LA TRIPLE POLLUTION


Depuis l’instant où il s’éveille et jusqu’au moment où il se couche, l’homme considère toute chose de façon extérieure. C’est à peine s’il consacre quelques instants à développer sa vision intérieure. Tous les objets extérieurs ne peuvent apporter qu’un plaisir passager. En recherchant ces plaisirs, l’homme gaspille sa vie précieuse et sacrée. Il ne pourra jamais acquérir la paix de cette manière.

L’homme consacre un temps et une énergie considérable à la décoration de sa maison, espérant y trouver de la joie. Mais combien de temps cette satisfaction peut-elle durer? Ce qui doit chercher à embellir, c’est son cœur. Ce n’est pas visible pour personne, mais la beauté du cœur pur est au-delà de toute description. La beauté du cœur se trouve dans les qualités telles que l’amour, la patience et la compassion. Ces qualités confèrent à l’homme une félicité durable

La nature ne procurera pas de réelle félicité tant qu’elle sera envisagée d’un point de vue physique et matériel. Le plaisir que l’on tire de n’importe quel objet dans le monde dépend des conditions dans lesquelles on l’apprécie. Les pensées influencent la vision, laquelle, à son tour, affecte le mental. Les pensées revêtent des formes bonnes ou mauvaises. De bonnes pensées, de bonnes paroles et de bonnes actions rendent l’homme réellement humain. C’est le message des trois singes représentés pour le premier avec les yeux fermés, le second les oreilles bouchées et le troisième avec la bouche close, ceci signifiant: « Ne regardez pas ce qui est mal, n’écoutez pas ce qui est mal et ne dites pas de mal. »

Nous pouvons observer que l’environnement est tout entier pollué par de mauvaises choses qui offensent les yeux, les oreilles et la langue. Chacun doit se libérer de cette triple pollution. Il faut tourner le mental vers le Divin. Il est essentiel de comprendre le fonctionnement du mental. L’homme et le mental ne sont pas séparés. Traiter ce dernier comme quelque chose de distinct et s’y soumettre est quelque chose de mauvais. Il faut le traiter comme un serviteur, aussi longtemps que demeure en vous la conscience de posséder un « corps » mental. Alors le mental vous obéit.

Écoutez attentivement. Réfléchissez soigneusement sur ce que vous avez entendu. Mettez en pratique ce que vous avez assimilé. Il n’y a aucun sens à préparer de la bonne nourriture si elle n’est pas consommée et digérée. Il est inutile d’écouter les discours de Swami si vous ne mettez pas en pratique ce que vous avez appris. C’est à cette seule condition que la félicité liée à l’acquisition de cette connaissance pourra être expérimentée. Les conférences sur la métaphysique ne transforment pas le mental. Il faut appliquer ce que vous avez appris.

Ayez le Nom du Seigneur sur vos lèvres, les pensés de Dieu dans votre mental, la vision de Dieu dans vos yeux et méditez sur le Seigneur avec amour. Ces recommandations vous apporteront la béatitude.

Sathya Sai Baba
Discours du 22 mai 1993