LE DÉTACHEMENT


Vous vous posez peut-être les questions suivantes : « Comment pourrais-je plaire à Dieu ? Que pourrais-je Lui offrir qui Lui fasse plaisir, quand Il possède déjà tout l’univers ? Comment puis-je espérer le contempler quand il est si difficile aux anges et aux êtres Divins de l’apercevoir ? »

De telles pensées ne font que vous diminuer et vous limiter ; tant que vous penserez ainsi vous ne parviendrez pas à obtenir la grâce du Seigneur ni le privilège de Le servir. Ne cédez pas à de tels accès de faiblesse. Vous devez installer le Seigneur dans votre cœur et Lui dire : « Seigneur bien-aimé ! Je sais que Tu demeures dans tout l’univers, mais Tu es aussi dans mon cœur. J’emploierai toutes mes forces pour Te garder, ancré dans mon être. Tu es, il est vrai, le plus grand des grands ; mais Tu es aussi le plus petits. Sous cette petite forme, Tu habite toujours dans mon cœur ! »

Si vous avez en vous même une foi aussi inébranlable ainsi que la ferme résolution d’installer sans faille le Seigneur dans votre cœur, alors sûrement vous l’atteindrez.

Le Bouddha Gautama, avec une ferme résolution et la pratique d’austérités, atteignit l’état de Nirvana. Son père, apprenant un jour que Bouddha vivait d’aumônes, lui envoya un message afin de le convaincre de revenir au palais royal où il y avait abondance en tout. Le Bouddha ayant écouté tout ceci, dans un détachement total, répondit au messager : « S’il vous plaît, dites ceci au roi : Oui, mon grand-père était roi. Mon père est roi et je fus roi. Mais à présent je suis un renonçant, j’ai renoncé à ce monde. Je crois aussi que mes véritables parents sont des renonçants et que mes ancêtres le furent aussi. »

Si vous désirez mon retour, répondez d’abord à ces questions :« Avez-vous le pouvoir de me sauvez de la mort ? Pouvez-vous éloigner de moi les maladies et me garantir la santé permanente ? Êtes-vous capable d’empêcher le vieillissement et la sénilité de m’atteindre ? Avez-vous le pouvoir de me libérer de tous ces maux ? Si vous êtes en mesure de répondre à ces questions alors je reviendrais immédiatement au palais. »

Le Bouddha vit que la naissance, la vie et la mort comportaient de la souffrance. Il répondait à son père de façon adéquate. Après avoir été le témoin de toutes les peines de la vie et de la souffrance des hommes, il ne pouvait continuer à se complaire dans l’ignorance et l’illusion : cela aurait été dépourvu de sagesse.

La vie du Bouddha vous offre une leçon. Vous devez réaliser votre véritable nature dans ce temps limité qui vous a été donné. C’est le but réel de la vie humaine. Votre corps, constitué des cinq éléments, est destiné à périr, l’Être spirituel qui réside dans votre corps est la seule entité permanente. Lors de votre quête de vérité, vous réaliserez que pour l’Être qui réside en vous, la vieillesse et la mort n’existe pas.

Disc. De la Bhagavad Gita par Sai Baba. Prema 30