BESOINS ET DÉSIRS


Dans notre psychologie occidentale nous faisons une grande différence entre besoins et désirs, contrairement a l’Orient qui pour eux sont la même chose. Chez-nous, le chercher Américain A.Maslow décrit les besoins comme suit:

* Besoins physiologique : Faim, soif, dormir, etc.
* Besoins de sécurité : Se sentir protéger, un toit où demeurer.
* Besoins sociaux : Amour, amitié, appartenance.
* Besoins d’estime : Être reconnu, encourager, approuvé.
* Besoins d’actualisation : Être vu, la réalisation, le dépassement.

Les désirs ont pour but d’être exprimé mais pas nécessairement à être comblés. Un désir peut être une tendance particulière à vouloir obtenir quelque chose pour satisfaire un besoin.

Dans l’approche orientale toutes formes de besoins sont du désir, c’est un attachement d’inachevé. Les désirs constituent alors une source importante de souffrance. Le mental est considéré comme un agrégat de désirs dans lequel le JE se retrouve prisonnier. La satisfaction d’un désir donne naissance à plusieurs autres désirs. Il est dit que les désirs sont des tentacules qui jaillissent du mental et sont inépuisables. Le but est de se dissocier des désirs au lieu de les satisfaire. Il ne faut pas les condamner, ni les refouler, mais les laisser mourir d’inanition. Nous devons avant tout éviter de les nourrir en énergie pour leur donner de la force.

Baba nous dit: «Il n’y a rien de mauvais à entretenir des désirs mais c’est sérieusement mauvais d’entretenir des désirs excessifs. Nos désirs doivent être maintenu dans une limite raisonnable et de doivent pas être dans une proportion de culpabilité. L’homme, en ce monde, avec son corps, ses sens et son mental ne peut être libre de tout désir. Mais comment peut-il devenir sans désir. Quand il accomplit une action en se considérant l’acteur, cette action devient comme des fers qui enchaînent. Toute action accomplie avec le sentiment de faire une offrande à Dieu libère de toute servitude. Cette action devient une action «sans désir». Il faut reconnaître que c’est le principe divin présent en chacun qui fait que les actions s’accomplissent à travers des êtres humains pris en tant qu’instrument. Tant que l’homme se considère comme celui qui accomplit l’action et s’en réjouit, li ne peut échapper à ses conséquences. Ce n’est pas par ses «droit» mais bien par ses «devoirs» que l’homme réalisera Dieu sur terre.»

Baba mentionne qu’il existe des désirs légitimes mais que ces désirs doivent être canalisés et orientés dans la bonne voie. Les désirs qui doivent être banni sont ceux se rapportant aux sens, à la sensualité, la passion et à la possession excessive. Pour y arrivé, nous devons cultiver le renoncement.