LE MYSTÈRE DE KRISHNA


Nous ne pouvons sonder le mystère de Son jeu. Nous ne sommes pas parvenus à le comprendre. À présent, on ne gagne rien à s’inquiéter à propos de cet échec. Sous cette forme humaine illusoire, Il s’est déplacé en notre compagnie, Il s’est mêlé à nous, Il a mangé avec nous, Il s’est comporté comme s’Il était notre parent et notre bienfaiteur, notre ami et notre guide. Il nous a sauvés de maintes calamités qui menaçaient de nous détruire. Il a déversé sur nous Sa Miséricorde divine et Il a résolu pour nous, d’une manière remarquablement simple, les problèmes épineux qui défiaient toute solution. Pendant tout ce temps où Il nous était proche et cher, l’orgueil de bénéficier de Sa grâce nous transportait. Nous n’avons pas essayé de nous remplir de cette Joie suprême, de nous immerger profondément dans le déluge de Sa grâce. Nous cherchions à obtenir de Lui une simple victoire extérieure et des bénéfices temporels. Nous avons ignoré l’immense trésor dont nous aurions pu remplir nos cœurs. Nous n’avons jamais contemplé Sa véritable Réalité.

Il nous a protégés comme si nous étions pour Lui les cinq souffles vitaux (pancaprânâh). Il S’est présenté pour nous aider et nous guider dans chacune de nos entreprises, aussi petite fût-elle, et Il l’a accomplie pour nous. Frère ! que puis-je dire ? Nous pourrions renaître à de nombreuses reprises, mais jamais plus nous n’aurons un tel Parent et Ami. J’ai reçu de Lui l’amour de loin plus intense que celui d’une mère, un amour qu’aucune mère ne peut prodiguer.

En de multiples occasions, Il a porté les fardeaux des Pândavas comme s’ils étaient Sien, et pour les en libérer, en quelques minutes, Il planifiait des mesures et les menait à bonne fin. C’est le don de Sa grâce qui nous a permis, à nous les Pândavas, de survivre en ce monde jusqu’à ce jour.

Pourquoi répéter des milliers de choses séparément ? Chaque goutte de sang qui circule dans ces veines n’est qu’une goutte déversée de Sa grâce. Chaque muscle n’est qu’une bride de Son Amour. Chaque os et chaque cartilage ne sont qu’une partie de Sa miséricorde. Incapables de comprendre ce secret, nous nous pavanions, fanfaronnant : «J’ai accompli ceci», «J’ai réalisé cela». Maintenant, il nous apparaît clairement que sans Lui, nous ne sommes que des sacs de peau.

Bien sûr, le destin de tous les hommes est identique. Ils oublient que l’Omniscient et le Tout-Puissant joue avec eux comme avec des marionnettes. Ils pensent qu’ils sont les vrais auteurs et ceux qui en jouissent vraiment. Comme moi, ils sont plongés dans l’ignorance de la Vérité fondamentale. Si nous sommes dans ce triste état, nous les héros et guerriers de haute renommée, que pouvons-nous dire des gens ordinaires qui n’ont pas la chance de s’éveiller à cette jnâna, Sagesse ?

«La vue du Seigneur détruit tous les péchés ;

Son toucher libère des conséquences karmiques ;

Converser avec Lui supprime toutes les souffrances.»

Inspiré du Bhâgavata Vâhinî de Sathya Sai Baba