LA JOIE UN ÉTAT NATUREL



Dans le monde, l’homme recherche le bonheur et la joie. Nuit et jour, il s’efforce d’obtenir bien-être et félicité. En tout, l’homme désire deux choses : connaître le bonheur et éviter toute peine. Quel est le sens profond de cette perpétuelle quête du bonheur? On peut répondre à la fois en terme spirituel et scientifique.

La joie est l’état naturel de l’homme. Elle lui est innée. Ainsi, il est en droit d’être en quête du bonheur. Du sucre sans saveur cesse d’être du sucre. Une rose sans parfum cesse d’être une rose. Ainsi, sans bonheur ni joie, l’homme se trouve dépourvu de ce qui est propre et ne vit pas selon sa vrai nature.

Par exemple, si on croise un homme peiné, on se demande pourquoi il est malheureux et ce qui l’attriste. Tout passant s’interroge ainsi car il n’est pas naturel pour un être humain d’être triste; tous sont surpris devant cette tristesse. Par contre, si quelqu’un est enjoué et gai, nous ne sommes pas surpris; personne ne lui demande pourquoi il n’est pas triste. Sa joie et sa gaieté sont tenues pour naturelles et ne nous étonnent pas.

L’homme a été doté d’un corps, de sens, d’un mental et d’une intelligence afin de vivre dans la joie et de connaître la félicité. Malheureusement ses instruments et ses facultés sont pollués et mal utilisés et il plonge dans la misère. Ainsi, son corps se couvre de couches entachées par ses penchants et ses aversions. Ses sens se voilent d’un linceul souillé de désirs et de plaisirs sensuels. Son mental se voile sous ses penchants, aversions, désirs et plaisirs sensuels. Cela l’empêche de se connaître; de reconnaître qui il est vraiment. Il en vient à croire que les plaisirs physiques et mondains, ses penchants et ses aversions sont tout à fait normaux. Mais ceux-ci ne sont que transitoires et éphémères tels des nuages passagers.

Tant qu’il y aura attachement et égoïste, vous ne pourrez comprendre le principe de l’âme, ni connaître son caractère béatifique.


Sanathana Sarathi, août 1990, p. 209 et 211