SERVIR, UN DON DE DIEU


Vous n’avez aucune raison de vous sentir fiers quand vous êtes en mesure d’aider autrui, car vos capacités, votre richesse, votre force, votre courage ou votre position sociale qui vous donnent la chance de pouvoir servir, sont des dons de Dieu, et cela que vous l’admettiez ou non. En servant , vous ne faite qu’offrir un don de Dieu à un autre don de Dieu, c’est-à-dire au pauvre, à l’illettré, à l’infirme, au malade ou à celui qui souffre, dont le coeur est brisé et qui a besoin de votre aide.

Dieu vous a doté de ce corps merveilleux, de cette langue mélodieuse, de cet instrument extraordinaire appelé « mental ». Il vous a accordé l’intelligence, le pouvoir d’analyser et de synthèse, la capacité de recevoir et de donner, de vous souvenir et d’oublier. Soyez reconnaissants pour tout cela et employez-le au mieux, pour Le voir partout et dans tous les êtres, pour Le découvrir dans les hauts et les bas de l’existence, dans les joies et les peines, les doutes et les opportunités offertes par la vie.

Tous sont les acteurs de Sa pièce sur la scène du monde. Chaque atome est imprégné de Son pouvoir, de Sa puissance, de Sa gloire. Chaque être est imprégné de Sa béatitude, de Sa beauté et de Sa bonté. Ne prétendez pas utiliser un talent ou une énergie qui vous sont propres, car ils proviennent tous de Sa grâce et de Sa compassion,

Quand vous offrez un repas à un enfant affamé ou une couverture à un frère grelottant de froid sur le trottoir, vous remettez un don de Dieu entre les mains d’un autre don de Dieu! C’est Dieu qui sert mais Il vous permet de dire que vous avez servi! Sans Sa volonté, pas un seul brin d’herbe ne pourrait frissonner dans la brise. Emplissez chaque instant de votre gratitude envers Celui qui donne et reçoit tous les dons.

Vous considérez le don de nourriture comme un acte de charité. Mais personne n’a le droit de faire la charité avec ce qui lui a été donné par Dieu, d’en être fier ou même de penser qu’il a donner par charité. Dieu donne la pluie, fortifie les jeunes plants et fait mûrir le blé. De quel droit qualifiez-vous ce qui vous a été donner de vôtre? Vous ne faite pas la charité; vous ne faite qu’offrir votre gratitude à Dieu.

Utilisez le temps mis à votre disposition pour en retirer le meilleur et le plus durable des bénéfices. Soyez heureux de pouvoir agir ainsi, servant vos semblables et subvenant à leurs besoins urgents. Ne gaspillez pas ces minutes en bavardage inutile, en propageant la médisance, en vous plongeant dans des romans débilitants, en allant au cinéma et en fréquentant des personnes superficielles.

Le service désintéressé est la fleur parfumée de l’amour altruiste. On ne rend pas service pour satisfaire quelqu’un, que ce soit la personne qui offre le service ou celle qui le reçoit. L’homme doit considérer le service altruiste comme étant la raison pour laquelle la vie lui a été donnée. Ce sentiment doit imprégner ses systèmes nerveux et sanguin, ainsi que toutes les cellules de son corps.

Yoga de l’Action