LA LIBÉRATION


Qu'est-ce exactement que la libération ? C'est la Paix que l'on acquiert quand on purifie l'être intérieur, c'est-à-dire quand on se détache des sensations véhiculées par la vue, l'ouïe, la lecture, l'apprentissage, l'action et son achèvement. Quelqu'un qui souffre le martyre ne s'intéresse à aucune distraction. De même, un chercheur et fidèle sincère ne s'intéresse ni aux spectacles des plaisirs du monde objectif, ni aux passions insignifiantes. Il faut commencer par renoncer et contrôler ces désirs de nature inférieure. Ils sont à la base de la misère humaine. La passion naît de l'illusion et occupe la demeure de raja (l'activité, le dynamisme, la passion). Le renoncement, lui, réside dans le guna Sattvique (l'équilibre, l'harmonie, la pureté). La passion est démoniaque par nature. La passion, l'ignorance et l'égoïsme sont tous trois les fils de l'illusion. Et tandis que la passion entraîne la mort, le renoncement apporte la libération. C'est la sagesse.

Se stabiliser dans le renoncement constitue la plus grande des ascèses, mais aussi le vœu le plus astreignant, car il exige une vigilance et une lutte permanente. À l'instar d'un enfant faisant ses premiers pas, vous risquez de vaciller et de tomber, mais vous devez vous relever avec le sourire comme il le fait et recommencer. La Paix est essentielle à une telle persévérance. N'oublier pas que vos échecs ne sont pas des entraves à votre avancée, mais un tremplin vers la victoire.

Soyez fidèles au Soi qui est en vous, trouvez-y repos et protection et faites-en l'objet d'une méditation continue. De cette façon, les liens qui vous entravent se relâcheront car ceux par lesquels vous vous attachez au Seigneur ou au Soi ont le pouvoir de délier tous les autres liens.

L'homme qui vit dans le détachement, éprouve un amour réel pour ses semblables. Cet amour n'est pas seulement pur, il est également divin. Il est l'incarnation de la Paix. Sans aucun doute, le Seigneur devient accessible dès lors qu'on se débarrasse de toute passion ou tout attachement et qu'on s'implique dans les activités évoquées précédemment.

Le renoncement ne signifie évidemment pas qu'il faille abandonner son foyer, son rang et son royaume. IL s'agit de saisir la divinité immanente en toute chose, de faire disparaître graduellement les différents noms et formes, de jouir de l'expérience du divin en chaque objet et en chaque Lieu car lui seul est la réalité. C'est le véritable sens du renoncement. On reste attaché tant qu'on conçoit le monde comme un ensemble de noms et de formes. Comment se détacher tant que le mental demeure la proie des pensées, des sentiments et des expériences du monde objectif ? On peut avoir tout abandonné et être malgré tout imprégné de ce que l'on ajustement abandonné. On ne peut dans ce cas prétendre avoir atteint le détachement car il manque la Paix, indéniablement essentielle dans la quête d'un esprit pur et détaché.

La paix suprême (Sathya Sai Baba)