LE RÔLE DES MÈRES



De nos jours, les mères sont responsables du bon ou mauvais comportement de leurs enfants. Quand une femme prétend que son fils ne veut pas l’écouter, c’est une honte pour elle. Si cette dernière l’avait correctement éduqué depuis son enfance, il n’oserait pas se comporter ainsi.

Afin que la gourde grimpante grandisse bien droite, il est nécessaire d’y attacher une pierre depuis le début. Ainsi, la pierre de la discipline et de la dévotion doit être attachée au cou de l’enfant dès son plus jeune âge.

Les mères subissent le mauvais comportement de leurs enfants parce qu’elles ne leur ont pas inculqué les principes de la discipline dès l’enfance. Madalasa, alors que ses garçons étaient encore tout petits, leur parlait déjà ainsi : « Mes enfants, vous n’êtes pas des fils et moi-même je ne suis pas une mère. Nous sommes tous des manifestations de l’ÊTRE - CONSCIENCE - BÉATITUDE. Nous sommes comme les vagues de l’océan, tous identiques. Nous sommes tous issus du même océan et il serait insensé de vouloir penser autrement. »

C’est donc ainsi que les mères dans les temps anciens enseignaient à leurs enfants la vérité sur leur Divinité et leur véritable nature. Peut-on véritablement se qualifier d’être humain si on ne respecte pas ses parents et si on ne vénère pas son précepteur ? Pour prétendre à ce titre, on se doit d’apprendre à respecter ses parents et sa famille dans la petite enfance, à vénérer son professeur durant l’adolescence, à servir les plus âgés pendant l’âge mûr et enfin à révérer les sages dans ses vieux jours.

Parce qu’ils ignorent ces devoirs, les jeunes d’aujourd’hui se transforme en véritables sauvages. Ils devraient réaliser à quel point la vie humaine est précieuse. C’est aux mères d’enseigner dès le départ à leurs petits l’immense valeur que représente la vie sur terre. Il est donc tout à fait nécessaire que les parents prennent aussi conscience de la valeur de la vie humaine.

Les parents ont le devoir de former leurs enfants afin qu’ils deviennent la gloire de la nation. C’est le devoir des parents de transmettre la foi en Dieu à leurs enfants dès le plus jeune âge. Les étudiants qui sont proches de Sai doivent développer d’autant plus la sagesse spirituelle. Il faut tout d’abord se débarrasser des pensées négatives puis ensuite tenter de développer les bonnes pensées. Vous ne devez avoir que des pensées de Dieu dans votre cœur.

Discours du 6 mai 1994, jour d’Easwaramma.