LE POUVOIR DE LA PRIÈRE


N’importe quelle prière adressée à Dieu avec expectation (attente) est radicalement contraire à l’Amour. Il n’existe qu’un seul Principe cosmique. Lorsque vous priez, sans aucune vue sur les effets de vos prières, vous devriez vous dire «Je perçois mon propre Atma, ma Conscience. C’est à ma Conscience que je m’adresse. Je suis en compagnie de mon Dieu intérieur.» Nourrissez ce concept de l’Unité et intensifiez-le.

La Joie est en vous, la Paix est en vous, vous êtes l’expression même de la Paix et de la Vérité.

Dès lors, dans quelle direction chercher ? Vous commettez l’erreur de chercher dans le monde extérieur. Il n’existe absolument rien de séparé et d’extérieur à vous-mêmes. Tout est le reflet de l’être intérieur. Joie, Paix et Vérité émanent de vous.

Par conséquent, comment devrions-nous adresser nos prières à Dieu ? Nous ne devrions pas prier avec le désir de jouir du fruit de nos actes. Tout comme vous aimez votre reflet dans le miroir, aimez tout un chacun. Quel que soit le corps aperçu, pensez «Je vois mon propre reflet».

Discours du 16 juillet 2000

Les prières intenses des dévots est Ma médecine. Durant le mois dernier, que ce soit à Madras (maintenant Chennai), Hyderabad, Bangalore ou Mumbai, les dévots ont intensifié leurs prières et leurs activités spirituelles. Dans chaque maison il s’est fait des Bhajans et le Namasmarana. Quelques dévots ont entrepris une pénitence et ont fait des Yajnas (Offrandes au feu). De cette manière, un certain nombre d'activités spirituelles furent entreprises, priant pour le bien-être de Swami. C'est en raison de telles prières ardentes que Je peux Me tenir devant vous et vous parler. Je N’ai ni voulu cette douleur ni désirer son traitement. Vous avez voulu que ce corps soit soigné de la douleur, et vous l'avez réalisé par vos prières. Ce corps n'est pas à Moi. Il est à vous. Par conséquent, il est de votre responsabilité de s'occuper de ce corps. Je ne suis pas le Deha (corps); Je suis le Dehi (Celui qui incarne le corps).

Un autre petit incident que Je souhaite vous révéler. Il y avait une patiente aux Etats-Unis. Elle avait extrêmement peur de la maladie diagnostiquée par les médecins. Le diagnostic a révélé qu'elle avait une masse cancéreuse de la région du cœur. Elle et son mari sont venus à Bangalore prier pour obtenir la grâce de Swami. Je les ai assurés que J’annulerais le cancer et qu'ils ne devaient y avoir aucune crainte à ce sujet. Elle a pris le traitement pour une semaine et le cancer a disparu! Une petite partie maligne était demeurée et J'ai instruit les médecins de l'enlever par chirurgie. Les médecins ont exécuté la chirurgie selon Mes instructions. Dans les premiers jours suivants, elle a commencé à marcher! Elle est maintenant tout à fait normale et en bonne santé. Il y a plusieurs cas comme cela. Le chant du nom Divin peut traiter même la maladie la plus incurable. C’est exactement ce qu'elle a fait. La dame a l’habitude de chanté continuellement, sans interruption, le nom Divin «Sai Ram, Sai Ram». Il y a beaucoup, de telles personnes, qui chantent le nom Divin. J'ai guéri plusieurs personnes de maladies les plus redoutables et les plus incurables. Il y a également un certain nombre de personnes que J'ai aidées de différentes manières. Tous ont maintenant prié pour Mon rétablissement. C'est seulement leurs prières qui ont aidé Mon prompt rétablissement.


Discours du 13 juillet 2003