L’ENTRETIEN DU SENTIER


Le signe de la venu du Seigneur est la joie dans le monde; si ceci est compris, il est facile de reconnaître immédiatement l’Avatar. C’est alors que la religion de la vérité, la religion de la compassion, la religion de la connaissance et la religion de l’amour croîtront et prospéreront. Aussi faut-il continuer à prier jusqu’à ce que ces qualités soient bien enracinées. Telle est la responsabilité de chacun. Le sentier tracé par les saints hommes doit être réparé de temps à autre, soit par ceux qui l’empruntent, soit par ceux qui s’en proclament les guides. C’est ce qu’on appelle enseigner.

C’est pour ces réparations du chemin spirituel que le Seigneur envoie parfois des sages ou des Avatars capables de mener à bien ces travaux. Par leurs enseignements remplis de bonté, le chemin qui a été ouvert dans le passé par des émissaires de Dieu est remis en évidence et aplani. Ainsi, lorsque la volonté du Seigneur, les besoins des saints et les enseignements des grands êtres s’associent et combinent leurs effets, la joie dans le monde est restaurée et ne diminue pas.

Si toute l’humanité priait à l’unisson pour que l’agitation, l’injustice, la confusion et le mensonge soient transformés en paix, vérité, amour et service mutuel, alors le monde en serait amélioré! Il n’y a pas d’autre solution. S’inquiéter ne mène à rien; il n’y a pas lieu de se désespérer non plus. Il serait contraire à la nature essentielle de l’homme d’implorer la force en invoquant sa faiblesse. Par conséquent, cessez de chercher tout autre moyen de remédier à la souffrance, essayez donc la prière, le service envers les autres, l’amour et le respect mutuel. Ne perdez plus de temps; vous ressentirez ainsi très vite une joie et une satisfaction profonde.

Il est dit: « être au service de l’homme, c’est être au service de Dieu ». C’est une affirmation véridique; le service à l’humanité est sacré. Mais à moins d’agir en vue d’un idéal plus universel, on ne pourra en ressentir le bienfait. Dépourvu de cet idéal, même un grand service n’apportera rien. Si le service est accompli sans la foi en la Divinité de l’homme, si l’on espère en tirer du renom et du prestige et si l’on recherche les fruits de l’action, la simple répétition de cette affirmation sera inutile.

Ceux qui sont plongés dans la contemplation ininterrompue du Seigneur n’ont pas besoin de faire quoi que ce soit d’autre; le fruit même de leur prière purifie le monde. Mais on ne peut pas tous s’investir ainsi. Par conséquent, on doit se préparer sans relâche à cette contemplation en purifiant le mental et en diminuant ses désirs. Les aspirants qui l’ont déjà obtenu peuvent réaliser des choses pour eux-mêmes. D’autres sont incapables de saisir que servir l’homme et servir Dieu sont identique.

Cela ne veux pas dire pour autant qu’on puisse s’asseoir sans se soucier de quoi que ce soit. On ne réalise l’équivalence des services à l’homme et à Dieu qu’en fonction de sa destinée et de ses actions passées, ainsi que de la qualité de sa pratique spirituelle. Jusqu’à ce que ceci se produise, pratiquez la méditation et la répétition du nom du Seigneur de façon à ce que le mental se libère des vagues de toutes émotions et se remplisse de la forme Divine.

La Voie de l’Amour