LA GRANDE ASSEMBLÉE DES QUATRE PATTES (suite)


Si quelqu’un a la capacité de se transformer mais n’en fait pas usage, il est pire qu’un animal Le rishi ajouta : Quelle est l’utilité de toute la connaissance accumulée par l’homme ? Changera-t-elle sa foi ? Dès que de mauvaises pensées font irruption en lui, toutes ses pensées se ternissent et il devient insensé. Les hommes on atteint des sommets en termes d’instruction et d’aptitudes, mais ils ne s’en servent que pour gagner un peu de pain, se remplir le ventre et subsister,»

A ce moment, le renard intervint et dit : « Pour gagner sa vie, l’homme recourt à toutes sortes de moyens immoraux. Dans ce domaine, il est clair que les animaux sont bien meilleurs que les êtres humains. Nous sommes toujours honnêtes quand il s’agit de gagner notre vie. Comparés à l’homme, nous sommes de loin supérieurs à tous les égards. Vraiment, nous sommes les meilleurs !

Le rishi expliqua alors la deuxième différence importante qui confère aux humains quelque chose qui les rend uniques. Il dit : «L’homme s’est montré capable de vaincre Maya, l’illusion. Lorsqu’il y parvient, il peut faire l’expérience de l’Âtman et ensuite il peut atteindre l’état de Nirvana. Cette différence entre les hommes et les animaux est capitale»

«Les êtres humains ont l’autorité et aussi le pouvoir requis pour vaincre maya. Si l’homme prend la peine de faire des efforts, il peut faire l’expérience directe de l’Âtman. A l’aide d’exercices spirituels il peut atteindre le Nirvana tandis que les animaux n’en n’ont pas la capacité.» Et le Mahârishi ajouta ; Mes enfants, pour désigner l’être humain on utilise le terme générique anglais M-A-N. En sanskrit on utilise le terme mânava. M-A-N signifie que l’être humain peut distinguer et se débarrasser de maya, l’illusion ; il peut obtenir la vision de l’Âtman et s’immerger dans la Joie et la Sagesse, dans l’état appelé Nirvana. Les lettres M-A-N transmettent ceci, «M» pour maya «supprimée» ; «A» pour Âtman «contemplé» et «N» pour NIRVANA «atteint», Atteindre le Nirvana signifie que l’homme devient un avec la Joie et la Béatitude. Ainsi, un être humain véritable, un homme véritable est celui qui s’est débarrassé de l’ignorance de maya, qui a contemplé l’Âtman et s’est immergé dans l’état suprême de la Béatitude»

Quand le rishi eut terminé, tous les animaux baissèrent la tête et admirent que ces trois choses étaient hors de portée pour eux. Mais la question suivante fut soulevée : Tous les êtres humains ont-ils atteint ce but ? La réponse vint :« Non, très peu d’entre eux y sont parvenus» Ils décidèrent donc que les gens qui ne font aucun effort en ce sens étaient comme eux et qu’il n’y avait absolument aucune raison de les distinguer des animaux«. Le Mahârishi dit : « Bien que les humains disposent de cette faculté d’atteindre la Sagesse et la Béatitude, ils ne la développent guère et ne progressent pas vers ce but aussi ne retirent-ils que peu de joie de leur vie.»

Ensuite le président expliqua les raisons qui l’avaient poussé à se retirer dans la forêt. Il dit : Les hommes se préoccupent peu de ces nobles qualités. Les animaux causent des ennuis seulement à ceux qui leur en causent, autrement ils vivent en paix avec les autres. Mais l’homme fait du mal à ceux qui ne lui en font pas. Sans raison il se met à décrier et à fomenter des troubles, à causer du tort à ceux qui sont purs et qui ne l’ont même pas provoqué. L’homme se livre à toutes sortes de travaux incorrects dans lesquels il n’a pas le droit de s’engager. C’est pour ces raisons que les rishis ont délaissé la compagnie des hommes et se sont retirés dans la forêt. L’homme devient de plus en plus égoïste. Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse ou pense, tout est empreint d’égoïsme. Les animaux n’ont pas un tel égoïsme ils ne causent pas de tort aux autres animaux et n’accumulent pas de richesses. Il est donc vrai qu’à bien des égards l’homme se comporte plus mal que l’animal.»

C’est précisément dans ce contexte que Krishna dit : «Arjuna ! Sois un être humain véritable et non un être pire qu’un animal. Élève-toi au-dessus de la nature animale jusqu’à ta véritable nature humaine. Il y a deux qualités animales que tu ne devrais jamais avoir, tu n’es ni un mouton toujours timide et craintif, ni un tigre toujours cruel envers les autres. Tu es un homme, tu es digne de choses élevées. Sois intrépide! Ne te laisse jamais assujettir à la peur,» Arjuna joignit les mains et répondit; «Cher Seigneur, j’obéirai aveuglément à Tes ordres.»


Sathya Sai Baba

Discours sur la Bhagavad Gita. Chapitre 28