LE NOM DU SEIGNEUR


Le Seigneur et Son nom ne font qu'Un, mais la douceur du nom se trouve rarement à travers la forme. Lorsqu'on se souvient du nom « rose », surgit alors le souvenir de son parfum, de la délicatesse de ses pétales, de la pureté de ses couleurs. On a oublié ses épines et toutes les difficultés rencontrées pour la cueillir. Au lieu de cela, si l'on considère son origine et son histoire, si l'on tient compte de la plante, de ses feuilles et de ses branches, on en oublie presque la fleur qui est la partie la plus importante, la plus belle et la plus attirante, pour ne parler que de la plante.

Par contre, si l'on tient dans sa main une mangue, c'est sa douceur qui vient d'abord à l'esprit puis on se met à distinguer la peau, les fibres, le jus, le noyau, la graine, etc. Mais si on ne t'ait que répéter son nom ces détails ne viennent pas à l'esprit. Seule la douceur revient en mémoire. Il y a la même différence entre le Seigneur et Son nom! La pure essence de la douceur est dans le nom. En ce qui concerne la forme, il y a le risque d'éprouver de la crainte mêlée de respect et même parfois de voir apparaître des attributs qui provoquent la peur.

Notez encore une raison pour laquelle on doit adorer le nom du Seigneur plus encore que sa forme. C'est grâce à la richesse du nom qu'on peut acquérir « la forme du Seigneur ». La richesse étant nécessaire pour obtenir n'importe quelle chose dans le monde, il s'ensuit que la richesse est supérieure aux articles qu'elle permet d'acheter. Avec elle, on peut se procurer n'importe quel objet à tout moment. Ainsi si l'on accumule régulièrement la richesse que constitue le nom de Dieu, on peut réaliser le Seigneur par le chemin de la méditation, facilement et sans difficulté.

Il est possible d'acquérir différents pouvoirs occultes par le yoga et l'ascétisme. Survient alors le danger d'oublier le Seigneur lorsque viennent ces pouvoirs. Aveuglé par l'orgueil, on peut même perdre la victoire fondamentale gagnée par la discipline spirituelle. Ce n'est pas le cas avec le nom de Dieu, la prière et la méditation. Ces trois chemins ne comportent aucun danger de ce type. Ils font grandir l'amour universel en l'homme. Par cet amour on atteint la paix. Une fois qu'on est parvenu à la paix du mental, on atteint automatiquement toute les autres conditions.

Cependant, on devrait éviter de discuter de ces chemins avec tout le monde. En effet chacun a l'impression que sa propre voie est la meilleure. À peser seulement le pour et le contre pour savoir lequel chemin est le meilleur, on finit par perdre rapidement ce qu'on a gagné en faisant de grands efforts dans sa discipline spirituelle. Tant que vous n'êtes pas experts, gardez constamment en mémoire le nom de Dieu et répétez-le avec fermeté et sérénité. Faites-le seul ou en compagnie d'autres fidèles. Rien alors ne pourra vous troubler.

La voie de la méditation p.59-6