LA NON-VIOLENCE


La compréhension spirituelle nous permet de reconnaître l’unité de tous, en tant qu’enfant du Seigneur. Nous avons tous en nous l’étincelle de Dieu. Alors que par les voyages et les moyens de communication le monde semble devenir plus petit nous pouvons tous réaliser à quel point nous sommes reliés et interdépendants. Une catastrophe qui s’abat dans un pays peut affecter les gens de bien d’autre pays. Quand on réalise la vérité de l’Unité, on ressent la souffrance d’autrui comme si elle était le nôtre.

La non-violence est une autre facette de la vérité. Une fois que vous serez conscient de la fraternité, de l’unité de Dieu, de l’unité fondamentale du Soi, personne ne fera volontairement de mal ou de peine à autrui.

La meilleur politique consiste à éviter de faire du mal aux autres, autant que possible. La règle la plus sûre s’énonce ainsi : « Faisons aux autres ce que nous aimerions qu’ils nous fassent. » Même de simples gestes peuvent offenser certains, il faut donc être vigilent.

La non-violence ne signifie pas simplement ne pas blesser un être vivant. Vous ne devriez jamais faire mal, pas même par un mot, un regard ou un geste. La tolérance, le courage et l’équanimité vous aident à demeurer dans la non-violence,

La non-violence doit faire partie de nos perceptions et de notre façon d’être. Si nous sommes incapables de vivre en paix avec nous-mêmes, il nous sera impossible de vivre en paix avec les autres. Le premier pas est l’harmonie intérieure et la compréhension de soi. Celles-ci se développent lorsque nous nous efforçons de voir la divinité en chacun.

Nous pensons généralement que la non-violence signifie ne pas faire de mal aux êtres vivant. La non-violence n’est pas que cela. Dire du mal, voir ou entendre le mal est encore de la violence.


Sathya Sai Speaks 6 et 10.