DÉSIRS SENSUELS ET
ASPIRATION SPIRITUELLE


Celui qui recherche les plaisirs sensuels est concerné par le corps, tandis que celui qui recherche la félicité spirituelle est concerné par le Moi.

Aujourd’hui 99% de la population s’adonne aux désirs sensuels, et ne cherche pas la félicité spirituelle. L’éducation de nos jours est principalement axée sur la poursuite des sens. Toutes les occupations sont basées sur l’accomplissement des désirs sensuels. Tous les plaisirs sont liés aux sens. Même l’acquisition des richesses a pour but de jouir des plaisirs sensuels. Ainsi, avec la prospérité matérielle on est axé sur les plaisir du corps, sur le mental et sur les sens.

On est indubitablement attaché au confort physique. Même le corps est essentiel pour réaliser l’Action Juste et le Devoir, disent les Écritures. Les exigences du corps doivent être satisfaites. On doit servir la société et s’acquitter des responsabilités familiales. Le corps sert de base pour se faire. Mais cela ne doit pas être le but ultime de la vie. Celui-ci s’apparente au monde phénoménal : il est concerné par les désirs de ce monde. Mais, allant de pair avec lui, l’aspiration à une vie spirituelle plus grande devrait nous motiver.

La connaissance de notre corps ne doit pas être ignorée ou négligée. Elle est incontestablement nécessaire. La connaissance temporelle sert à jouir des choses de ce monde. Il y a conflit entre désirs sensuels et aspirations spirituelles chez l’être humain. Les sens sont si puissants qu’ils peuvent abuser même d’ardents érudits. En termes spirituels, ce pouvoir est décrit comme une force hostile. Scientifiquement, on l’appelle la force magnétique.

Dans le conflit entre la voie matérielle et la voie spirituelle, les gens se fourvoient en suivant la voie matérielle. Ils sont prêts à sacrifier leur vie pour les plaisirs sensuels. Ne devraient-ils pas dédier leur vie à une plus haute vérité ? Le pouvoir de la spiritualité peut vous apporter une félicité sans limite. Ceux qui recherchent les plaisirs des sens ne sont pas prêts à écouter les paroles de ceux qui leur disent d’abandonner leurs mauvais penchants. Au contraire, ils tentent de faire descendre les autres à leur niveau.

Celui qui s’engage sur le sentier spirituel n’en tire pas que des bénéfices pour lui-même, mais aussi pour le bien-être des autres. Il est comme le bâton d’encens qui se consume pour répandre son parfum. Dans le monde spirituel, l’homme est encouragé à se connaître lui-même. Il ne devrait pas être l’esclave de ses sens, pas plus que suivre les autres comme un mouton. « Soyez un navire, non un mouton ». Un navire sert à transporter les autres pour leur faire traverser l’océan.

Sathya Sai Baba. Discours du 05-03-95.