LA CRITIQUE ENVERS AUTRUI


Soyez fermement convaincus que le service est la discipline spirituelle la plus élevée. Il ne peut yen avoir d'autre. Vous ne devriez pas continuer à critiquer vos semblables ou à faire des commentaires sur les défauts que vous leur trouvez. Critiquer autrui est un très grand péché. La critique est comparable à une grave maladie. C'est une maladie incurable pour laquelle aucun remède n'existe Critiquer autrui est comme un cancer. Ne critiquez pas, ne faites aucun commentaire ni aucune remarque à propos d'autrui. Nous allons au devant de nombreuses difficultés en agissant de la sorte, alors évitez de critiquer autrui, de quelque façon que ce soit. Au lieu d'entretenir une attitude critique et donc violente, vous feriez mieux de développer la contemplation et de penser à Dieu. Remplissez-vous d'amour et portez sur autrui un regard plein d'amour. Ainsi, vous aussi vous aurez de l'amour pour Dieu et sentirez Son amour. Vous devez vous libérer du mal que vous pouvez faire à autrui en le critiquant. Car vous récolterez les fruits du péché de la critique. En effet, il est impossible d'échapper aux conséquences dues au fait d'avoir critique autrui.

Lorsque nous blâmons les autres, nous accumulons sur nous-même les conséquences de leurs fautes. C'est une loi universelle. Car ceux que vous avez blâmés sont Dieu Lui-même. Par conséquent, ne blâmez et ne blessez personne. En agissant ainsi, vous ne faites que vous nuire à vous-même. Manifester de la cruauté envers autrui est une chose insensée. Lorsque vous signalez une faute chez quelqu'un, d'autres sont prêts à vous en montrer dix. Quand l'homme prendra conscience de cette vérité, il cessera de condamner autrui.

Le fait de se vanter et de dire du mal d'autrui est caractéristique d'une personne vile et basse. Un homme ne mérite le nom d'être humain que le jour où il renonce à de tels défauts et mauvais sentiments. Nous devrions voir Dieu en chaque être. C'est à cette condition que les véritables actes de service porteront leurs fruits et que vous en retirerez de la joie. Un acte ne peut-être qualifié de « service » qu'à partir du moment où nous ressentons qu'il nous offre une chance d'aider notre prochain et que nous servons avec sainteté, purement et désintéressement.

Sathya Sai Baba: Le Yoga de l'Action