre foi et votre sincérité. Vous rassemblerez ainsi plus de croyant que dans n’importe quel hall. »

« Soyez simple et humble. Ne soyez pas orgueilleux de votre position sociale ou de votre classe. Dites-vous toujours à vous-même : Ce n’est pas moi, mais Lui. Il est la force, je ne suis que l’instrument. »

« Il n’est pas nécessaire de se rendre dans quelque endroit que ce soit pour chercher la vérité; elle est l’étincelle divine en vous mais elle doit devenir une flamme. »

« Notre propre expérience est pour nous la meilleure garantie de vérité. »

Nous ne devrions pas non plus avoir peur du changement. Le changement est une qualité de la vie elle-même. Nous devons avoir le courage de changer, d’accomplir notre destinée selon les voies de Dieu, n’importe où elles peuvent conduire.

« La vie est un pont sur la mer du changement; passez dessus, mais n’y construisez pas une maison. »


Référence : L’Incarnation de l’Amour