L'ABANDON



Qu'est-ce que s'abandonner?

Le mot sanskrit "saranagathi" pour abandon désigne l'idée d'abandon en terme de dévotion à Dieu et d'acceptation de sa divine volonté. Il ne laisse pas supposer un abandon à quelqu'autre personne, mais un abandon à notre divinité intérieure.

Sur le chemin spirituel, personne ne devrait se demander de renoncer à son jugement ou d'accepter des idées aveuglement. Rien ne serait plus éloigné de la vérité. Nous devons analyser tous les enseignements spirituels avec notre propre expérience. Pour atteindre l'objectif de la libération, nous devons évaluer les bienfaits de toutes les doctrines pour nous-mêmes. L'abandon ne requiert pas de mettre de coté l'intellect; il requiert du discernement spirituel intensifié. L'abandon à Dieu est l'abandon à nos aspirations orientées vers Dieu, à notre propre nature en tant qu'Atma (Âme).

Tout ce que nous possédons, ce à quoi nous pouvons renoncer, sont les désirs qui nous ligotent à la roue de la renaissance. Néanmoins, l'abandon est difficile. Il défie les désirs insatiables de l’ego. Tout comme l'homme fort du cirque, l’ego nous captive avec tout son "cinéma" de fête foraine. L'esprit - le mental; est caractérisé par le désir, l'assistant en chef de l’ego. Ce désir nous tient éloigné de notre soi véritable, aimant et joyeux. Il est naturel pour l'esprit - le mental, de chercher le bonheur à l'extérieur de lui-même; tout comme l'étourdi cherchant partout ses lunettes alors qu'elles sont posées sur son nez. La vérité, la béatitude et ce qui en découle comme la joie et le bonheur ne peuvent être trouvés que dans l'Atma.

La vie est plus heureuse quand nous laissons les résultats à Dieu. Il n'y a que le Seigneur qui connaisse ce que nous méritons. Il connaît le passé, le présent et le futur de chacun. Il connaît nos forces et nos faiblesses et comment nous rendre à notre objectif déterminé.

Le bonheur est trouvé lorsque nous nous défaisons des désirs inadéquats et de l'attachement. Quand nous vivons dans le présent, dans l'éternel maintenant, nous nous défaisons de nos peurs et de nos espoirs, permettant à la divinité de rayonner. La joie ne nécessite aucun objet; elle est notre nature propre. Nous devons laisser la "transformation" au Seigneur. Notre seul devoir est de bien jouer notre rôle; les résultats ne sont pas à notre charge.

Inspiré des enseignements de Sathya Sai Baba