LA DIRECTION SAPIRITUELLE P.3



38. Il vaut mieux ne pas pouvoir ou ne pas vouloir accomplir une bonne action, plutôt que de projeter ou de mettre à exécution une mauvaise action.

39. Ne sois pas offensé si quelqu’un te reproche des défauts que tu ne possèdes pas, ou des défauts dont tu es conscient; cherche néanmoins à corriger ces derniers même si quelqu’un d’autre les a relevés en premier. N’aie pas de sentiments de rancune ou de vengeance envers les personnes qui te font remarquer tes défauts. Ne retourne pas l’argument contre eux en leur montrant les leurs. Au contraire, témoigne-leur de la gratitude. L’effort que tu fais pour découvrir leurs erreurs est une faute encore plus grave. Il est bon pour toi de connaître tes imperfections, tandis que tu ne gagnes rien à connaître celles des autres.

40. Toutes les fois où tu disposes d’un peu de temps libre, ne le gaspille pas pour parler des autres, mais utilise-le pour méditer sur Dieu ou pour en servir autrui.

41. Le Seigneur n’est compris que par le fidèle et le fidèle n’est compris que par le Seigneur. Personne d’autre ne peut les comprendre. Par conséquent, ne t’engage pas dans des discussions concernant le Seigneur avec celui qui n’a pas de dévotion. De telles discussions font baisser ta dévotion.

42. Si quelqu’un discute à propos d’un sujet dont il n’a pas saisi le vrai sens, ne commence pas à le combattre avec d’autres notions erronées pour soutenir ta position, mais accueille uniquement ce qu’il y a de bon et d’agréable dans ce qu’il dit. Un sujet n’a de sens que lorsqu’il est appréciable et agréable, et non pas lorsqu’il est plein de contradictions ou de confusions qui ne servent à rien et constituent un obstacle à la Béatitude.

43. Si tu veux cultiver la concentration, lorsque tu te trouves parmi la foule ou dans une boutique, ne laisse pas ton regard errer partout et sur chaque objet; regarde uniquement devant toi afin d’éviter des incidents. Ta concentration s’affirmera davantage si tu te promènes sans détourner ta propre attention du chemin, évitant les périls et ne jetant pas les yeux sur ce que font les autres.

44. Élimine tous tes doutes sur le Maître et sur Dieu. Si tes désirs terrestres ne sont pas satisfaits, ne t’en prends pas à ta dévotion. De tels désirs n’ont rien à voir avec la dévotion pour Dieu. Un jour ou l’autre, tu abandonneras les désirs de ce monde, et tôt ou tard tu possèderas des sentiments de dévotion. Sois-en certain.

45. Ne te décourage pas en accusant Dieu si ta méditation ou ta prière ne progresse pas suffisamment, ou si les désirs que tu nourrissais depuis longtemps ne se réalisent pas. Tu te sentiras encore plus découragé, et quelque soit la chose que tu obtiendras, petite ou grande, elle ne te procurera pas la paix. Pendant la méditation ou la prière, tu ne devrais jamais te sentir déprimé, désespéré ou découragé. Si tu éprouves des sentiments de ce genre, tu dois en conclure qu’il y a quelque chose d’erroné dans ta discipline spirituelle et tu dois t’efforcer de la corriger. Tu atteindras avec une très grande facilité le Principe Divin, seulement lorsque tes actions et ton comportement quotidiens seront automatiquement conformes à ces indications.

(Sanndeha Nivarini – Dialogues dissolving doubts, 1979, pages 41-47)


Référence : Un prêtre rencontre Sai Baba